Translators on the Cover : Vers une amélioration des conditions pour les traducteurs européens ?

Après 18 mois et d’innombrables réunions en ligne, la Commission européenne vient de publier Translators on the Cover – Multilingualism and Translation (https://op NULL.europa NULL.eu/en/publication-detail/-/publication/a4059b86-8317-11ec-8c40-01aa75ed71a1/language-en/format-PDF/source-252275940), un rapport qui vise à indiquer les moyens d’étendre la diffusion de la traduction littéraire dans toutes les langues de l’UE. Celui-ci traite de trois domaines principaux – l’apprentissage des langues, les conditions de travail des traducteurs et le financement de leurs travaux – et recommande des stratégies pour améliorer ces pratiques.

Des experts nationaux de 26 pays ont contribué à sa rédaction dans le cadre du Plan de Travail européen pour la Culture 2019-22. Parmi eux se trouvaient (quelques) traducteurs littéraires, un éditeur, des représentants d’agences nationales de financement de la littérature et des associations de traducteurs – parmi lesquels la déléguée du CEATL, Juliane Wammen (DOF), en tant que représentante du Danemark. Des réunions se sont tenues avec la participation du CEATL, en présence de Miquel Cabal Guarro (AELC) et Cécile Deniard (ATLF), ainsi qu’avec la FEP, l’AVTE et l’Association des Libraires européens. Le rapport fait largement référence aux résultats des enquêtes 2008 et 2021 menées par le CEATL sur les conditions de travail et contient un lien vers la plus récente d’entre elles (https://www NULL.ceatl NULL.eu/survey-results).

Ce rapport est disponible en anglais, mais aussi en cours de traduction dans les 27 langues de l’UE. Nous vous encourageons à partager son contenu avec les décideurs politiques ou toute autre partie intéressée afin de contribuer à éclairer le débat sur les conditions de travail des traducteurs et d’y apporter, nous l’espérons, des changements positifs.

Résidences littéraires à Varsovie pour les écrivains et traducteurs de Biélorussie et d’Ukraine

Dans le cadre d’un partenariat entre trois villes d’accueil polonaises (Cracovie, Gdańsk et Varsovie) et deux associations littéraires polonaises (l’Association de l’Union littéraire et l’Association des Traducteurs littéraires (http://www NULL.stl NULL.org NULL.pl/)), un second cycle de résidences littéraires pour écrivains et traducteurs est organisé à Varsovie.

Les candidats biélorusses et ukrainiens seront invités à passer plusieurs semaines créatives dans le centre de Varsovie avec le soutien de Staromiejski Dom Kultury (https://sdk NULL.pl/) (SDK). Deux sessions de recrutement permettront de sélectionner au moins cinq résidents pour des séjours de 2 à 6 semaines.

Cliquez ici (https://sdk NULL.pl/wydarzenia/round-2-literary-residencies-in-warsaw-for-writers-and-translators-from-belarus-and-ukraine-2022/) pour plus d’informations.

 

La Maison de la littérature et de la traduction de Sofia accueille les candidatures pour son programme de résidence pour 2022

La Maison de la littérature et de la traduction de Sofia rouvre son programme de résidence internationale pour 2022.

Le programme sollicite les candidatures d’écrivains et de traducteurs littéraires professionnels de littérature bulgare venus du monde entier pour travailler sur leurs projets à Sofia, établir des contacts avec de nouveaux collègues et rencontrer de nouveaux publics.

Les écrivains et les traducteurs littéraires sont invités à soumettre leurs lettres de motivation au plus tard le 30 mars 2022.

De plus amples informations sont disponibles ici (https://www NULL.npage NULL.org/en/page?id=36).

 

Translation in Motion – Offres de résidences de traduction littéraire 2022–2023

Pour la seconde année, le regroupement de résidences de traduction Translation in Motion lance un appel à candidatures aux traducteurs littéraires travaillant depuis ou vers les langues des pays des Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Monténégro, Macédoine du Nord, Serbie).

Date limite de dépôt des candidatures : 30 mars 2022

Les résidences offrent aux traducteurs du temps pour un travail créatif ciblé sur un projet de traduction littéraire, la possibilité de s’immerger dans la langue source de leur traduction, d’effectuer des recherches et d’accroître leur visibilité en établissant des contacts avec le milieu littéraire local et en présentant leur travail à des publics locaux.

Éligibilité

Les résidences sont proposées par un éventail d’organisations d’accueil qui sollicitent les propositions de traducteurs littéraires travaillant depuis ou vers les langues des pays des Balkans occidentaux. En fonction des langues pratiquées et de l’organisation d’accueil, les traducteurs éligibles doivent être citoyens d’un pays de l’UE ou d’un pays des Balkans occidentaux.

Pour en savoir plus sur les organisations d’accueil et les conditions générales, cliquez ici (https://www NULL.re-cit NULL.org/translation-in-motion-news/).

Le projet Translation in Motion (1/2/21-31/8/23) est cofinancé par le programme Europe créative de l’Union européenne.

Les traducteurs littéraires suédois luttent pour des conditions équitables dans de nouveaux modèles de contrat

Les traducteurs littéraires suédois sont confrontés à des contrats qui diffèrent selon les éditeurs. Leur syndicat négocie pour obtenir des conditions équitables via de nouveaux modèles de contrat.

Pendant de nombreuses années, les traducteurs littéraires suédois (https://oversattarsektionen NULL.se/) ont pu compter sur un contrat standard négocié collectivement, utilisé pour les commandes de traduction par la plupart des maisons d’édition. Ce contrat était largement utilisé et considéré comme équitable et favorable aux traducteurs. Il leur offrait également un minimum de sécurité dans la mesure où les traducteurs pouvaient s’en inspirer même lorsque les éditeurs proposaient leurs propres modèles de contrat, moins équitables.

Après de longues négociations visant à moderniser le contrat-type, l’association des éditeurs a mis fin aux discussions en 2017. Un modèle de contrat temporaire fut finalement négocié séparément avec la plus grande maison d’édition suédoise, Bonnier Group (https://www NULL.bonnierforlagen NULL.se/), à l’été 2018. Depuis lors, il existe principalement deux modèles de contrat : celui avec Bonnier Group et le nouveau contrat modifié, avec d’autres grands et petits éditeurs.

