Les traducteurs littéraires de cinq romans européens sont attendus lors d’une tournée des librairies néerlandaises en septembre et octobre. Au cours de cette manifestation appelée ‘Vertalersgeluk’ (‘Le bonheur du traducteur’), ils traiteront de la diversité et de la trop fréquente invisibilité de leur travail, ainsi que des aspects esthétiques et stimulants de leur profession.

Durant ces journées, les traducteurs Jeanne Holierhoek, Edgar de Bruin, Harm Damsma et Niek Miedema, Annelies van Hees et Liesbeth van Nes parleront de leur traductions, Drie sterke vrouwen de Marie NDiaye, De werkplaats van de duivel de Jáchym Topol, De niet verhoorde gebeden van Jacob de Zoet de David Mitchell, Dat weet je niet de Jens Christian Grøndahl et HhhH de Laurent Binet.

Ces cinq romans ont été sélectionnés pour le ‘Prix européen de littérature’, qui a été accordé pour la première fois le 3 septembre dernier, à la traductrice Jeanne Holierhoek et à l’auteur Marie NDiaye pour Drie sterke vrouwen (Trois femmes puissantes).

Le programme de ‘Vertalersgeluk’ comprend une introduction par la traductrice Nicolette Hoekmeijer, suivie par des conférences sur la traduction de trois des romans selectionnés et se conclura avec une discussion entre les participants et l’assistance.

Pour davantage de renseignements, voir le site de la Fondation néerlandaise pour les lettres (http://www NULL.letterenfonds NULL.nl/pers/vertalersgeluk NULL.html) (en néerlandais).

‘Le bonheur du traducteur’: des traducteurs néerlandais parlent de la satisfaction que peut apporter une traduction remarquée