Faisant suite à ses études précédentes concernant la traduction littéraire en Europe, Rüdiger Wischenbart et ses collègues nous présentent aujourd’hui le Diversity Report 2010.

Ainsi que le précisent ses auteurs, ‘ce rapport a pour objectif de décrire et mesurer l’influence (et ses limites) qu’exerce un échantillon représentatif des auteurs de fiction les plus renommés d’Europe sur la diversité culturelle de quinze marchés littéraires du continent. C’est grâce à la traduction d’œuvres de fiction que les histoires, les souvenirs et les idées franchissent les frontières culturelles. Les auteurs littéraires et leurs œuvres représentent la richesse culturelle de ce continent. Cependant, notre connaissance des flux de traduction – et de ses barrières – manque des données objectives permettant d’aboutir à une analyse sérieuse. S’appuyant sur ses deux rapports précédents, le Diversity Report 2010 a suivi environ 200 auteurs de fiction reconnus et leurs travaux à travers une large portion du marché littéraire européen et de ses environnements culturels afin de répertorier et de décrire:

  • qui est traduit dans des langues données et qui ne l’est pas;
  • quelles langues sont les mieux adaptées à la traduction, ou mieux acceptées dans certains territoires, que d’autres;
  • quelles sont les tendances globales concernant la traduction de la fiction contemporaine?

Parmi les auteurs interrogés, se trouvent des écrivains de langue anglaise (UK et Afrique du Sud), française, allemande (Allemagne et Autriche), espagnole, suédoise, italienne, ainsi que, plus particulièrement, ceux des pays d’Europe centrale et du Sud-Est.’

Le rapport ainsi que davantage d’informations sur le projet peuvent être téléchargés ici (http://www NULL.wischenbart NULL.com/translation/).

‘Diversity Report 2010’: qui traduit-on en Europe?
Étiqueté avec :