Avant Noël dernier, le syndicat des écrivains suédois (https://forfattarforbundet NULL.se/in-other-languages/about-us/) et le Bonnier Group se sont finalement mis d’accord sur un contrat valable au moins cinq ans. Parmi les nouvelles dispositions les plus importantes, citons l’instauration d’une limite de temps pour les droits d’exploitation, avec une rémunération prévue en cas de prolongation, et la possibilité de rendre les nouvelles clauses applicables rétroactivement aux anciens contrats.

Le syndicat va maintenant commencer à négocier un nouveau contrat avec le deuxième plus grand éditeur, Norstedts, une ancienne et vénérable maison d’édition devenue maintenant une filiale de la société de streaming Storytel.

Lancement du « Compagnon des associations de traducteurs littéraires »

Nous sommes fiers de vous présenter Companion for Literary Translators’ Associations (https://companion NULL.ceatl NULL.eu/), une plateforme en ligne destinée aux communautés de traducteurs à la recherche de conseils, d’encouragements ou simplement d’inspiration.

Le « Compagnon » se concentre sur certains des principaux défis auxquels sont confrontées les associations de traducteurs littéraires (existantes ou à venir) et propose des suggestions basées sur des études de cas et l’expérience accumulée au fil des années par les associations membres du CEATL (https://www NULL.ceatl NULL.eu/).

La plate-forme est structurée en huit chapitres, qui reflètent les différentes étapes de développement que peut traverser une association de traducteurs, depuis sa fondation (Démarrage, Recrutement & Motivation des membres) jusqu’à sa consolidation (Collecte de fonds, Lobbying, Visibilité) en passant par sa mise au point (Développement professionnel continu, Dialogue avec les éditeurs, Résidences). Les chapitres présentent de courts articles sur chacun de ces sujets, illustrés par des témoignages réels et des initiatives mises en œuvre par des associations de traducteurs de toute l’Europe.

L’idée de cet outil est née du partage constant d’expériences entre les membres du CEATL, qui se réunissent chaque année pour discuter de ce qui a bien fonctionné ou pas et de ce qu’ils peuvent apprendre les uns des autres. Le site interne a été construit progressivement par le « Groupe de travail sur les meilleures pratiques du CEATL » au cours des deux dernières années. Vous pouvez lire l’histoire de l’évolution du Compagnon dans cet article (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/12/Contrepoint_2019_02_article_04 NULL.pdf) écrit pour le magazine Contrepoint par Iztok Ilc, le délégué du CEATL de l’Association slovène des traducteurs littéraires.

Ce « Compagnon » sera constamment mis à jour avec de nouveaux témoignages. Nous invitons les associations de traducteurs à envoyer leurs expériences et leurs opinions au « Groupe de travail sur les meilleures pratiques du CEATL ».

Nous encourageons chacun à visiter le Companion for Literary Translators’ Associations (http://companion NULL.ceatl NULL.eu/) (https://companion.ceatl.eu/ (https://companion NULL.ceatl NULL.eu/)), une ressource utile et un point de rencontre pour toutes les associations de traducteurs littéraires.

Suède : proposition de loi et commentaires de l’Europe sur la directive concernant le droit d’auteur

Depuis que la Directive européenne 2019/790 sur le droit d’auteur et les droits voisins dans le marché unique numérique (EU Directive 2019/790 on copyright and related rights in the Digital Single Market (https://eur-lex NULL.europa NULL.eu/eli/dir/2019/790/oj)) a été approuvée et envoyée à chaque pays de l’UE pour transposition, les gouvernements nationaux ont travaillé en collaboration avec de nombreuses parties concernées, dont les auteurs et les traducteurs.

En 2020, le Groupe de travail sur les droits d’auteur du CEATL a mené une enquête-flash auprès de ses associations membres (https://www NULL.ceatl NULL.eu/implementation-of-the-eu-digital-single-market-directive-flash-survey-among-our-members) afin de recueillir des informations sur la mise en œuvre de ladite Directive.

En Suède, le mémorandum gouvernemental pour une proposition de loi visant à mettre en œuvre la Directive a été publié et soumis à commentaires au début de l’automne 2021. Il est prévu que ce projet devienne loi au 1er juillet 2022.

Peu avant Noël, l’Union des Écrivains suédois (https://forfattarforbundet NULL.se/in-other-languages/about-us/)(SWU) a transmis ses commentaires pour examen, en coopération avec plusieurs autres organisations gérant les droits d’auteur. Dans l’ensemble, la SWU soutient le projet de loi proposé. Ses commentaires portent principalement sur les Articles 18 à 23, qui visent à renforcer les droits des auteurs. Il est important de consolider la position des créateurs culturels par rapport aux grands éditeurs, non seulement pour le bien des auteurs, mais aussi pour celui des petits éditeurs, de la diversité culturelle et du patrimoine culturel national.

Selon la SWU, les droits juridiques inconditionnels pour une rémunération appropriée et proportionnée des auteurs, ainsi que les rapports annuels pertinents et complets sur l’exploitation de leurs œuvres, que la Directive propose, auront un impact important sur l’amélioration de l’équilibre actuellement « disharmonieux » entre les parties sur le marché de la littérature. Contrairement à l’Article 18.1 de la Directive, la SWU suggère que les accords de licence à des tiers et à des quatrièmes parties soient également transparents, afin que ces parties soient également contraintes par la loi de fournir des informations sur l’exploitation des œuvres. Une telle obligation permettrait aux auteurs d’exiger plus facilement une rémunération supplémentaire de la part des détenteurs de licence, si la demande est jugée appropriée et proportionnée. Les éditeurs et les détenteurs de licence disposent déjà d’informations numériques sur l’exploitation des œuvres et ne peuvent arguer que cela aggraverait indûment leurs frais.

La SWU suggère également de créer un organisme indépendant chargé de mener les négociations sur les conventions collectives pour le secteur de la littérature.

Lancement du nouveau site internet de traduction Babelwerk

Le 14 janvier 2022, le Deutscher Übersetzerfonds  (https://www NULL.uebersetzerfonds NULL.de/)(« Fonds allemand des traducteurs ») a fêté le lancement du site internet Babelwerk (https://babelwerk NULL.de/) (« l’usine Babel »), une nouvelle plateforme numérique présentant toutes sortes d’informations et de débats actuels sur la traduction littéraire. Babelwerk est conçu comme un groupe de réflexion et un lieu de rencontre numériques pour les traducteurs littéraires d’Allemagne et d’ailleurs.

