Deux affaires pendantes sont en attente d’audience devant le tribunal d’instance pénal no. 2 d’Istanbul. Il s’agit dans les deux cas de poursuites engagées contre l’éditeur et le traducteur turcs d’une œuvre de littérature étrangère récemment publiée:

  • la maison d’édition Sel Yayınları et le traducteur Süha Sertabiboğlu seront poursuivis respectivement pour la publication et la traduction du roman The Soft Machine (http://www NULL.ceatl NULL.eu/legal-investigations-concerning-turkish-translation-of-william-burroughs-novel-the-soft-machine) (Yumuşak Makine), du romancier américain William Burroughs;
  • la maison d’édition Ayrıntı Yayınları et la traductrice Funda Uncu seront poursuivis respectivement pour la publication et la traduction du roman Snuff (Ölüm Pornosu), du romancier américain Chuck Palahniuk.

Dans le cadre de l’instruction de ces affaires, le procureur a requis une expertise des deux ouvrages auprès du Conseil du Premier ministre pour la protection de l’enfance; le Conseil a jugé les deux romans obscènes. En conséquence, des procès ont été ouverts contre les éditeurs et les traducteurs concernés. Ils sont accusés de violation de l’article 226 du code pénal turc pour avoir diffusé des livres irrespectueux des normes morales, de nature à blesser la sensibilité de la population et à en exploiter le désir sexuel.

En juin 2010, le même tribunal avait poursuivi la maison d’édition Sel Yayınları et le traducteur İsmail Yerguz pour avoir respectivement publié et traduit des romans jugés obscènes par le même Conseil du Premier ministre pour la protection de l’enfance. Les livres en question étaient Les Exploits d’un jeune don Juan (Genç bir Don Juan’ın Maceraları) de Guillaume Apollinaire, Correspondance d’une bourgeoise avertie (Görgülü ve Bilgili bir Burjuva Kadının Mektupları) par P.V., et Perinin Sarkacı de l’auteur turc Ben Mila. L’éditeur comme le traducteur ont été acquittés en décembre 2010, lors de la troisième audience.

Avec les affaires de cette année, ce sont six livres en tout qui ont fait l’objet de poursuites au cours des douze derniers mois.

L’Association des traducteurs turcs Çevbir a réagi en déclarant que «l’ouverture de procès contre des romans destinés aux adultes, au motif qu’ils sont nocifs pour les enfants, constitue une violation inadmissible du droit à la liberté d’expression. Il est évident que les livres en cause ne sont pas destinés aux enfants, qu’ils ne sont pas publiés dans la catégorie ‘littérature enfantine’ et qu’ils ne seront pas présentés comme tels. Par conséquent, les poursuites engagées sont l’expression d’une mentalité prohibitive, capable de tout pour entraver la vie sociale et culturelle des citoyens. »

La première audience dans l’affaire du roman de William Burroughs se tiendra à Sultanahmet le 6 juillet 2011, à 9 h 30, au tribunal d’instance pénal no 2 d’Istanbul.

Pour plus d’informations sur ces procès :

  • la version intégrale de l’expertise (http://www NULL.sabitfikir NULL.com/haber/iste-olum-pornosu-raporunun-tamami) du Conseil du premier ministre pour la protection de l’enfance (‘Muzır Kurulu’) sur Ölüm Pornosu (en turc);
  • l’article (http://www NULL.hurriyetdailynews NULL.com/n NULL.php?n=controversial-books-translator-detained-2011-06-08) publié par un journal en anglais sur le traitement infligé par la police à la traductrice d’Ölüm Pornosu.

Le CEATL a écrit au ministre turc de la Justice (http://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2011/07/2011-07-01-Turkish-Minister-of-Justice NULL.pdf) et à celui de la Culture et du Tourism (http://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2011/07/2011-07-01-Turkish-Minister-of-Culture NULL.pdf)e pour leur faire part de son inquiétude.

Deux nouveaux procès contre des traducteurs et éditeurs turcs de romans étrangers
Étiqueté avec :