Tags: AGMs
Strasbourg
Writers of the World
Contrepoint 10
Contrepoint n° 10
Numéro spécial IA et traduction littéraire
Déclaration IA
Tout le monde compte,
toutes les langues comptent,
tous les livres comptent

Le CEATL détaille sa position sur l'IA

previous arrow
next arrow

Dernières nouvelles

Contrepoint

Contrepoint est une revue en ligne qui s’adresse à toute personne intéressée par la traduction littéraire. Votre domaine d’activité est l’édition, la recherche, l’enseignement ? Vous êtes étudiant, journaliste ? Vous travaillez dans les institutions du livre ou, plus généralement, vous aimez suivre l’actualité de la littérature au-delà des frontières, du marché européen du livre, de ceux qui font l’une et l’autre ? Vous y trouverez certainement des informations qui vous parlent.

Nous y évoquons ce qui se passe au sein du CEATL, et regardons aussi vers l’extérieur. Nous présentons des articles sur les traducteurs et la traduction, et traitons plus largement du contexte culturel, artistique et économique de notre travail. Nous espérons que Contrepoint sera, comme son nom l’indique, un lieu où des voix indépendantes et parfois contrastées se retrouvent pour former un ensemble encore plus captivant, à l’image de la traduction littéraire elle-même.

Contrepoint est une publication gratuite – deux numéros par an.


S’abonner à Contrepoint (https://ceatl NULL.us19 NULL.list-manage NULL.com/subscribe?u=7973d1c81339f55606334c6bb&id=fb1f37b23d) Voir les numéros (https://ceatl NULL.eu/fr/counterpoint)
(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2023/12/Contrepoint_2023_10 NULL.pdf)

L’association du mois…

Strade, le syndicat des traducteurs littéraires d’Italie!

Strade signifie « rues » en italien, mais c’est aussi l’acronyme correspondant à « Section des traducteurs littéraires », puisque Strade fait partie du syndicat national SLC-CGIL, qui représente les travailleurs du secteur des médias, de la communication et du divertissement (personnel de la poste et de la télévision, journalistes, acteurs, scénaristes…).

Eva Valvo, membre du conseil d’administration de Strade et première déléguée au CEATL : « Parmi les temps forts de l’année, citons tout d’abord la Foire du livre jeunesse de Bologne, qui a eu lieu en avril, non seulement parce que nous avons de nombreux membres actifs dans le domaine de la traduction pour enfants et adolescents, mais aussi parce que la BCBF est le principal événement international organisé autour du livre dans notre pays. C’est un lieu de rencontre réservé aux professionnels, qui réunit les principaux acteurs de l’édition : une occasion précieuse de nouer des contacts ».

Strade a traditionnellement un stand au Café des traducteurs. Cette année, les passants ont pu se faire photographier dans un photo booth spécial au-dessus de cette légende : « Exemple d’intelligence humaine » !

Dans le cadre du Café des traducteurs, Strade a participé à la table ronde du CEATL intitulée « Toutes les langues comptent, tous les livres comptent : pour la biodiversité en littérature jeunesse » et organisé une rencontre portant sur les pratiques contractuelles, pour les traducteurs et les auteurs en général, après la mise en œuvre de la directive européenne sur le droit d’auteur (DSM). Cette année, Strade a aussi organisé une soirée en ville en coopération avec l’Association italienne des écrivains pour enfants, appelée « Equilibrismi », un titre qui joue sur les mots « equilibrio » (équilibre) et « libri » (livres), qui abordait les questions de santé mentale en s’appuyant sur le brillant livret « Working Well.Good Mental Health and Creative Freelancers », publié par la Society of Authors et d’autres organismes. « L’événement a connu un tel succès que nous avons décidé de le reproduire en ligne dans les prochaines semaines ».

Strade a encore beaucoup de pain sur la planche, : suivre le débat brûlant sur l’IA, surveiller les pratiques contractuelles, renforcer la coopération avec d’autres associations (de travailleurs créatifs et non créatifs, à l’intérieur et à l’extérieur de l’industrie de l’édition), promouvoir les meilleures pratiques pour la formation des traducteurs émergents et l’apprentissage tout au long de la vie, faire pression sur les institutions et plaider pour de meilleures conditions de travail… Que dire de plus ? Continuez comme ça !