Babelwerk est le résultat d’une année de travail, financée par le Deutscher Übersetzerfonds et le programme national Neustart Kultur (« Redémarrage de la Culture »).

Babelwerk comprend trois sections :

-Le magazine Konterbande présente des essais poétologiques et sociopolitiques autour de la traduction littéraire. Des correspondants étrangers rendent également compte des débats internationaux. Dans l’ABC de la Traduction, en constante évolution, seront publiés des articles de traducteurs à partir de mots clés pertinents.

-La section Handwerk est une bibliothèque de liens et de listes de liens autour de la traduction littéraire.

-La section Babelkat est une bibliographie des connaissances en matière de traduction, où seront accessibles des archives de partenaires tel que Counterpoint/Contrepoint (https://www NULL.ceatl NULL.eu/ceatls-e-zine-counterpoint). Elle comprendra également des podcasts, des postfaces de traduction et des journaux tenus par des traducteurs en rapport avec leurs projets.

Résidence de traduction allemande à Madrid en 2022

L’Acción Cultural Española (https://www NULL.accioncultural NULL.es/en) et le Goethe-Institut Madrid (https://www NULL.goethe NULL.de/ins/es/es/sta/mad NULL.html) organisent une résidence dans le but de faciliter la création de réseaux de collaboration, de promouvoir la diffusion des œuvres des créateurs espagnols (ou résidant en Espagne), d’améliorer la qualité des traductions de leurs œuvres et de renforcer les liens entre les institutions culturelles en Allemagne et en Espagne.

Cette offre pour trois résidences en avril, mai et juin 2022 s’adresse à trois écrivains espagnols et à leurs traducteurs allemands. Au moins une de leurs œuvres doit être sous contrat de publication avec un éditeur allemand. La résidence conjointe aura lieu à Madrid, avec une durée minimale d’une semaine et maximale de trois pour chacun (les résidences d’un écrivain et de son traducteur ne doivent pas nécessairement être de la même durée).

Pour plus d’informations, voir ici (https://www NULL.accioncultural NULL.es/en/german-translation-residency-in-madrid-2022). Vous pouvez lire les conditions ici (https://www NULL.accioncultural NULL.es/media/2021/Docs/ConvTrad22 NULL.pdf).

Parution en ligne : Contrepoint No 6 – Les traducteurs élèvent la voix

Partout, dans notre monde tourmenté, des gens élèvent la voix pour dénoncer les nombreux phénomènes qui sont à l’origine de tant de graves problèmes : le réchauffement climatique, l’accroissement des inégalités, la polarisation, les migrations, pour n’en citer que quelques-uns. La vaste communauté des traductrices et traducteurs, dont les traducteurs littéraires, n’a pas été en reste, même si les difficultés auxquelles elle est confrontée sont, il est vrai, d’une importance moindre.

Pourtant, élever la voix pourrait paraître contradictoire avec la nature même de notre profession. Ne sommes-nous pas soumis à ce que d’autres ont dit ?

Le dernier numéro de Contrepoint montre que les traducteurs, aux aussi, peuvent élever la voix, et ce de multiples manières.

– Comment traduire des mots comme negro en suédois dans le roman Lessico famigliare (Les Mots de la tribu) de Natalia Ginzburg ? Johanna Hedenberg détaille les valeurs et de positions qui s’opposent dans le débat sur la traduction de mots si politiquement chargés et démontre la liberté du traducteur.

Golda Van der Meer parle du rôle essentiel que les traducteurs travaillant vers et depuis le yiddish ont joué dans le renouveau de cette langue et sa survie.

– Magnea Matthíasdóttir raconte l’histoire d’une langue qui, en partie grâce à ses traducteurs, « s’élève » contre ses anciens colonisateurs en « islandisant » chaque mot et en les accueillant chez soi.

– Werner Richter relate le laborieux processus de la transposition autrichienne de la directive européenne sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique.

– Francesca Novajra dresse une longue liste d’initiatives prises par des associations de traducteurs de toute l’Europe au cours de l’année (covid) passée.

– Jennifer Croft et Mark Haddon racontent comment ils ont débuté leur campagne TraducteursEnCouverture, une initiative conjointe d’un traducteur et d’un écrivain pour susciter l’adhésion des éditeurs.

– Renate Birkenhauer rappelle comment la célèbre résidence de traducteurs à Straelen, en Allemagne, a été créée pour servir de lieu de rencontres entre collègues, de recherches et d’échanges d’idées.

Nous espérons que vous êtes là, nous espérons que ce numéro vous incitera à élever la voix, par le biais de la littérature ou de tout autre moyen que vous jugerez opportun.

La revue Contrepoint est gratuite. Pour télécharger le no 6 (et les précédents), cliquez ici.

Pour recevoir les prochains numéros directement dans votre boîte mail, abonnez-vous ici (https://ceatl NULL.us19 NULL.list-manage NULL.com/subscribe?u=7973d1c81339f55606334c6bb&id=fb1f37b23d).

Contrepoint, la revue européenne des traducteurs littéraires est une publication en ligne du Conseil européen des associations de traducteurs littéraires (CEATL) et paraît deux fois par an en anglais et en français.

L’étude de suivi de l’EWC : « One Year of Crisis – The Winter of our Discontent »

L’European Writers’ Council (https://europeanwriterscouncil NULL.eu/) (EWC) publie les résultats de son enquête de suivi sur l’impact économique de la Covid-19 sur les écrivains et traducteurs littéraires européens en 2020-2022.

En 2020 déjà, l’EWC interrogeait 33 organisations professionnelles de 27 pays afin de dresser un tableau complet de la situation des auteurs de livres dans le cadre de la crise de la Covid-19 (The Economic Impact of Covid-19 on Writers and Translators in the European Book Sector).

L’étude de suivi, « One Year of Crisis – The Winter of our Discontent », confirme les pertes de revenus en 2020 et 2021 et met en lumière des lacunes juridiques et des carences en matière de protection sociale ; elle établit aussi des projections concernant l’impact de la crise en 2022-2025. L’avant-propos est signé du député européen Niklas Nienaß, membre de la commission CULT.

