Conférence en ligne sur la traduction littéraire assistée par ordinateur (TLAO)

11-13 mai 2021 : université de Swansea, Pays de Galles

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2021/04/STING NULL.jpg)En 2019, STING (Swansea Translation & Interpreting Group) (https://languagestranslationandmediaatswansea NULL.wordpress NULL.com/translation-lunchtimes-sting/) a accueilli avec succès deux ateliers internationaux sur la traduction littéraire assistée par ordinateur et organise à présent sa première conférence à grande échelle sur le sujet. Repoussée depuis 2020, cette conférence se tiendra en ligne sur Zoom.

Les traducteurs littéraires sont souvent réticents à utiliser les aides informatiques qui font partie de la vie de la plupart des autres traducteurs professionnels. Au cours des cinq dernières années, cependant, de nouveaux développements ont vu le jour, impliquant des avantages et des inconvénients pour les traducteurs littéraires qui utilisent les différentes sortes de logiciels axés sur les langues. Parmi ceux-ci, la mémoire de traduction, le corpus linguistique, le traitement automatique des langues, l’analyse de texte et les outils de visualisation, et en particulier la traduction automatique neuronale (NMT Neural Machine Translation). La conférence explorera l’impact réel et potentiel de ces outils sur les traducteurs littéraires et les lecteurs, de points de vue théoriques et empiriques, en mettant l’accent sur des applications et des études de cas éclairantes.

 Les traducteurs (littéraires) en activité ainsi que les étudiants chercheurs et les professeurs sont invités à y assister. Aucune expérience préalable des méthodes assistées par ordinateur n’est requise. L’inscription est gratuite.

Pour des détails sur l’inscription, le programme et le catalogue, les intervenants principaux – Duncan Larg e (Université d’East Anglia), Jan Rybicki (Université jageollone de Cracovie) – et le comité organisateur, merci de consulter le site web de la conférence : https://calt2021conference.wordpress.com/ (https://calt2021conference NULL.wordpress NULL.com/)

Translation in motion, programme 2021: appel à candidatures pour des résidences de traduction littéraire

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2021/04/TIM-COLORS-v NULL.png)

Le programme Translation in motion a pour but d’enrichir et d’intensifier la circulation de la littérature traduite à travers l’Europe contemporaine, notamment entre les pays des Balkans occidentaux et les autres pays membres de l’UE.

Reconnaissant que les traducteurs littéraires sont des ambassadeurs influents et passionnés du dialogue culturel, ce programme apportera mobilité internationale et développement professionnel.

Les résidences offrent aux traducteurs du temps et de la concentration pour un travail créatif sur un projet de traduction littéraire, la possibilité de s’immerger dans la langue source de leur traduction et de mener des recherches, d’augmenter leur visibilité en se faisant connaître dans le réseau littéraire local et en présentant leur travail à un public local.

Les résidences sont offertes par de nombreux organismes d’hébergement. Nous  acceptons les candidatures des traducteurs de ou vers les langues des pays des Balkans occidentaux (Albanie,  Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Montenegro, Macédoine du Nord). Les traducteurs éligibles devront être citoyens de n’importe quel pays de l’UE ou des Balkans occidentaux.

Pendant leur résidence, les traducteurs devront travailler intensément sur le projet de traduction littéraire pour lequel ils ont postulé, participer aux événements ou activités organisés par l’organisme hébergeant, et se lier avec leurs collègues et les autres résidents.

Les organismes hébergeant offrent un logement gratuit dans le centre de résidence, une bourse pour le voyage et une allocation mensuelle pour les dépenses de tous les jours.

Date limite d’inscription : 30 avril 2021.

Pour plus de renseignements, cliquer ici (https://www NULL.re-cit NULL.org/current-opportunities/). (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2021/03/footer-TiM-1024x132_march-2021 NULL.png)

Enquête flash sur la mise en œuvre de la directive sur le droit d’auteur

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2021/03/ceatl-encuesta-1 NULL.png)Au cours des premières semaines de décembre 2020, le groupe de travail du CEATL sur les droits d’auteur, coordonné par Cécile Deniard, a mené une enquête flash auprès de ses associations membres afin de recueillir des informations sur la mise en œuvre de la Directive sur le droit d’auteur et les droits voisins dans le marché unique numérique (https://data NULL.consilium NULL.europa NULL.eu/doc/document/PE-51-2019-INIT/fr/pdf), dite “directive DSM”,  votée en avril 2019 par le Parlement européen et devant être transposée dans les lois nationales des pays membres avant juin 2021.

