L’organisation de gestion collective autrichienne gagne en justice contre Amazon

En 2007, le groupe Amazon a refusé de payer une redevance pour la copie privée sur la vente en ligne de supports d’enregistrement à des clients en Autriche. Amazon a été attaquée en justice par l’organisation de gestion collective autrichienne Austro-Mechana (http://www NULL.akm NULL.at/) et jugée passible par la Cour européenne de justice de payer la redevance. Toutefois la Cour a renvoyé le cas à la juridiction autrichienne afin qu’elle détermine les critères de distribution de cette redevance.

En Autriche, 50% des fonds générés par la redevance sur la copie privée sont distribués à des détenteurs individuels des droits, tandis que les 50% restants sont utilisés à des fins sociales, culturelles ou d’éducation, c’est à dire pour toutes sortes de projets initiés par des particuliers ou des institutions. Lorsque le Tribunal de première instance a conclu que pour un certain nombre de raisons Amazon n’avait pas à payer la redevance, c’est une importante source de financement des arts et de la culture ainsi que tout le système de gestion collective autrichienne qui ont été mis en danger.

Heureusement, au printemps 2017 la Cour suprême autrichienne a confirmé qu’Amazon était bien passible de payer la redevance sur la copie privée pour tous les types de supports d’enregistrement (y compris les téléphones portables) et que le système autrichien de gestion collective était en accord avec la législation nationale et européenne.

L’arrêté du jugement peut être consulté ici (https://tinyurl NULL.com/yb2tuu9g) (en allemand).

Le contrat type suédois pour les traducteurs est résilié, de nouvelles stratégies se mettent en place

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/swedish-model-contract-for-translators-terminated-new-strategies-in-the-making/sweden-oversattareloggahemsidan)L’Union des écrivains suédois (http://www NULL.forfattarforbundet NULL.se/) et l’Association des éditeurs suédois se sont mis d’accord sur un contrat type de traduction il y a plusieurs décennies. Ce contrat a été renégocié à plusieurs reprises, mais en général il a été respecté et utilisé presque à chaque fois que les éditeurs ont eu recours à des traducteurs littéraires, que le traducteur ou l’éditeur ait été membre des organisations signataires ou pas. En principe, le contrat garantissait au traducteur une rémunération pour son travail à la remise du manuscrit et une autre rémunération au titre de droits moraux ou d’auteur lors des nouvelles éditions sur des termes différents pour des formats différents. Si le livre n’avait pas été réimprimé dans les huit ans le traducteur pouvait reprendre gratuitement ses droits sur sa traduction.

Il y a environ deux ans, l’Union et l’Association ont entamé de nouvelles négociations pour réviser le contrat type. Celles-ci ne progressaient pas vite et n’étaient pas très constructives, s’enlisant souvent dans des discussions sans fin sur la législation fiscale et son impact sur la rémunération du traducteur. A la fin, l’Union a dû refuser une offre des éditeurs qui signifiait en pratique une baisse de leurs rémunérations et pas de rémunération pour les nouvelles éditions.

Deux mois plus tard, l’Association des éditeurs suédois a dénoncé le contrat type. Il prendra fin dès la fin du mois de juin.

La section traducteurs de l’Union des écrivains a recommandé à ses membres ainsi qu’aux éditeurs de s’en tenir à l’ancien contrat type, parce qu’il a été utilisé pendant de nombreuses années, que chacun sait comment l’utiliser et que ses termes sont à peu près justes pour les deux parties. On lui a indiqué que tous les éditeurs n’accepteraient pas cette proposition. Au contraire, les éditeurs essaient de mettre en place de nouveaux modèles de contrat dans leurs négociations avec les traducteurs isolés.

La section traducteurs de l’Union des écrivains travaille en ce moment à élaborer des stratégies pour faire face à la nouvelle situation du marché.

Pour obtenir le texte du contrat type désormais résilié, cliquez ici (http://oversattarsektionen NULL.se/avtalsalfabetet#agreement).

Bourse de résidence pour les traducteurs de littérature islandaise (date limite 1er octobre 2017)

Le Centre de littérature islandaise et l’Union des écrivains d’Islande offrent des bourses de résidence (http://www NULL.islit NULL.is/en/grants/) pour les traducteurs de littérature islandaise. Les candidats retenus obtiendront des résidences de deux à quatre semaines à Gunnarshús, la résidence des écrivains à Reykjavik, en 2018, excepté de juin à août.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/residency-grants-for-translators-of-icelandic-literature-deadline-1-october-2017/iceland-gunnarshus-3)
Gunnarshús, la maison blanche au milieu

La bourse comprend le voyage, le logement et une somme de 30 000 ISK par semaine, pour couvrir les dépenses durant le séjour.

