Une pétition présentée au gouvernement italien (https://www NULL.openpetition NULL.eu/petition/online/cura-italia-relief-cant-forget-culture) et lancée en avril par Strade (http://www NULL.traduttoristrade NULL.it/), membre du CEATL, (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/10/Logo_Strade_2_oct_20-e1604570149753 NULL.jpg)ainsi que par les associations de traducteurs AITI (https://aiti NULL.org/) et ANITI (https://www NULL.aniti NULL.it/) et l’association d’illustrateurs AI – Autori di Immagini (http://www NULL.autoridimmagini NULL.it/) a obtenu des résultats historiques.

Le 16 octobre, le ministère italien de la Culture a annoncé que 5 millions d’euros du fonds d’urgence du Covid-19 seront versés spécifiquement aux traducteurs littéraires (https://www NULL.beniculturali NULL.it/comunicato/editoria-franceschini-5-milioni-di-euro-per-i-traduttori) qui présentent des critères d’éligibilité, avec des aides individuelles pouvant atteindre 3000 euros.

Celle pétition, qui a été signée par des auteurs du monde entier, a exhorté le gouvernement à ne pas négliger les professions créatives initialement écartées du plan d’urgence. Cet appel et d’autres efforts de lobbying ont commencé à porter leurs fruits en juin, lorsque les traducteurs littéraires ont été inclus aux bénéficiaires d’aide ponctuelle pour les professionnels de la culture dont les revenus viennent des droits d’auteur. Mais ce nouveau décret est destiné spécifiquement aux traducteurs de l’édition, et marque la première reconnaissance de leur profession par le gouvernement italien.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/10/Logo-Aniti_new_oct-20 NULL.png) (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/10/aiti-logo-2-_oct-20 NULL.jpe)

La revendication aboutit à une aide d’urgence et à la reconnaissance officielle des traducteurs italiens
Étiqueté avec :