Cette enquête avait deux buts :

  • évaluer la progression du processus de transposition dans la loi à la fin d’une année 2020 fortement perturbée par la crise du Covid ;
  • s’assurer que la mise en œuvre des articles 18-22 est bien prioritaire dans l’agenda de tous, puisqu’ils contiennent les graines d’un rééquilibrage des relations contractuelles et des percées en faveur des auteurs, notamment la notion de négociation collective.

Les principales conclusions sont détaillées ci-dessous. Un résumé des résultats de l’enquête peut être consulté ici (https://www NULL.ceatl-members NULL.eu/wp-content/uploads/2021/02/CEATL-DSM-implementation-flash-survey-SUMMARY NULL.pdf), et l’annexe avec les réponses et commentaires individuels des personnes interrogées ici (https://www NULL.ceatl-members NULL.eu/wp-content/uploads/2021/02/CEATL-DSM-implementation-flash-survey-ANNEX NULL.pdf).

Principales conclusions :

  • Délais : malgré les retards et interruptions causées par la crise du Covid, il y a des raisons de penser que la grandes majorité des états membres ont l’intention de transposer la directive à la date prévue (juin 2021). Aujourd’hui, cependant, seuls les Pays-Bas ont terminé le processus.
  • Processus : après une période de consultations à grande échelle et de dialogues entre les parties prenantes, le processus semble se diriger lentement vers une discussion sur de véritables ébauches de projet.
  • Qu’y a-t-il dans les tuyaux ? Malgré leur haut niveau d’engagement, nombre de nos associations ont du mal à saisir ce qui est vraiment prévu pour la transposition des articles 18-22, à cause des retards dans le processus ou d’un manque de transparence. La mise en œuvre de l’article 21 sur les procédures de résolution des litiges semble particulièrement floue dans la plupart des pays.
  • Que faut-il faire ? L’enquête montre que, dans le peu de temps qui reste, les associations devront utiliser toutes les ressources en leur possession en termes d’influence pour obtenir une transposition qui aille au-delà du minimum.
  • Les atouts : du côté positif, cependant, l’enquête (questions 3 et 4), montre aussi que la plupart de nos associations ont la détermination et les réseaux nécessaires pour exercer un lobbying actif et public, ou au moins pour partager l’information et agir en coordination avec les autres organisations d’auteurs et de créateurs.

aller↔retour ǀ festival de traduction et de littérature

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2021/02/AllerRetour_LogoQuer NULL.png)Le 6 mars 2021, le festival de traduction et de littérature aller↔retour sera retransmis en direct depuis l’espace culturel du Nouveau Monde à Fribourg. Les diffusions en continu et les ateliers sur Zoom permettront au public d’assister virtuellement à l’événement, consacré à la traduction comme activité à mi-chemin entre travail artisanal et production artistique.

Le programme propose d’aborder la traduction sous différents angles : comment rendre la tension d’un roman noir dans une autre langue ? Quelles sont les règles qui régissent la traduction pour la scène ? Comment met-on en images des textes littéraires ? Quels sont les avantages et les dangers de la traduc-tion automatique ? Quels défis faut-il surmonter pour traduire l’intensité émotionnelle véhiculée par un texte ? Également au programme, une traduction en direct : l’interaction étant fructueuse, le public sera invité à participer activement à la performance et à faire des suggestions. Participation gratuite.

Pour se mettre dans l’ambiance, trois événements culturels organisés en amont du festival sont accessibles en rediffusion sur www.aller-retour.ch (https://chstiftung NULL.ch/fr/aller-retour/le-programme).

Les organisateurs d’aller↔retour sont la Fondation ch (https://chstiftung NULL.ch/fr/), Pro Helvetia (https://prohelvetia NULL.ch/fr/), le Collège de traducteurs Looren (https://www NULL.looren NULL.net/fr/sejour/college-traducteurs-looren) et le Centre de traduction littéraire de Lausanne (https://www NULL.unil NULL.ch/ctl/fr/home NULL.html).

Répression totale de la culture biélorusse en janvier 2021

Rapport PEN Biélorussie pour le CEATL

Minsk, 29 janvier 2021

Selon les données collectées et analysées par le Centre Pen biélorusse (https://pen-centre NULL.by/en/2021/01/28/bez-prava-na-kulturu-belarus-2020 NULL.html) depuis août 2020 jusqu’à la fin de l’année, le nombre de cas de répression dans la sphère culturelle en Biélorussie a augmenté rapidement pour atteindre le nombre de 568, avec 131 nouveaux cas recensés pour le seul mois de janvier. Parmi tous les cas, on compte au moins 131 écrivains, dont 7 sont également traducteurs littéraires. Ce sont Uladzimir Liankievič, Hanna Komar, Kanstancin Čaruchin, Alieś Žlutca, Siarž Miadzviedzieŭ et Alena Tracciakova.