La date limite pour l’inscription à la prochaine session est le 1er octobre 2017.

Le formulaire d’inscription en ligne sera disponible ici (https://form NULL.islit NULL.is/) quatre semaines avant la clôture des inscriptions.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/residency-grants-for-translators-of-icelandic-literature-deadline-1-october-2017/iceland-gunnarshus-2)
l’intérieur de Gunnarshús

L’École européenne de traduction littéraire démarre avec un stage d’été : la formation du professeur de traduction littéraire (Rome, du 12 au 15 septembre 2017)

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/european-school-of-literary-translation-starts-off-with-summer-school-training-the-teacher-of-literary-translation-rome-12-15-september-2017/petra-logo-eslt-juni17)Fondée depuis peu, l’École européenne de traduction littéraire a pour but de soutenir la traduction littéraire professionnelle en créant une infrastructure pan-européenne durable pour l’éducation des professeurs de traduction littéraire. L’ESLT contribuera à l’amélioration de la qualité des traductions littéraires et par là même, à la promotion de la diversité culturelle et littéraire européenne et à l’idéal européen d’une culture européenne partagée.

Quatre organismes partenaires participent à l’ESLT : le Centre britannique pour la traduction littéraire (BCLT (http://www NULL.bclt NULL.org NULL.uk/)), le Centre d’expertise pour la traduction littéraire (ELV (http://literairvertalen NULL.org/)), le Campus Link (http://linkinternational NULL.eu/) de l’Université de Rome et la Fondation San Pellegrino (Fusp (http://www NULL.fusp NULL.it/)). Cette collaboration découle du réseau PETRA-E, un réseau européen d’institutions dédié à l’éducation et la formation des traducteurs littéraires.

L’ESLT démarrera avec un stage d’été intitulé « La formation du professeur de traduction littéraire » qui se déroulera à Rome du 12 au 15 septembre 2017.

Ce stage rassemblera 20 traducteurs et enseignants venus de toute l’Europe et passionnés par l’enseignement de la traduction littéraire. Le programme de 3 jours sera constitué de conférences, débats, séminaires, ateliers et séances de tutorat individuel. Les sujets étudiés seront la révision et la reprise de traductions, l’évaluation et la notation, et le rôle de la théorie de la traduction dans un cursus pratique. L’ESLT mettra en œuvre le Cadre pour l’éducation et la formation des traducteurs littéraires élaboré par PETRA-E.

Les candidats seront choisis parmi :

  • Des traducteurs littéraires confirmés
  • Des enseignants dans les programmes internationaux de traduction littéraire ou des débutants intéressés par l’enseignement
  • Des professeurs motivés désireux de professionnaliser leurs capacités pédagogiques dans le domaine de la traduction littéraire.

Procédure d’inscription : les candidats au stage d’été de 2017 seront sélectionnés par les quatre organismes participants.

Pour plus de renseignements sur ce programme, cliquez ici (http://traduzione-editoria NULL.fusp NULL.it/european-school-of-literary-translation).

Pour plus de renseignements sur les modalités d’inscription, envoyez un e-mail à estl@fusp.it (estl null@null fusp NULL.it)

Date limite d’inscription : 23 juin 2017

Soutien accru pour les traductions de la littérature tchèque

Le Ministère de la Culture de la République tchèque accroit son soutien à la publication de la littérature tchèque à l’étranger. Les termes du nouveau Programme de soutien permettent de récupérer jusqu’à 70% du coût total de la publication. Cette aide à la traduction d’un ouvrage complet comprend :

  • Une aide pour la traduction (jusqu’à 50% du coût total de la publication)
  • pour la conception de la couverture, graphisme, composition, impression (jusqu’à 50% du coût total de la publication)
  • pour les droits (jusqu’à 15% du coût total de la publication)
  • pour la promotion (jusqu’à 25% du coût total de la publication)

Elle concerne la poésie, la prose, la littérature jeunesse et jeunes adultes, la bande dessinée, le théâtre, les essais, etc. Priorité est donnée à la littérature contemporaine. La langue source est le tchèque, et il n’y a aucune restriction concernant les langues cibles.

Dates limites pour 2018 : 15 novembre 2017 et 15 avril 2018.

Pour plus de renseignements, cliquez ici (https://www NULL.mkcr NULL.cz/literature-and-libraries-1123 NULL.html?lang=en).