Le rapport se termine par dix recommandations liées aux trente-sept recommandations déjà faites aux responsables nationaux et européens, et par un document d’orientation.

Tous les documents de l’EWC sont accessibles en ligne :

L’annonce (https://europeanwriterscouncil NULL.eu/follow-up-survey-covid19-2021/).

Le communiqué de presse (https://europeanwriterscouncil NULL.eu/press-release-covid19-survey2021/).

Les résultats complets de l’enquête (https://europeanwriterscouncil NULL.eu/wp-content/uploads/2021/11/ONE-YEAR-OF-CRISIS_EWC-SURVEY_FINAL021121 NULL.pdf).

Le document d’orientation (https://europeanwriterscouncil NULL.eu/ewc-survey2021-positionpaper/) ou directement (https://europeanwriterscouncil NULL.eu/wp-content/uploads/2021/10/EWC-Position-Paper_Survey2021_Final011121 NULL.pdf).

13e Symposium suisse pour la traduction littéraire

27 novembre 2021 à St Gallen et en ligne (avec ateliers).

Cette année, le thème principal de ce symposium annuel organisé par l’Association suisse des écrivains et traducteurs A*dS est la critique littéraire. Il est destiné aux traducteurs de toutes les langues, ainsi qu’aux critiques, chroniqueurs et jurés. Ce symposium se tiendra en allemand, français et italien.

Renseignements et inscription (date limite le 20 novembre 2021) ici (https://www NULL.a-d-s NULL.ch/symposium-pour-traducteur-ices/13-symposium-suisse-pour-traductrices-et-traducteurs-litteraires/).

 

Campagne #TranslatorsOnTheCover

A l’occasion de la Journée internationale de la traduction, l’auteur Mark Haddon et la traductrice et autrice Jennifer Croft ont lancé la campagne #TranslatorsOnTheCover (https://societyofauthors NULL.org/News/News/2021/September/TranslatorsOnTheCover), en collaboration avec la Société des Auteurs du Royaume Uni, afin que les noms des traducteurs figurent automatiquement sur les couvertures des livres.

Plus de 2300 auteurs ont déjà signé la lettre ouverte suivante :

« Cela fait trop longtemps que les traductions sont considérées comme allant de soi. C’est grâce aux traducteurs que nous avons accès aux littératures du monde, passées et présentes. C’est grâce aux traducteurs que nous ne sommes pas que des îlots isolées de lecteurs et d’écrivains qui parlons entre nous, et n’entendons que nous.

Les traducteurs sont l’élément vital du monde littéraire et de l’industrie du livre qui le soutient. Ils devraient être reconnus à leur juste valeur, célébrés et récompensés pour cela. Le première étape semble évidente.

Désormais nous demanderons, dans nos contrats et nos communications, que nos éditeurs fasse le nécessaire, chaque fois que notre travail sera traduit, pour que le nom du traducteur figure sur la première de couverture. »

Imagen
Illustration © PureSolution / AdobeStock

Dans les liens suivants, vous pouvez écouter des interviews de la BBC sur cette campagne, avec ses initiateurs (https://www NULL.bbc NULL.co NULL.uk/sounds/play/m00100hl) (début à 2 :22 :50), et aussi avec Charlotte Collins (https://www NULL.bbc NULL.co NULL.uk/sounds/play/w172xv5b2bqwzh5) (49 :15), traductrice et ex co-présidente de l’Association des traducteurs du Royaume-Uni.

Le CEATL soutient totalement et promeut cette initiative, qui ne peut qu’être bénéfique aux traducteurs de l’Europe entière.

Cliquez ici (https://www2 NULL.societyofauthors NULL.org/translators-on-the-cover/) pour plus de renseignements et signez la lettre !

Le CEATL publie les premiers résultats de son enquête juridique

Entre mai et juillet 2021, le CEATL a mené une enquête auprès de ses membres sur la situation juridique et contractuelle des traducteurs littéraires.

Les premiers résultats de cette enquête montrent que, dans la plupart des pays européens, le contrat de traduction est faiblement encadré et que la situation actuelle des traducteurs littéraires est très éloignée des principes mis en avant par la directive DSM (et de nos propres recommandations : Recommandations pour des contrats équitables – CEATL), notamment en matière de rémunération et de transparence.

* Dans une majorité de pays, les traducteurs littéraires souffrent d’échéanciers de paiement abusifs et reçoivent une somme forfaitaire pour solde de tout compte (ils ne touchent ni droits proportionnels ni rémunération supplémentaire pour les exploitations secondaires), quel que soit le succès de leur œuvre.

* Dans les deux tiers des pays européens, les traducteurs littéraires ne reçoivent que « rarement » ou « presque jamais » de relevés concernant l’exploitation de leurs œuvres, et aucun niveau minimal de transparence n’a été défini par la loi ou dans le cadre de négociations collectives avec les éditeurs.

Ces résultats vont maintenant être affinés et illustrés sous la forme de cartes géographiques.

Voir la présentation Powerpoint (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2021/10/CEATL-Legal-survey-preliminary-results-23-oct-2021 NULL.ppt)

Comment l’Europe a célébré la Journée internationale de la traduction 2021

Après une très étrange année 2020, les choses reviennent peu à peu à la normale, et les associations de traducteurs de toute l’Europe ont donc pu organiser toute une variété d’événements festifs afin de célébrer la Journée internationale de la traduction 2021.

ALLEMAGNE (VdÜ (http://www NULL.literaturuebersetzer NULL.de/))

Le Weltlesebühne (https://weltlesebuehne NULL.de/hieronymustag-2021/1612-hieronymustag-2021 NULL.html), « l’agence évènementielle » du VdÜ, (fondée et animée par des traducteurs, a présenté de nombreuses lectures et discussions dans toute l’Allemagne. Cette année, ces manifestations n’ont pas eu lieu que dans les grandes villes, mais aussi dans les campagnes. L’autre événement important, débutant le vendredi 1er octobre, sera le premier festival de traduction littéraire (https://www NULL.translationale-berlin NULL.net/program/), à Berlin.

