L‘Association des traducteurs littéraires tchèques a décerné son prix annuel de la meilleure traduction, le Prix Josef Jungmann, à l’ hispaniste Anežka Charvátová pour sa traduction de 2666, roman apocalyptique de l’écrivan chilien Roberto Bolaño (publié par les éditions Argo), et en prenant en considération ses autres traductions du même auteur. Le jury a apprécié l’exceptionnelle variété des genres et vocabulaires que la traductrice a remarquablement maîtrisés dans ce roman polyphonique et expressif, depuis le discours philosophique jusqu’aux jargons divers. Anežka Charvátová a prouvé qu’elle est devenue une brillante Bolaño tchèque.

czech.Anecka Charvátová.okt13 (http://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2013/10/czech NULL.Anecka-Charvátová NULL.okt13 NULL.jpg)

Deux ‘prix de la créativité’ sont allés à Jitka Lukešová pour la traduction du roman de l’écrivain roumain Gib I. Mihăescu Rusoaica, publié sous le titre tchèque Ruska (‘La Femme russe’) par les éditions Havran, et à Jan Jeništa pour sa traduction du roman polonais Barbara Radziwiłłówna z Jaworzna-Szczakowej de Michał Witkowski et publié sous le titre tchèque Královna Barbara (‘La Reine Barbara’) par les éditions Fra. Les remarquables traductions de l’allemand Věra Koubová ont ouvert à cette traductrice la porte du Temple de la renommée.

Célébrant son 22e anniversaire, la cérémonie de remise de prix a eu lieu à l’occasion du jour de Saint-Jérôme, saint patron des traducteurs, à Prague le 2 octobre 2013.

Le Prix des traducteurs tchèques va à Anežka Charvátová
Étiqueté avec :