Appel à communications : Colloque international sur Samuel Beckett – Littérature et Traduction (Caceres, Espagne, 12-13 avril 2018)

Les 12 et 13 avril 2018, le Département d’anglais de l’Université d’Estrémadure à Caceres en Espagne organisera un colloque international sur la présence de Beckett dans la vie culturelle espagnole au long des soixante dernières années, spécialement sur les restitutions en espagnol de son œuvre.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/call-for-papers-international-conference-on-samuel-beckett-literature-and-translation-caceres-spain-12-13-april-2018/olympus-digital-camera-21)
Samuel Beckett

Même si la quasi-totalité de ses romans, œuvres dramatiques, textes en prose et poèmes ont été traduits en espagnol, la qualité de ces versions est très variable. De plus, la plupart des textes emblématiques sont désormais épuisés, tandis que d’autres ne se trouvent que dans des éditions très limités. Ce colloque sera l’occasion de débattre des traductions en espagnol des écrits de Beckett, afin que les conclusions des études présentées contribuent à la recherche future et à la réception de son œuvre.

Les propositions interdisciplinaires, en espagnol, français ou anglais, sur les sujets suivants (mais pas exclusivement) sont les bienvenues :

  • Traductions des œuvres de Beckett en espagnol et d’autres langues de la péninsule : analyse des cas particuliers et état des arts.
  • Samuel Beckett et le bilinguisme dans son œuvre.
  • Samuel Beckett et l’auto-traduction en anglais et français.
  • Réception de Samuel Beckett en Espagne.
  • Censure de l’œuvre de Samuel Beckett en Espagne.
  • Tendances de la critique dans l’interprétation de l’œuvre de Samuel Beckett.

Les propositions sont à envoyer à l’adresse suivante : samuel_beckett@unex.es (samuel_beckett null@null unex NULL.es) et doivent indiquer :

  • Le titre de la communication
  • Le nom du participant, son affiliation institutionnelle et son adresse mail
  • Un résumé de 200 à 300 mots.

Date limite pour l’envoi : 30 septembre 2017.

Pour plus de renseignements, cliquez ici (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2017/06/cfp_international_samuel_beckett_conference NULL.pdf).

L’ancienne présidente du CEATL Ros Schwartz reçoit le Prix du Mémorial John Sykes

Le 19 mai 2017, lors d’un dîner au Musée national du Pays de Galles à Cardiff, l’ancienne présidente du CEATL Ros Schwartz a reçu le Prix d’excellence du Mémorial John Sykes pour ses réalisations dans le domaine de la traduction.

L’Institut de traduction et d’interprétariat (http://www NULL.iti NULL.org NULL.uk/) (ITI) décerne ce prix à une personne ayant apporté une contribution exceptionnelle au monde de la traduction et de l’interprétariat sur une longue période. Pour Ros Schwartz, traductrice du français vers l’anglais, cette contribution inclut plus de 70 titres allant de la fiction, du théâtre et de la littérature jeunesse aux albums graphiques, en passant par de nombreux ouvrages de non-fiction.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/former-ceatl-president-ros-schwartz-receives-john-sykes-memorial-prize/uk-ros-schwarz-may17)
Ros Schwartz

Parmi les auteurs français et francophones traduits par Ros Schwartz, on compte Aziz Chouaki, Fatou Diome, Dominique Eddé, Hélène Gestern, Jacqueline Harpmann, Yasmina Khadra, Dominique Manotti, Julien Neel, Emmanuel Raynaud, Olivier Roy, Ousmane Sembène et Claudine Vegh.

Elle a publié une nouvelle traduction du célèbre classique de Saint-Exupéry, Le petit prince, (en lice pour le Prix Marsh 2013 de traduction de littérature jeunesse) et fait partie de l’équipe de Penguin Classics chargée de la retraduction en anglais des romans de Georges Simenon.

Elle a traduit récemment Sur ma mère (About my Mother, Telegram) de Tahar Ben Jelloun, Le crime de Jean Genet (The Crime of Jean Genet, Seagull) de Dominique Eddé, et à paraître Les foudres de Staline (Stalin’s Meteorologist, Harvill Secker, de Olivier Rolin.

Parallèlement à son travail de traduction, elle a siégé dans divers organismes littéraires et de traduction, en tant que Présidente du CEATL (2000-2009), Présidente du comité consultatif du Centre britannique pour la traduction littéraire (2005-2009) et Présidente de la commission traduction de l’association des écrivains English PEN de 2010 à 2014.