Le 15 janvier, Volha Kalackaja a été arrêtée chez elle et amenée dans un commissariat où on lui a dit qu’elle était sous le coup d’une enquête criminelle. Kalackaja pourrait encourir 3 ans de prison si elle est condamnée selon l’article 342 du Tribunal criminel biélorusse, qui interdit «l’organisation et la préparation d’actions en violation flagrante de l’ordre public, ou la participation active à ces actions ».

Kalackaja a traduit des livres de Margaret Atwood, Virginia Woolf, Tennessee Williams et William Golding en biélorusse, et effectué des traductions pour des films ou des dessins animés. Depuis le début des protestations de masse en Biélorussie, après les élections présidentielles truquées d’août dernier,  Kalackaja a soutenu les manifestations pacifiques de son quartier. PEN America demande la libération immédiate de Volha Kalackaja (https://pen NULL.org/press-release/pen-america-demands-immediate-release-of-belarusian-translator-volha-kalackaja/?fbclid=IwAR0sOmVxST796sYUSFsRvulWqYJXrZZBiR2im_2MiYt_9BVdlBXNMPp8A4w).

Des informations circulent aussi sur des exclusions et du harcèlement dans les universités humanitaires. Plusieurs traducteurs et professeurs de traduction ont été renvoyés en janvier.

De plus, les éditeurs de littérature traduite les plus productifs Hienadź Viniarski (Editions Knihazbor) et Andrej Januškievič ( Editions Januskievic) ne peuvent plus exercer leur métier, puisqu’on leur a confisqué leur équipement et que leurs comptes ont été saisis par la police financière.

C’est malheureusement une répression totale qui sévit actuellement sur la culture, les médias, les entreprises sociales et la société civile en Biélorussie.

PEN Biélorussie et la société des traducteurs biélorusses ont besoin de la solidarité internationale pour Volha Kalackaja et les autres acteurs culturels subissant des détentions, jugements et persécutions injustes et illégaux.

Il existe plusieurs campagnes d’appels aux dons en faveur de la communauté de la culture et des arts biélorusses. Voyez  Donate (paypal.com) (https://emea01 NULL.safelinks NULL.protection NULL.outlook NULL.com/?url=https%3A%2F%2Fwww NULL.paypal NULL.com%2Fdonate%2F%3Fhosted_button_id%3D7V9UZ4PSAPAF2&data=04%7C01%7C%7Cc05911c1b32942188c1408d8c77acf56%7C84df9e7fe9f640afb435aaaaaaaaaaaa%7C1%7C0%7C637478677559416718%7CUnknown%7CTWFpbGZsb3d8eyJWIjoiMC4wLjAwMDAiLCJQIjoiV2luMzIiLCJBTiI6Ik1haWwiLCJXVCI6Mn0%3D%7C1000&sdata=emS8vpm%2FCNI1vMI7Ziezf9%2BFuhCcS58oEh97LQWbhvw%3D&reserved=0) et la campagne Save our Songs (https://emea01 NULL.safelinks NULL.protection NULL.outlook NULL.com/?url=https%3A%2F%2Fwww NULL.gofundme NULL.com%2Ff%2Fpxmvs-support-for-belarus%3Futm_source%3Dcustomer%26utm_campaign%3Dp_cp%2Bshare-sheet%26utm_medium%3Dcopy_link&data=04%7C01%7C%7Cc05911c1b32942188c1408d8c77acf56%7C84df9e7fe9f640afb435aaaaaaaaaaaa%7C1%7C0%7C637478677559416718%7CUnknown%7CTWFpbGZsb3d8eyJWIjoiMC4wLjAwMDAiLCJQIjoiV2luMzIiLCJBTiI6Ik1haWwiLCJXVCI6Mn0%3D%7C1000&sdata=D46xBu%2BbUcxHHV%2BZkLAafpe6WYqTf7uYgLnKhMRYXDE%3D&reserved=0).

Des changements dans les recommandations pour l’édition numérique des traductions en Espagne

Après avoir consulté leurs juristes, ACE Traductores (https://ace-traductores NULL.org/) a modifié son modèle de contrat pour l’édition numérique des traductions.

Ces changements visent à réguler les différents types d’exploitation des traductions en accord avec les dispositions de la loi espagnole sur la propriété intellectuelle et en anticipation des changements à effectuer selon la nouvelle directive (EU)2019/790 (https://eur-lex NULL.europa NULL.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=OJ:L:2019:130:TOC) du Parlement européen et du Conseil sur le copyright et les droits voisins dans le Marché Numérique Unique, qui devraient être incorporés à la loi espagnole avant juin 2021.

