Visibilité du traducteur littéraire aux Pays-Bas : Vertaalslag 2014

Le 3 mars dernier, la section « traducteurs littéraires » de l’Association des auteurs néerlandais (VvL) a organisé, en partenariat avec la Fondation pour les activités littéraires Amsterdam (SLAA), sa soirée annuelle de discussion autour de la traduction ou « Vertaalslag ». Le thème de cette année était : « Le traducteur comme auteur, l’auteur comme traducteur ».

Appel à candidatures : stage pour traducteurs de l’allemand, littérature jeunesse (17-22 août 2014, Hambourg)

Du 17 au 22 août 2014, la fondation Robert Bosch et l’Arbeitkreis für Jugendliteratur e.V. (groupe de travail sur la littérature jeunesse) accueillera le cinquième atelier annuel consacré à la traduction de la littérature jeunesse allemande.

Intitulé « Kein Kinderspiel ! », ce stage de cinq jours offrira à 15 traducteurs la possibilité d’aborder les problématiques spécifiques au genre et de discuter des tendances actuelles.

Le prix de traduction 2014 de Straelen décerné à Marianne Gareis et Michel Kegler

La Kunststiftung NRW (fondation pour l’art en Rhénanie du Nord-Westphalie) et le Collège européen des traducteurs de Straelen ont décerné leur prix de traduction 2014 à Marianne Gareis et Michel Kegler pour l’ensemble de leurs traductions du portugais du Brésil.

À travers ce choix, le jury entend mettre en lumière la richesse de l’éventail couvert par la littérature brésilienne depuis les débuts de l’époque moderne jusqu’à nos jours.

Accord général sur les rémunérations et les pourcentages à appliquer dans le domaine de la traduction littéraire

Le VdÜ, Association des traducteurs littéraires allemands, et plusieurs maisons d’édition allemandes, le Carl Hanser Verlag de Munich en tête, viennent de conclure un accord général sur les rémunérations et les pourcentages à appliquer dans le domaine de la traduction littéraire (« Gemeinsame Vergütungsregel »).

Douze ans après l’entrée en vigueur du nouveau Code du droit d’auteur en 2002, qui affirme le droit pour tous les auteurs de recevoir une rémunération et des pourcentages adéquats et équitables, et après une cinquantaine de procès engagés par des traducteurs littéraires individuels contre leurs maisons d’éditions, un certain nombre d’entre elles et le VdÜ se sont entendus sur une définition de ces rémunérations et pourcentages adéquats et équitables :

  1. Les traducteurs littéraires doivent recevoir une rémunération de base de 18,50 € minimum par page de manuscrit (30 lignes de 60 signes maximum, espaces incluses) pour tout texte de qualité et de difficulté moyennes ; de 15 € minimum quel que soit le genre littéraire (y compris littérature jeunesse, essais et documents) ; et de 22 € minimum pour des textes exigeants et difficiles.