BULGARIE (BTU)

Comme d’habitude, l’Union des traducteurs bulgares (http://www NULL.bgtranslators NULL.org/) a célébré la Journée internationale de la traduction en remettant ses récompenses annuelles dans de nombreuses catégories : traduction littéraire, traduction scientifique et technique, traduction légale, interprétation simultanée et consécutive ainsi que dans le domaine de la théorie, histoire et critique de la traduction.

L’événement a eu lieu au Palais national de la Culture, avec une audience limitée due aux restrictions pandémiques.

CATALOGNE (AELC)

A la lumière des récents événements ayant compromis la liberté d’expression, dont certains ont malheureusement touché des associations de traducteurs et d’écrivains, l’AELC a décidé de consacrer les célébrations de la Journée internationale de la traduction (https://www NULL.escriptors NULL.cat/noticia/dia-traduccio-2021) à ce droit fondamental. Un court poème de Enric Casasses a été traduit en trente langues (https://photos NULL.google NULL.com/share/AF1QipO0TkNtBmEoTfYcGlFBcsI9KOL9nCWgX1MuwYLNjARAhbnOtpyNIcDjBVQ75ItkCg?key=RkgwLVZ0TUlWUDJ4Z05JX3pTdWh2Unh3WGN2OVRB) afin que ce message puisse circuler dans le monde entier.

CROATIE

L’Association croate (http://www NULL.dhkp NULL.hr/) a organisé un concours de traduction d’extraits du Magicien d’Oz et une table ronde sur la traduction des œuvres de la littérature jeunesse.

Pour un programme détaillé, cliquez ici (https://www NULL.facebook NULL.com/events/388205869480262?active_tab=about).

DANEMARK (DOF (https://danskforfatterforening NULL.dk/dof/om-gruppen/))

Qui, quoi, représente le traducteur, et comment ?

La Journée internationale de la traduction 2021 a été célébrée simultanément dans les deux plus grandes villes du pays.

A Aarhus (https://fb NULL.me/e/1DartL0Va) – sous le titre « Traduction en dialogue » – quatre traducteurs littéraires ont abordé le sujet de l’importance du genre, de la classe, de l’ethnicité et du pouvoir dans le processus de la traduction, et les défis et avantages, pour le texte et les traducteurs, d’une traduction à quatre mains.

A Copenhague (https://hieronymusdagen NULL.ku NULL.dk/), la célébration a consisté en une conférence pluridisciplinaire : traducteurs littéraires, sous-titreurs, professionnels du langage et chercheurs ont parlé de l’avenir de la profession, de la traduction automatique et de l’automatisation, et du sens de la représentation en traduction.

Ces deux manifestations étaient gratuites et ouvertes à tous, et cette année, à la lumière des expériences dues aux Covid-19 de l’an dernier, celle de Copenhague a été diffusée en ligne.

ESPAGNE (ACE Traductores (https://ace-traductores NULL.org/))

Pour célébrer la Journée internationale de la traduction 2021, ACE traductores a organisé deux manifestations le 30 septembre, une à Barcelone et l’autre à Malaga. Les lecteurs et traducteurs de Malaga (https://ace-traductores NULL.org/dit-malaga-de-que-color-es-la-traduccion-una-respuesta-polifonica-a-amanda-gorman/) ont pu écouter Belen Santana et Gabriel López Guix, modérés par David Marín Hernández, parler de la controverse autour d’Amanda Gorman et de l’identité dans la traduction, au Centro Andaluz de las Letras.

A Barcelone (https://ace-traductores NULL.org/dit-barcelona-comienza-la-temporada-del-ciclo-voces-traductoras/), la traductrice Irene Oliva, présentée par Ana Alcaina, a guidé le public dans une nouvelle session de la série « Veus Traductores » (Voix de traducteurs), qui a pour but de réfléchir à la traduction. Cette manifestation a lieu à la librairie Documenta depuis maintenant trois ans.

FINLANDE (SKTL)

En Finlande, L’Association finnoise de traducteurs et d’interprètes et des spécialistes du langage (http://www NULL.sktl NULL.fi/) a tenu un colloque à l’occasion de la Journée internationale de la traduction (https://kaantajienpaiva NULL.com/). Cette année, ce colloque n’était pas restreint à la traduction littéraire, mais balayait tous les domaines. Il a eu lieu en ligne pour plus de 200 participants.

FRANCE (ATLF)

Cette année, pour célébrer la Journée internationale de la traduction, l’ATLF (Association des traducteurs littéraires de France (https://www NULL.atlf NULL.org/)) s’est associée avec la SFT (le syndicat des traducteurs techniques), qui organise de multiple événements dans tout le pays. L’association a participé à leurs « TradTalks » (inspirés par les TedTalks) et à deux joutes de traduction en direct (français vers l’anglais, et allemand vers le français). Le thème cette année était « Unis dans la traduction » et le programme complet se trouve ici (https://public NULL.huddle NULL.com/a/grVKJzj/index NULL.html).

HONGRIE (MEGY)

Pour célébrer la Journée internationale de la traduction 2021, l’Association des traducteurs littéraires hongrois a coorganisé le 28 septembre une séance de lecture de théâtre irlandais (https://www NULL.facebook NULL.com/events/561545431665597) avec le soutien généreux de l’ambassade d’Irlande en Hongrie. Ont été lus des extraits d’une sélection de traductions de 2021 recommandées par le comité hongrois du Réseau européen pour le théâtre en traduction (EURODRAM (http://eurodram NULL.org/magyar-bizottsag-eurodram/)) :  Hitgyógyász (Faith Healer), de Brian Friel, traduit de l’anglais par Márton Mesterházi ; Éscak csillaga (The Northern Star), de Stuart Parker, traduit de l’anglais par Márton Mesterházi, et Jóember (Misterman), de Enda Walsh, traduit de l’anglais par Nikolett Németh. Une table ronde sur le théâtre irlandais s’est tenue après la lecture.

ISLANDE (THOT)

Chaque année en Islande, un symposium a lieu lors de la Journée internationale de la traduction, qui est aussi l’anniversaire de la création de l’Association islandaise de traducteurs et interprètes (http://www NULL.thot NULL.is/thot NULL.is/index NULL.html). L’an dernier nous avons diffusé notre symposium sur notre site Facebook, qui a attiré plus de spectateurs que l’année précédente – aussi cette année, on a pu le suivre en direct, ou le voir en ligne.

