Le Conseil européen des Associations de traducteurs littéraires (CEATL), la Fédération européenne des journalistes (EFJ (https://europeanjournalists NULL.org/fr/)) et le Conseil des écrivains européen (EWC (https://europeanwriterscouncil NULL.eu/)) appellent les gouvernements d’Europe et la communauté internationale à manifester leur soutien catégorique au mouvement pour la démocratie au Bélarus et à procurer refuge et assistance humanitaire aux personnes fuyant le pays.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/belarus-radical-crackdown-against-the-free-word/belarus_august_2021)Un an après les élections truquées au Bélarus, le pays est submergé par une répression drastique contre la liberté d’expression et les organisations humanitaires de la part du régime dictatorial de Lukashenko. Plus de 1500 organisations ont été la cible d’un « nettoyage radical », 41 sont déjà en cours de procédure de dissolution ordonnée par l’État, dont l’organisation d’écrivains PEN Bélarus (https://penbelarus NULL.org/en) et l’Association bélarussienne de journalistes (https://baj NULL.by/en) (BAJ). Le président de l’Union des écrivains bélarussiens (https://lit-bel NULL.org/information-in-english/), le poète Barys Piatrovitch, est sous le coup d’une assignation à résidence et d’une interdiction de communiquer.

Le Conseil européen des Associations de traducteurs littéraires (CEATL), la Fédération européenne des journalistes (EFJ) et le Conseil des écrivains européen (EWC) appellent à la solidarité tous les ministères de la Culture et des Affaires étrangères.

Nous ne demandons pas seulement une déclaration commune pour protester avec force contre la répression et la violence qui sévissent actuellement au Bélarus, et presser le régime illégitime de Lukashenko de libérer immédiatement les prisonniers politiques. Nous demandons également l’obtention accélérée de visas humanitaires et/ou Schengen pour tous les Bélarussiens en fuite, surtout, mais pas seulement, les travailleurs persécutés des secteurs culturel et des média, et aussi un soutien financier et politique pour les ONG des pays limitrophes qui recueillent et aident les Bélarussiens en fuite.

Nous demandons aussi à nos collègues de la presse et du secteur du livre de donner une voix à ceux qui en sont privés au Bélarus. Ne cessez pas vos reportages, imprimez les ouvrages interdits, encouragez les bourses et les résidences locales. Parce que notre attachement aux droits démocratiques et humains prouve à ceux qui au Bélarus combattent pour leur démocratie que leur résistance et leur incommensurable souffrance ne sont pas vaines.

Le texte dans son intégralité se trouve ici (https://europeanwriterscouncil NULL.eu/ewc-efj-ceatl-standwithbelarus/).

 

Bélarus : répression drastique contre la liberté d’expression
Étiqueté avec :