Ros Schwartz, qui a aussi contribué à des ouvrages et écrit des articles consacrés à l’art de la traduction littéraire, est co-fondatrice et directrice de l’école d’été de traduction littéraire de City University, Translate at City.

En 2009, elle a été nommée Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres pour ses services rendus à la littérature.

Le premier Lion de St Jérôme hongrois attribué aux éditeurs Magvető et Typotex

Saint Jérôme était un religieux érudit et traducteur de la Bible, à qui on doit la Vulgate, la première traduction en latin qui constitue la base des traductions actuelles de la Bible. La légende raconte qu’il a un jour enlevé une épine de la patte d’un lion, lequel devint son animal de compagnie.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/the-first-jeromes-lion-award-in-hungary-went-to-publishers-magveto-and-typotex/hungary-jerome-magveto)
Éditeur de l’une des maisons d’édition gagnantes, Magvető.

En décernant le Lion de Jérôme, l’Association hongroise des traducteurs littéraires (MEGY (http://www NULL.muforditok NULL.hu/)) suit l’exemple de l’Association polonaise des traducteurs littéraires en adaptant le modèle des bonnes pratiques au marché hongrois. Le but de la MEGY et de récompenser les éditeurs qui, malgré l’adversité du marché, combattent comme des lions pour défendre les royalties et les droits des auteurs et traducteurs, et pour établir une confiance mutuelle entre traducteurs et éditeurs. La MEGY est convaincue que de bons niveaux professionnels sont assurés grâce à des publications et des traductions de qualité, une communication transparente, une négociation constructive avec les traducteurs, des accords et des contrats satisfaisants, et une relation traducteur/éditeur établie sur des bases fermes. Le respect du travail des auteurs et des traducteurs garantit la qualité des livres que nous lisons.

Ce prix est décerné chaque année à un éditeur choisi grâce à une enquête menée parmi les membres de la MEGY, lors d’une cérémonie spéciale. Les récipiendaires peuvent indiquer « Lauréat du Prix Lion de Jérôme – MEGY 201X » sur leurs publications.

Il a été remis pour la première fois lors du Festival international du livre 2017 de Budapest, Hongrie, d’après les votes des adhérents de la MEGY, aux deux maisons d’édition Magvető (http://www NULL.magveto NULL.hu/) et Typotex (http://www NULL.typotex NULL.hu/).

Le prix polonais récompensant les éditeurs favorables aux traducteurs littéraires décerné à Wydawnictwo Książkowe Klimaty

L’Association polonaise de traducteurs littéraires (http://www NULL.stl NULL.org NULL.pl/) a annoncé que l’éditeur Wydawnictwo Książkowe Klimaty a reçu le deuxième Lion de Jérôme, qui récompense les éditeurs favorables aux traducteurs littéraires.

Depuis ses tout débuts, ce jeune éditeur a montré qu’il était conscient de l’importance du travail du traducteur littéraire. Il adopte de bonnes pratiques envers les traducteurs en leur offrant des contrats équitables, respectant leurs opinions et propositions, les payant en temps et en heure, et leur donnant la reconnaissance qui est due à la part du traducteur dans la présentation de la publication finale. A la connaissance de l’association, Książkowe Klimaty est le seul éditeur polonais à inclure la photo du traducteur et une courte biographie à côté de celles de l’auteur.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/polish-award-for-publishers-supporting-literary-translators-goes-to-wydawnictwo-ksiazkowe-klimaty/poland-jerome-lion-may17)
La sculpture du Lion pour Książkowe Klimaty et les livres de l’éditeur (Photo: Justyna Czechowska)

Le lauréat recevra une sculpture de Beata Zwolańska-Horod, ainsi qu’un certificat. La cérémonie de remise aura lieu le 18 mai 2017 à 15 heures, le premier jour du Salon du livre de Varsovie.

L’objectif de ce prix est de promouvoir les bonnes pratiques dans l’industrie de l’édition et de reconnaître les efforts des éditeurs qui, malgré les difficiles conditions du marché, se battent aussi férocement que des lions pour maintenir une qualité élevée, le respect des droits d’auteur, et des relations avec leurs collaborateurs fondées sur une confiance mutuelle.

La désignation du lauréat est basée sur une enquête menée parmi les membres de l’association. Une commission constituée de Justyna Czechowska, Rafał Lisowski, Sławomir Paszkiet, Maciej Świerkocki et Łukasz Witczak supervise le concours et rend le verdict final.