L’accent principal a été mis sur les traductions automatiques,  et si ces traductions peuvent être un nouvel outil pour les traducteurs et les interprètes dans l’exercice de leur métier, et de quelle façon. Un spécialiste du Centre de traduction du ministère des Affaires étrangères est venu parler de leur participation à une expérience menée en coopération avec une compagnie développant un outil de traduction automatique, et de leur retour sur le fait de travailler avec de tels outils. Un autre expert a donné une conférence sur les résultats d’une étude menée l’année dernier, concernant l’utilisation de technologies de traduction par des traducteurs islandais. Et enfin, peut-être sans rapport avec le sujet, mais peut-être que si…. un échange avec deus traducteurs ayant traduit le même auteur, mais dans deux genres différents : son œuvre littéraire pour l’un et ses ouvrages scientifiques pour l’autre. Le symposium s’est terminé avec un peu de bulles et des canapés.

Cette manifestation était gratuite et ouverte à tous. Cliquez ici (https://www NULL.facebook NULL.com/events/580570659803518) pour la page Facebook.

ITALIE (AITI et STRADE)

Qu’est-ce que cela fait d’être traduit dans une autre langue ? Quels sont les rapports d’un auteur avec son traducteur ou sa traductrice ? Strade (http://www NULL.traduttoristrade NULL.it/) a célébré la Journée internationale de la traduction avec une manifestation spéciale en ligne au sein d’une série intitulée « StradeStream  (http://www NULL.traduttoristrade NULL.it/2021/san-girolamo-2021-con-rosa-ventrella/)», qui avait été initiée lors du premier confinement de 2020. L’autrice italienne Rosa Ventrella (http://rosaventrella NULL.jimdofree NULL.com/), dont les livres ont été traduits dans plus de 20 langues, a parlé de son expérience avec ses traducteurs. Une séance de questions-réponses a été menée par Luciana Cisbani, membre de Strade et traductrice littéraire du français en italien. Cette rencontre a eu lieu sur Zoom le 30 septembre.

Le 1er octobre, AITI (https://aiti NULL.org/en) et StradeLab ont célébré la St Jérôme au Laboratorio For mentini à Milan avec la première Table T* de l’automne (https://www NULL.laboratorioformentini NULL.it/eventi/tablet_allit-5/). L’invitée d’honneur, Alice Orrù (https://www NULL.aliceorru NULL.me/), a parlé d’un sujet brûlant : l’écriture inclusive et la communication inclusive.

Table T*est un rendez-vous mensuel organisé par AITI et StradeLab pour permettre aux traducteurs travaillant principalement en italien de se retrouver et de parler de leur théorie et pratique de la traduction.

LITHUANIE (LLVS)

Le 30 septembre 2021, comme le veut la tradition, l’Association lituanienne des traducteurs littéraires (https://www NULL.llvs NULL.lt/) a célébré la Journée internationale de la traduction avec un festival et la remise des prix St Jérôme. Cette année le prix St Jérôme pour la traduction de littérature étrangère a été décerné à Jonė Ramunytė, traducteur du français. Le prix St Jérôme pour les traducteurs de littérature lithuanienne dans une autre langue a été remis à Klemen Pisk, qui traduit en slovène. La cérémonie a eu lieu au ministère de la Culture de Lithuanie.

POLOGNE (STL)

Pour célébrer la Journée internationale de la traduction, l’Association des traducteurs littéraires polonais (http://www NULL.stl NULL.org NULL.pl/) (STL) s’est associée à de nombreux partenaires, afin d’accroître la visibilité des traducteurs et la reconnaissance de  la traduction littéraire  comme facteur de notre appréhension de la culture globale.

Le 30 septembre, les festivités ont commencé à Sopot, avec la table ronde « Les connus, les célèbres, les traduits (https://www NULL.facebook NULL.com/events/399851421549415/?ref=newsfeed) ».

A Cracovie, un nouveau programme de tutorat, le Translatorium, va être lancé. Pour marquer l’événement, les mentors partageront leur expertise et l’expérience de leurs débuts dans la traduction.

Le 1er octobre à Gdansk (https://www NULL.facebook NULL.com/events/399851421549415/?ref=newsfeed), une autre table ronde, « Incorporé à la langue : l’inclusion dans la traduction », et le 2, une discussion intitulée « Les rives de la littérature, la prose des pays de la mer Baltique ».

A Varsovie (https://www NULL.facebook NULL.com/events/262717845702973?ref=newsfeed) le 2 octobre, des traducteurs et éditeurs ont partagé des histoires passionnantes de collaboration difficile ou inspirante, et le 3, nous sommes retournés dans le passé pour une conférence sur les folles années 90, quand pratiquement n’importe qui pouvait traduire n’importe quoi, tandis que d’autres se battaient pour la professionnalisation et les droits d’auteur. En dessert une conversation sur la cuisine en traduction.

PORTUGAL (APT)

L’Association portugaise des traducteurs (https://www NULL.apt NULL.pt/) a proposé un événement en ligne sur la traduction littéraire assistée par ordinateur avec l’Institut Goethe. Plus de renseignements ici (https://www NULL.facebook NULL.com/575596162484146/posts/4465629643480759/).

REPUBLIQUE TCHEQUE

Cette année, la Guilde des traducteurs littéraires tchèques (http://www NULL.obecprekladatelu NULL.cz/) a célébré la Journée internationale de la traduction avec la cérémonie traditionnelle de remise du prix Jungmann. Comme la cérémonie n’a pas pu avoir lieu l’an dernier à cause des restrictions dues au COVID, les lauréats de 2020 ont reçu leur prix cette année. Plusieurs prix ont été décernés en plus du prix principal et de plusieurs prix d’honneur : un prix jeune talent, et une bourse pour une traduction de poésie. Enfin, on a ouvert un « temple de la renommée » en l’honneur d’un traducteur réputé. Cette année, la cérémonie a eu lieu le 5 octobre.

ROUMANIE (ARTLIT)

ARTLIT (https://www NULL.artlit NULL.ro/) a tenu une rencontre en ligne avec les traducteurs le 4 octobre, où chacun a été invité à s’exprimer sur la vie et le travail pendant la pandémie (la Roumanie est actuellement au pic de la 4ème vague), et à évacuer la tension.

