Le 6 octobre dernier, la Guilde des Traducteurs littéraires tchèques (OP)  a célébré la Journée mondiale de la Traduction lors de sa cérémonie annuelle de remise des Prix en faisant entrer dans son « Temple de la Renommée » Miroslav Jindra, lauréat du Prix d’État et célèbre traducteur de l’anglais.

Miroslav Jindra (http://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2015/10/czech NULL.awards NULL.Miroslav-Jindra NULL.oct15 NULL.jpg)
Miroslav Jindra

Encourageant la traduction de poésie, l’OP accorde régulièrement la Bourse Hana Žantovská, décernée cette année au lauréat du Prix d’État Jiří Pelán pour sa traduction d’un recueil de poésie baroque à paraître chez Opus, une petite maison d’édition louée par l’OP pour sa constante dévotion à la littérature et la poésie de qualité en cette année de commémoration de Kramerius.

Une autre personnalité a été célébrée pour sa contribution de toute une vie à la traduction littéraire, l’éditrice et traductrice de l’allemand Botžena Koseková, membre de longue date du jury du Prix Josef Jungmann.

L’OP, qui suit de près le travail des traducteurs débutants, a décerné le Prix Tomáš Hrách à Petr Eliáš pour sa traduction de Carnival de Rawi Hage.

Le jury qui a examiné 63 traductions de 15 langues, a décidé d’accorder deux Prix de la Création, à Viktor Janiš pour sa traduction inventive de The Crimson Petal and the White de Michel Faber (La rose pourpre et le lys) et à Martin Pokorný pour sa traduction enjouée de At Swim-Two-Birds (At Swim-two-birds) de Flann O’Brien.

Jiří Našinec (http://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2015/10/czech NULL.awards NULL.Jiří-Našinec NULL.oct15 NULL.jpg)
Jiří Našinec

Le Prix Josef Hungmann 2015 a été décerné à Jiří Našinec, pour sa traduction de Venea din timpul diez (Venu du temps dièse) de l’auteur roumain Bogdan Suceavă, qui raconte la formation d’une secte mystico-nationaliste dans la folie suivant la chute du régime Ceauşescu. Discrètement pittoresque et philosophiquement ingénieuse, cette exposition borgésienne de personnages excentriques est un défi, que le talent et la maturité de Jiří Našinec ont relevé en rendant toutes les contradictions dans d’infimes intervalles sémantiques, et en exprimant la subtile ironie du roman sans y injecter trop de venin. Le lauréat a été interviewé lors des infos culturelles du soir dans une des émissions les plus importantes de la télévision tchèque ainsi qu’à la Mosaïque Culturelle matinale à la radio.

Attribution de plusieurs prix tchèques de traduction
Étiqueté avec :