Le 7 décembre 2010, İrfan Sancı, de la maison d’édition turque Sel Yayınları, et le traducteur İsmail Yerguz, poursuivis pour avoir respectivement «publié et traduit des livres obscènes», ont été acquittés. Les ouvrages qui faisaient l’objet du procès ouvert au début de cette année comprenaient un ouvrage turc, Perinin sarkacı de Ben Mila, et deux traductions du français par İsmail Yerguz : Genç Bir Don Juan’ın Maceraları (Les exploits d’un jeune don Juan) de Guillaume Apollinaire, et Görgülü ve Bilgili bir Burjuva Kadının Mektupları (Correspondance d’une bourgeoise avertie) par P.V. Les trois titres ont été publiés dans la série de Sel Yayınları intitulée Cinsel («Sexuel») consacrée à la littérature érotique et aux essais concernant la sexualité.

Au cours d’audiences précédentes, un expert nommé par la cour a jugé que les trois livres étaient des ouvrages littéraires, ne pouvant être considérés comme obscènes. Néanmoins le procureur a transmis les livres au Conseil du premier ministre pour la protection de l’enfance, qui décida que ces publications étaient nocives pour les enfants. Au cours de la troisième audience du 7 décembre, le juge a admis que les trois titres étaient des œuvres littéraires qui n’étaient pas destinées aux enfants. L’éditeur et le traducteur ont été acquittés.

Une affaire de même nature s’est déjà déroulée en 1999 concernant la traduction turque des Onze mille vierges, un autre ouvrage de Guillaume Apollinaire traduit et publié par l’éditeur Hades. Ce livre a dû faire face lui aussi à l’accusation d’obscénité. Au début de 2010, la Cour Européenne des Droits de l’Homme a décidé que le jugement du tribunal turc violait la liberté d’expression telle qu’elle est formulée dans la Déclaration de Droits de l’homme, et que l’amende et la saisie décrétée par le tribunal turc étaient disproportionnées et inappropriées dans un pays démocratique.

Ici (http://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2010/09/Sel_Ya_20100701 NULL.pdf) vous pouvez prendre connaissance de la lettre que le CEATL a écrite en juin 2010 pour manifester son soutien à Sel Yayınları et à son traducteur İsmail Yerguz.

Un traducteur et un éditeur turcs acquittés des charges d’obscénité
Étiqueté avec :