Nous avons aussi sorti un clip audio (https://www NULL.youtube NULL.com/watch?v=nZ75DnCXAZ0), dans lequel des traducteurs lisent des courts extraits de leur travail, prêtant leur voix aux textes, et ayant ainsi la possibilité de s’écouter mutuellement.

Notre post se trouve ici (https://www NULL.artlit NULL.ro/stiri/62-ziua-intrenationala-a-traducatorilor-2021), en roumain.

ROYAUME UNI (SoA TA)

Le programme annuel de conversations, ateliers et rencontres avec les éditeurs de English PEN (https://www NULL.englishpen NULL.org/) a eu lieu le 30 septembre. Suite au succès du format de l’an dernier, la Journée internationale de la traduction 2021 s’est tenue en ligne de 10 heures à 20 heures. Le programme complet se trouve ici.

SLOVÉNIE (DKSP (http://www NULL.dskp-drustvo NULL.si/))

La Slovénie a un festival consacré à la traduction, Prevodni Pranger. Il consiste en une série de conférences sur l’histoire, la théorie, la critique de la traduction. Il est organisé dans la cité de Maribor en groupes plusieurs fois dans l’année. Il y en a eu un ces jours-ci.

L’autre événement est organisé par DSKP, c’est un symposium de traduction qui a lieu aux alentours du 30 septembre, généralement la première semaine d’octobre. Les thèmes de cette année étaient la traduction de et vers l’anglais et le traducteur comme médiateur/agent. Il s’est tenu dans la ville de Nova Gorica.

Bélarus : répression drastique contre la liberté d’expression

Le Conseil européen des Associations de traducteurs littéraires (CEATL), la Fédération européenne des journalistes (EFJ (https://europeanjournalists NULL.org/fr/)) et le Conseil des écrivains européen (EWC (https://europeanwriterscouncil NULL.eu/)) appellent les gouvernements d’Europe et la communauté internationale à manifester leur soutien catégorique au mouvement pour la démocratie au Bélarus et à procurer refuge et assistance humanitaire aux personnes fuyant le pays.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/belarus-radical-crackdown-against-the-free-word/belarus_august_2021)Un an après les élections truquées au Bélarus, le pays est submergé par une répression drastique contre la liberté d’expression et les organisations humanitaires de la part du régime dictatorial de Lukashenko. Plus de 1500 organisations ont été la cible d’un « nettoyage radical », 41 sont déjà en cours de procédure de dissolution ordonnée par l’État, dont l’organisation d’écrivains PEN Bélarus (https://penbelarus NULL.org/en) et l’Association bélarussienne de journalistes (https://baj NULL.by/en) (BAJ). Le président de l’Union des écrivains bélarussiens (https://lit-bel NULL.org/information-in-english/), le poète Barys Piatrovitch, est sous le coup d’une assignation à résidence et d’une interdiction de communiquer.

Le Conseil européen des Associations de traducteurs littéraires (CEATL), la Fédération européenne des journalistes (EFJ) et le Conseil des écrivains européen (EWC) appellent à la solidarité tous les ministères de la Culture et des Affaires étrangères.

Nous ne demandons pas seulement une déclaration commune pour protester avec force contre la répression et la violence qui sévissent actuellement au Bélarus, et presser le régime illégitime de Lukashenko de libérer immédiatement les prisonniers politiques. Nous demandons également l’obtention accélérée de visas humanitaires et/ou Schengen pour tous les Bélarussiens en fuite, surtout, mais pas seulement, les travailleurs persécutés des secteurs culturel et des média, et aussi un soutien financier et politique pour les ONG des pays limitrophes qui recueillent et aident les Bélarussiens en fuite.

Nous demandons aussi à nos collègues de la presse et du secteur du livre de donner une voix à ceux qui en sont privés au Bélarus. Ne cessez pas vos reportages, imprimez les ouvrages interdits, encouragez les bourses et les résidences locales. Parce que notre attachement aux droits démocratiques et humains prouve à ceux qui au Bélarus combattent pour leur démocratie que leur résistance et leur incommensurable souffrance ne sont pas vaines.

Le texte dans son intégralité se trouve ici (https://europeanwriterscouncil NULL.eu/ewc-efj-ceatl-standwithbelarus/).

 

Dall’italiano al mondo, le premier congrès international de traducteurs de littérature italienne

Salon international du livre de Turin (https://www NULL.salonelibro NULL.it/), édition numérique, 24 septembre 2021, 16 heures-20 heures (heure d’été d’Europe centrale)

« Dall’taliano al mondo » entend devenir le rassemblement annuel de tous les traducteurs de littérature italienne et créer un réseau destiné à favoriser l’expansion des livres italiens à l’étranger.

Cette manifestation offrira aux traducteurs l’opportunité d’assister gratuitement à des séminaires spécialisés et d’entrer en contact avec des éditeurs, agents et auteurs italiens.

« Dall’taliano al mondo » fait partie de AutoreInvisibile, le programme de rencontres professionnelles sur la traduction littéraire qui se tiennent au Salon international du livre, organisées par Ilide Carmignani.

Parmi les orateurs, on notera :Duncan Large ( PETRA E-network (https://petra-education NULL.eu/) et British Centre for Literary Translation – Université de East Anglia, Norwich; Kevin Quirk (FIT – Fédération Internationale des Traducteurs (https://www NULL.fit-ift NULL.org/)), Shaun Whiteside (CEATL – Conseil Européen des Associations de Traducteurs Littéraires); Nicola Lagioia, directeur éditorial du Salon International du Livre de Turin; Rebecca Servadio  London Literary Scouting et consultante pour le  Salon International du Livre de Turin; Mattia Carratello, américaniste, éditeur pour la maison italienne  Sellerio et consultant pour le Salon International du Livre de Turin; Katherine Gregor, traductrice anglaise de Luigi Pirandello et Marco Malvaldi; Carlos Gumpert, traducteur espagnol d’Antonio Tabucchi et Antonio Scurati et Verena von Koskull, prix allemand-italien 2020 pour sa traduction de La scuola cattolica de Eduardo Albinati.

Programme :

16 heures : ouverture de la manifestation, par Nicola Lagiola, Duncan Large, Kevin Quirk et Shaun Whiteside.