L’Assemblée générale annuelle des représentants nationaux du CEATL s’est tenue à Utrecht du 11 au 13 mai 2017

Après l’approbation du rapport moral, du rapport financier et du compte-rendu de la dernière AG de Barcelone, un nouveau Conseil d’Administration a été élu :

Morten Visby, président du Conseil d’Administration (Association des traducteurs danois)
Lara Hölbling Matković, secrétaire général (Association des traducteurs littéraires croates (DHKP))
Shaun Whiteside, trésorier (Association des traducteurs, Royaume-Uni)
Bjørn Herrman, vice-président (Norsk Oversetterforening, Norvège)
Kateřina Klabanová, secrétaire du Conseil d’Administration (Obec Překladatelů, République tchèque)

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/the-annual-general-assembly-of-ceatls-national-representatives-was-held-in-utrecht-between-11-and-13-may/ceatl-board-may17)
Le nouveau CA du CEATL. De gauche à droite : Bjørn Herrman, Morten Visby, Lara Hölbling Matković, Kateřina Klabanová, Shaun Whiteside. Photo: Ildikó Lőrinszky

Au cours de l’assemblée générale, les délégués ont pu entendre des rapports complets sur les groupes de travail et leurs projets.

L’assemblée a aussi inclus une table ronde sur les aspects variés des conditions de travail, les droits d’auteurs et la visibilité des traducteurs avec des étudiants en traduction de niveau Master.

La principale manifestation publique, en lien avec le Festival littéraire international d’Utrecht (ILFU), fut une joute de traduction entre Shaun Whiteside et Laura Watkinson qui ont traduit un poème de Hannah van Binsbergen.

Le CEATL remercie l’Association néerlandaise Auteursbond (http://auteursbond NULL.nl/) (Boekvertalers et Literair vertalers), l’Expertisecentrum Literair Vertalen (http://literairvertalen NULL.org/), le Nederlands Letterenfonds (http://www NULL.letterenfonds NULL.nl/en/) (Fondation néerlandaise pour la littérature) et Lira (http://www NULL.lira NULL.nl/) pour leur accueil chaleureux et la fluidité de l’organisation pendant toute la durée de l’Assemblée générale.

Les traducteurs à la Foire internationale du livre de Turin (18-21 mai 2017)

Pour la 18ème année consécutive, la Foire internationale du livre de Turin organise un certain nombre d’activités en direction des traducteurs, sous le titre de « AutoreInvisibile ».

Du jeudi 18 mai au dimanche 21 mai 2017, traducteurs, éditeurs et auteurs participeront à des séminaires et des discussions sur les problématiques actuelles de la traduction littéraire. Le principal événement de cette manifestation sera la série « Le traducteur et son double », au cours de laquelle six auteurs, Maria Teresa Andruetto (Argentine), Daniel Pennac (France), Luis Sepùlveda (Chili), Annie Ernaux (France), Jenny Erpenbeck (Autriche) et Chris Bachelder (USA), dialogueront avec leurs traducteurs italiens.

Cliquez ici (http://www NULL.salonelibro NULL.it/) ou ici (https://www NULL.facebook NULL.com/AutoreInvisibile/) (Facebook) pour le programme détaillé.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/translators-at-turin-international-book-fair-18-21-may-2017/italy-turin-logo-may17)

Résidences au Centre littéraire tchèque (date limite : 1er juin 2017)

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/residencies-at-czech-literary-centre-deadline-1-june-2017/czech-republic-residencies-opened-book-may17)Le tout jeune Centre littéraire tchèque (http://www NULL.czechlit NULL.cz/en/) organise deux résidences de 2 à 4 semaines destinées à des écrivains, traducteurs, critiques et chercheurs littéraires étrangers et souhaitent en apprendre plus sur la littérature et la culture tchèques à laquelle ils s’intéressent déjà.

L’objectif de ces résidences, sous la forme de bourses créatives et sans limite d’âge, est de favoriser la littérature, le dialogue constructif, et les échanges culturels internationaux. Les résidents auront le temps de se consacrer à leurs projets littéraires et de recherche, l’opportunité d’approfondir leur connaissance de la scène culturelle et littéraire tchèques, et même de participer à la vie littéraire locale.

Période des résidences : septembre-décembre 2017
Lieux : Prague et Brno
Date limite d’inscription : 1er juin 2017.

Pour plus de renseignements, cliquez ici (http://www NULL.czechlit NULL.cz/en/apply-for-residencies-in-prague-and-brno-organised-by-the-czech-literary-centre/).

