« Nous sommes des écrivains du monde entier qui aimons les mots, vivons et respirons par les mots. Nous avons la conviction commune que la liberté d’expression est un droit humain universel et fondamental. Nous nous alarmons pour « la liberté des mots » en Turquie. »

Ceci est le début d’une lettre ouverte écrite par un groupe d’écrivains majeurs de toutes les régions du monde. Cette lettre suit la récente publication d’un rapport de PEN International sur les mouvements protestataires du Gezi Parc et les conséquences  sur la liberté d’expression en Turquie. Le rapport cite les déclarations individuelles des violations des droits de l’homme qui ont eu lieu durant ces manifestations et analyse la législation turque concernant la liberté d’expression, de rassemblement et de la presse à la lumière des traités internationaux des droits de l’homme dont la Turquie est signataire.

La lettre se réfère aussi à la nouvelle loi internet, datant de février 2014, qui donne à l’autorité des télécommunications turques un pouvoir presque illimité de renforcer son contrôle sur l’internet, et à la récente interdiction totale de Twitter et Youtube.

La lettre, signée entre autres par Orhan Pamuk, Günther Grass et Elfriede Jelinek, rappelle que « traducteurs, éditeurs, rédacteurs, poètes et écrivains, s’exprimant légitimement, sont menacés de procès criminels voire d’emprisonnement en raison d’entraves légales diverses. »

Pour lire la lettre en entier cliquer ici (http://www NULL.theguardian NULL.com/world/2014/mar/27/letters-turkey-freedom-expression).

La publication de la lettre du PEN international, y compris les liens pour le rapport de PEN, peuvent se trouver ici (http://www NULL.pen-international NULL.org/newsitems/leading-international-writers-join-pen-in-calling-for-greater-freedom-of-expression-in-turkey/).

Appel urgent des écrivains du monde entier pour une plus grande liberté d’expression en Turquie
Étiqueté avec :