16 h 30 : présentation des dernières tendances de la littérature italienne et d’une sélection de titres non traduits, par Edoardo Rialti et Vanni Santoni (magazine L’Indiscreto)

17 h 45 : le traducteur littéraire en prospection dans la chaîne de l’édition : auteurs, agents, agences de repérage, éditeurs. Financement de traduction, Rebecca Servadio.

18 h 45 : la proposition du traducteur littéraire, Katherine Gregor, Carlos Gumpert, Verena von Koskull, modérateur : Mattia Caratello.

19 h 45 : clôture de la manifestation, Ilide Carmignani.

A la suite de ces débats, on fournira aux participants du matériel illustratif et des contacts.

Cette manifestation est ouverte à tous les traducteurs de littérature italienne.

Il est indispensable de s’inscrire pour participer. L’inscription (https://saltopiu NULL.salonelibro NULL.it/) est ouverte du 20 juillet au 10 septembre. Le nombre de places est limité.

Pour plus de renseignements : dallitalianoalmondo@salonelibro.it (dallitalianoalmondo null@null salonelibro NULL.it)

Le CEATL se joint à l’EWC en soutien à la démocratie et aux droits humains au Bélarus

Au cours des douze derniers mois, les organisations indépendantes culturelles et de défense des droits humains ont été la cible de perquisitions et de détentions au Bélarus. Le 14 juillet, le Directorat « combattant le crime organisé et la corruption » du ministère de l’Intérieur bélarussien a mené une opération nationale de « nettoyage radical » contre des associations indépendantes d’écrivains, de journalistes, de travailleurs culturels, ainsi que des associations de défense des droits humains, dont  l’Union des écrivains bélarussiens (https://lit-bel NULL.org/information-in-english/) et PEN Bélarus (https://pen-centre NULL.by/en). L’Association des journalistes bélarussiens, le centre indépendant de recherche académique BEROC et Viasna, l’organisation de défense des prisonniers politiques, entre autres, ont été également visés par ces raids.

Le 14 juillet, l’Union des écrivains bélarussiens a subi une attaque au cours de laquelle des équipements et des documents ont été confisqués. Le président de l’Union indépendante des écrivains bélarussiens, Baryx Piatrovich, sous le coup d’une interdiction de quitter le pays,  est actuellement assigné à résidence. Son téléphone a été confisqué et il a dû signer un accord de non divulgation. Il ne peut donc parler en public des agissements systématiques à l’encontre de l’Union des écrivains sous peine de représailles. En 2020, des auteurs, artistes et travailleurs culturels,  dont des traducteurs, ont été la cible d’attaques et de cruauté physique et psychologique dans les prisons bélarussiennes.

Le CEATL se joint à l’EWC (https://europeanwriterscouncil NULL.eu/) (European Writers’ Council) pour condamner vigoureusement ces mesures du gouvernement bélarussien, et appeler la Communauté européenne à agir immédiatement pour le peuple et la démocratie au Bélarus, et demande à tous les travailleurs culturels de s’unir en faveur de la démocratie et des droits humains au Bélarus.

Pour plus d’information, cliquez ici (https://www NULL.amnesty NULL.org/en/latest/campaigns/2021/01/stand-with-belarus/) et ici (https://europeanwriterscouncil NULL.eu/justice-for-ubw-and-pen-belarus/).

Droits LGBT en Hongrie : lettre de soutien et de solidarité dans l’affaire Micsoda scalád !

 Le CEATL est horrifié par l’amende imposée à la librairie Lira könyv pour avoir vendu le livre Micsoda scalád ! (Quelle famille !), écrit par Lawrence Schimel, illustré par Elina Braslina et traduit par Anna T. Szabó, et pour avoir omis de préciser que ce livre présente « un contenu qui dévie de la norme ». Nous sommes solidaires avec l’auteur du livre, Lawrence Schimel.

 De plus, le CEATL condamne la répression des droits LGBT par le gouvernement hongrois avec la loi du 15 juin 2021, et soutient toutes les associations hongroises protestant contre cette loi, notamment notre association membre, MEGY (http://www NULL.muforditok NULL.hu/), qui demande son annulation.

 La lettre du CEATL est visible ici (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2021/07/CEATL-Schimel-support-letter_July-2021 NULL.pdf).

Parution en ligne : Counterpoint No 5 – Traducteurs et visibilité

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2021/07/Counterpoint_2021_05_cover-1 NULL.jpg)La visibilité pour tous le types de traducteurs, et plus particulièrement pour les traducteurs littéraires, fait souvent l’objet de débats passionnés, surtout en ce moment. Être visible est parfois une nécessité ; parfois, au contraire, c’est un danger. Dans ce nouveau numéro, Contrepoint se penche sur différentes expériences de la visibilité et de ses conséquences pour les traducteurs.

Mascha Dabić, traductrice littéraire et autrice d’un roman qui parle d’une interprète, décrit les différences entre la visibilité du traducteur et celle de l’écrivain.

Marta Morros Serret évoque le traitement souvent dédaigneux réservé à la littérature jeunesse et à ses traducteurs, et dessine des pistes pour y remédier.

Arnaud Pasquali détaille comment l’UE cherche à contribuer à la visibilité des traducteurs littéraires en prenant en compte les diverses facettes de leur rôle dans le marché du livre.

Maya Hess raconte l’histoire de l’association Red T, qui se bat pour attirer l’attention sur la situation souvent extrêmement précaire des interprètes et traducteurs en zone de conflit, souvent oubliés.

Depuis le Belarus, on nous explique comment le régime s’emploie activement à effacer la visibilité de la littérature du pays en s’en prenant à ses auteurs, à ses traducteurs et à ses lecteurs.

Tout cela et plus, vous le trouverez dans le dernier numéro de Contrepoint en ligne.

La revue Contrepoint est gratuite. Pour télécharger le no 5 (et les précédents), cliquez ici.

Pour recevoir les prochains numéros directement dans votre boîte mail, abonnez-vous ici (https://ceatl NULL.us19 NULL.list-manage NULL.com/subscribe?u=7973d1c81339f55606334c6bb&id=fb1f37b23d).

Contrepoint, la revue européenne des traducteurs littéraires est une publication en ligne du Conseil européen des associations de traducteurs littéraires (CEATL) et paraît deux fois par an en anglais et en français.