Rencontre publique sur la traduction littéraire lors de l’AG du CEATL (Utrecht, le 11 mai 2017)

Cette année l’Assemblée générale du CEATL se tiendra à Utrecht aux Pays-Bas, du 10 au 13 mai 2017.

Profitant de la présence de traducteurs littéraires venus de plus de 30 pays, l’Association néerlandaise hôte, Auteursbond (http://auteursbond NULL.nl/) (la Guilde des auteurs) a uni ses forces avec la Maison littéraire d’Utrecht (http://www NULL.hetliteratuurhuis NULL.nl/) pour organiser une manifestation spéciale consacrée à la traduction, le jeudi 11 mai, dans le cadre du Festival international de littérature d’Utrecht (ILFU).

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/mini-festival-on-literary-translation-during-ceatls-agm-utrecht-11-may-2017/ceatl-agm-publicevent-april17)

Sous le titre « Une foule de Koch » Herman Koch, auteur du roman Het Diner (Le Dîner), interviewera trois de ses traducteurs, Kerti Tergem, Sam Garrett et Maria Rossich, sur le processus de traduction, dans le but de découvrir qui est Herman Koch dans leur pays respectif. (Cette rencontre se déroulera en néerlandais)

Erik Bindervoet et Robert-Jan Henkes forment un célèbre duo dans le domaine de la  traduction et du spectacle. Ils ont traduit une grande partie des chansons de Bob Dylan et s’engageront dans une discussion comique sur son travail et leurs traductions (en anglais).

Les traducteurs Laura Watkinson et Shaun Whiteside participeront à une « joute de traduction », animée par Martin de Haan, et discuteront de leurs traductions d’un poème du lauréat du Prix VSB de poésie Hannah van Binsbergen.

L’éminent romancier et critique littéraire anglais Tim Parks est aussi traducteur de littérature italienne et auteur d’un important ouvrage sur la traduction, Translating Style. En considérant le roman comme une « technique de survie », il parlera de la relation entre l’auteur, le texte, le lecteur – et le traducteur (en anglais).

On trouvera de plus amples renseignements sur le site du festival (http://www NULL.ilfu NULL.nl/programma/?lang=en).

Le samedi 13 mai, Utrecht accueillera Nederland Vertaalt (les Pays-Bas traduisent), une manifestation publique sur la traduction littéraire. Pour plus de renseignements, cliquez ici (http://verstegenstigter NULL.nl/nv/grote-vertaaldag).

Le Prix 2016 de l’état autrichien pour la traduction littéraire décerné à Ulla Ekblad-Forsgren et Alexander Sitzmann

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/2016-austrian-state-prize-for-literary-translation-goes-to-ulla-forsgren-ekbla%cc%8ad-and-alexander-sitzmann/austria-ulla-ekblad-forsgren-april17)
Ulla Ekblad-Forsgren

Les traducteurs Ulla Ekblad-Forsgren (Suède) et Alexander Sitzmann (Autriche) sont les lauréats du Prix 2016 de l’état autrichien pour la traduction littéraire, d’une valeur de 10 000 euros. Ce prix, décerné chaque année sous le patronage du Chancelier autrichien récompense la traduction de la littérature autrichienne dans une langue étrangère ainsi que des traducteurs littéraires autrichiens.

Ulla Ekblad-Forsgren a reçu ce prix pour sa traduction en suédois des œuvres complètes du poète autrichien Friederike Mayröcker. Alexander Sitzmann a été honoré pour ses « remarquables traductions » en allemand d’œuvres littéraires du bulgare, macédonien, danois et islandais. De plus, 53 autres traducteurs littéraires ont reçu des prix d’une valeur totale de 74 400 euros.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/2016-austrian-state-prize-for-literary-translation-goes-to-ulla-forsgren-ekbla%cc%8ad-and-alexander-sitzmann/austria-zimmermann-apr17)
Alexander Sitzmann

La cérémonie de remise des prix se tiendra à la Maison de Musil de Klagenfurt le 28 avril 2017.

Appel à inscriptions : Colloque international sur la question ‘Qu’est-ce qu’une mauvaise traduction littéraire ?’ (date limite: 31 mai 2017)

La difficulté de traduire est due à la résistance incontestable de toute langue-culture d’accueil face à la culture de l’Autre. Le Département des Lettres et Philosophie de l’Université de Trente et le Centre d’études ISTTRAROM-Translationes, Département de langues et littératures modernes, de l’Université de l’Ouest de Timisoara organiseront du 30 novembre au 2 décembre 2017 un colloque qui s’intéresse à la réflexion sur la trahison et sur la traîtrise en traduction littéraire. Son objectif principal est de répondre à la question : Qu’est-ce qu’une mauvaise traduction littéraire ? Trahison et traîtrise en traduction littéraire.

Date limite de réception du formulaire d’inscription (fiche personnelle + résumé): le 31 mai 2017.

Après l’examen de votre dossier, le comité d’organisation vous informera des démarches à suivre.  Notification d’acceptation: avant le 31 juillet 2017.

Envoi des propositions: traductionmauvaise@gmail.com

Pour de plus amples renseignements et pour vous inscrire, cliquez ici (http://webmagazine NULL.unitn NULL.it/evento/lettere/16995/quest-ce-quune-mauvaise-traduction-litt-raire).

 

Appel à candidature: Traduire la littérature pour la jeunesse (Lavigny, Suisse; date limite: 2 juillet 2017)

Le Centre de Traduction Littéraire organise du 21 au 24 septembre 2017 le neuvième atelier thématique pour traducteurs et traductrices littéraires qui aura lieu au Château de Lavigny (http://unil NULL.us11 NULL.list-manage1 NULL.com/track/click?u=8f3d9d6b325605327a5ae5b4d&id=e97d37113a&e=aa65010465), en Suisse. Il portera cette année sur la traduction de la littérature pour la jeunesse et les enfants.

Cinq traducteurs vers le français et cinq traducteurs vers l’allemand (toutes langues sources) auront l’occasion d’échanger pendant trois jours autour de textes s’adressant à un jeune public. Répartis selon ces deux langues en deux groupes de travail, les participant-e-s travaillent sous la direction d’un traducteur ou traductrice expérimenté-e et qualifié-e. Cette année, nous avons le plaisir de travailler avec Valérie Le Plouhinec pour le français et Tobias Scheffel pour l’allemand.

Les candidatures sont à envoyer par mail ou par courrier postal jusqu’au 2 juillet 2017.  Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici (http://www NULL.unil NULL.ch/ctl/atelier).

La participation à l’atelier est gratuite – les repas et l’hébergement sont pris en charge par le CTL. Les frais de voyage sont à la charge des participants; cependant, en cas de besoin une demande peut être déposée auprès du CTL qui traitera les demandes de soutien individuellement.

 

Appel à candidatures : atelier pour les traducteurs de littérature allemande enfants et jeunesse (dernier délai : 2 mai 2017)

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/call-for-applications-workshop-for-translators-of-german-childrens-and-young-peoples-literature-deadline-2-may-2017/germany-robert-bosch)Du 13 au19 août 2017, la Fondation Robert Bosch et l’Arbeitskreis Für Jugendliteratur e.V (groupe de travail pour la littérature jeunesse e.V) accueillera le 8ème atelier annuel dédié à la traduction de la littérature allemande pour les enfants et la jeunesse, intitulé « Kein Kinderspiel ! »

Cet atelier de 5 jours à Hambourg permet à 15 traducteurs de s’atteler aux problèmes spécifiques du genre et de discuter des tendances actuelles. Les participants pourront rencontrer des auteurs, des critiques et des représentants des éditeurs, et apprendre comment profiter des opportunités de promotion et améliorer les réseaux existants. Mais l’objectif principal de l’atelier est d’être un lieu de rencontres, d’inspiration et d’échanges.

Même si les traducteurs de toutes les langues sont les bienvenus, l’accent sera mis sur ceux qui traduisent vers des langues « rares », ainsi que ceux venant de pays arabes et africains et de Turquie.

Les participants peuvent demander une bourse pour le voyage. Le logement et la nourriture pendant l’atelier seront gratuits.

Les renseignements et les formulaires d’inscription peuvent être téléchargés ici (http://www NULL.jugendliteratur NULL.org/) et ici (https://www NULL.facebook NULL.com/ArbeitskreisJugendliteratur/) (facebook)

Les dossiers d’inscription doivent être envoyés par email le 2 mai 2017 au plus tard à info@jugendliteratur.org (info null@null jugendlitteratur NULL.org)

Appel à inscriptions : 5ème atelier de traduction littéraire de l’italien à Fosdinovo, Italie (date limite : 30 avril 2017)

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/call-for-application-fifth-edition-of-workshop-on-literary-translation-in-fosdinovo-italy-deadline-30-april-2017/si-fosd2)Du 16 au 18 juillet 2017, le château Malaspina de Fosdinovo, en Toscane, accueillera le 5ème atelier annuel de traduction littéraire.

Cet atelier de 3 jours permettra aux traducteurs du japonais, du danois et de l’anglais de s’atteler aux problèmes spécifiques de leur art et de discuter des tendances actuelles. Mais surtout, l’atelier sera un lieu de rencontres, d’inspiration et d’échanges d’idées.

Pour de plus amples renseignements et pour vous inscrire, cliquez ici (http://www NULL.castellodifosdinovo NULL.it/ita/centro_culturale/seminar/traduttori-in-movimento/).

Dernier délai pour l’inscription : 30 avril 2017.

Le Prix de traduction 2017 de la Foire du livre de Leipzig décerné à Eva Lüdi Kong

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/2016-leipzig-book-fair-prize-for-translation-goes-to-eva-ludi-kong/germany-leipzig-kong)
Eva Lüdi Kong

Eva Lüdi Kong a reçu le Prix de traduction de la Foire du livre de Leipzig pour Die Reise in den Westen (‘Voyage vers l’Ouest’), sa traduction d’un ouvrage chinois d’au moins 400 ans. Dans ce livre, dont l’auteur est inconnu, quatre pèlerins bannis du paradis et condamnés à revenir sur terre, décrivent leur voyage vers l’ouest pour honorer Buddha. C’est le livre le plus populaire de la littérature chinoise. Bien que cette histoire et ses nombreuses légendes soient bien connues dans la Chine moderne, et apparaissent souvent dans des mangas, des jeux vidéo et des films, seuls de cours extraits de ce livre étaient disponibles en allemand jusqu’à aujourd’hui.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/2016-leipzig-book-fair-prize-for-translation-goes-to-eva-ludi-kong/germany-leipzig-westen)Eva Lüdig Kong est la première traductrice allemande à avoir traduit ce livre entièrement. Sa traduction moderne et saisissante est accompagnée par un important appareil de notes qu’elle a rédigé pour expliquer les nombreuses références confucéennes, bouddhistes, taoïstes et alchimiques du livre qui ne seraient pas aisément compréhensibles pour des lecteurs d’une époque et d’un contexte culturel différents.

Eva Lüdi Kong (née en 1968) a étudié la langue et la culture chinoises en Suisse et en Chine, où elle a vécu pendant 25 ans.

Le Prix de traduction de la Foire du livre de Leipzig, d’une valeur de 15 000 euros, est considéré comme l’un des trois plus importants prix littéraires allemands.

Pour une courte introduction au roman par Eva Lüdig Kong (en allemand), cliquez ici (https://www NULL.reclam NULL.de/detail/978-3-15-010879-6/Die_Reise_in_den_Westen).

Les Prix de traduction de la Société des Auteurs décernés le 22 février lors d’une cérémonie à la Bibliothèque britannique

Le Prix Saif Ghobash d’une valeur de 3000 £ pour une traduction de l’arabe est attribué à Jonathan Wright pour sa traduction The Bamboo Stalk de l’écrivain koweitien Saud Alsanousi.

Le Prix John Florio d’une valeur de 2000 £ pour une traduction de l’italien revient à Jamie McKendrick pour sa traduction Archipelago de la poète sarde Antonella Anedda. Le jury a salué Richard Dixon pour sa traduction Numero Zero d’Umberto Eco.

C’est Rachel Tzvia Back qui reçoit le prix Risa Domb/Porjes pour une traduction de l’hébreu, pour sa traduction In the Illuminated Dark de Ruvia Ruebner ; d’autre part Dalya Bilu est louée pour ses traductions Married Life et Viennese Romance, romans de David Vogel.

D’une valeur de 3000 £, le Prix Schlegel-Tieck pour une traduction de l’allemand est décerné à Iain Galbraith pour sa traduction Self-Portrait with a Swarm of Bees du poète Jan Wagner, tandis qu’Anthea Bell est complimentée pour sa traduction All for Nothing de Walter Kempowski.

Le Prix Scott Moncrieff pour une traduction du français (1000 £) revient à Natasha Lehrer et Cécile Menon pour leur traduction Suite for Barbara Loden de Nathalie Léger, et le jury a loué Sophie Lewis pour sa traduction Héloïse is Bald d’Emilie de Turckheim.

Cette année, le Prix Premio Valle Inclá pour une traduction de l’espagnol, d’une valeur de 2000 £, est attribué à Christina MacSweeney pour sa traduction The Story of My Teeth de l’auteure mexicaine Valeria Luiselli.