Le nouveau contrat est disponible en espagnol sur notre site, sous la rubrique Tarifas y Contratos (https://ace-traductores NULL.org/profesion/tarifas-y-contratos/) (Tarifs et contrats).

Aide-mémoire pour l’organisation de lectures et ateliers numériques

À l’heure actuelle, de nombreux événements ne peuvent pas être organisés physiquement. Certains sont transférés dans l’espace numérique. Il peut arriver que l’on manque d’expérience et de connaissances pour mener à bien un événement numérique de la manière la plus cohérente possible. 

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/12/Aide-memoire NULL.jpeg)L’association professionnelle des autrices et auteurs de Suisse A*dS (http://www NULL.a-d-s NULL.ch) et Bibliosuisse (http://www NULL.bibliosuisse NULL.ch), l’association faîtière des bibliothèques en Suisse, ont donc élaboré un aide-mémoire pour les lectures numériques dans les bibliothèques, les librairies et les écoles, qui vise à apporter un soutien aux organisatrices∙teurs et aux autrices∙teurs. 

Ce document explique, étape par étape sous une forme courte et concise, les principaux éléments auxquels il faut veiller avant, pendant et après une manifestation (p.e. aspects techniques, lieu, sécurité). Il fournit en outre divers liens utiles et permet aussi, par exemple, de télécharger un contrat type pour des manifestations ainsi que des informations concernant les lectures dans les écoles. 

L’aide-mémoire est disponible en français (https://www NULL.a-d-s NULL.ch/bon-a-savoir/manifestations-numeriques/), allemand (https://www NULL.a-d-s NULL.ch/wissenswertes/digitale-veranstaltungen/) et italien (https://www NULL.a-d-s NULL.ch/buono-a-sapersi/manifestazioni-digitali/). 

Don de plus de 70 livres traduits au Parlement et au gouvernement pour faire réagir les politiques italiens

Le 15 décembre 2020, une délégation de Strade (http://www NULL.traduttoristrade NULL.it/), association italienne membre du CEATL, a déposé au Sénat à Rome plus de 70 livres traduits destinés à autant de femmes et hommes politiques. Il y avait aussi une lettre ouverte au Président de la République italienne et aux institutions parlementaires, demandant la création d’un fonds national  pour soutenir la traduction (s’inspirant du Deutscher Übersetzefonds (DUF)). Les signataires du document comprennent des lauréats du prix Nobel, du prix Pulitzer et des auteurs de bestsellers d’Italie et du monde entier (liste complète des signataires ici (http://www NULL.traduttoristrade NULL.it/2020/appello-fondo-per-i-traduttori-italiani/)).

« La crise sanitaire impacte une profession qui se bat déjà pour survivre  dit Strade. Nous aimerions remercier les institutions pour leur soutien pendant la crise du COVID-19, mais la perspective doit désormais devenir structurale et aligner l’Italie avec l’Europe. » (Voir d’autres résultats marquants des campagnes de sensibilisation des traducteurs et auteurs italiens ici (https://www NULL.ceatl NULL.eu/advocacy-effort-leads-to-emergency-support-and-official-recognition-for-italian-translators)).

Ce n’était donc pas un simple cadeau de Noël mais un geste symbolique pour favoriser une prise de conscience des politiques. « Notre profession est en danger, continue Strade, pourtant sans la traduction littéraire de nombreuses œuvres fondamentales non seulement pour notre culture mais pour notre société dans son ensemble seraient perdues, et l’Italie telle que nous la connaissons serait culturellement appauvrie. Comme le dit la lauréate du prix Nobel Olga Toharczuk, la lecture d’œuvres étrangères est un vaccin contre les visions du monde préconçues et fallacieuses. »

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/12/f4af35a1-fec0-4d9d-831c-f5b73dc3dd84 NULL.jpg)Parmi les livres choisis et déposés on trouve notamment The Death Of Jesus de John Maxwell Coetzee (traduit par Maria Baiocchi), pour le Président de la République italienne Sergio Mattarella, Les pérégrins de Olga Tokarczuk (traduit par Barbara Delfino), pour le Premier ministre Giuseppe Conte, Kafka sur le rivage de Haruki Murakami (traduit par Giorgi Maritrano) pour le ministre de Culture Dario Franceschini, Jag heter inte Miriam de Majgull Axelsson, traduit par Laura Cangemi, Une histoire des abeilles de Maja Lunde, traduit par Giovanna Paterniti, Anna Karenine de Léon Tolstoi, traduit par Claudia Zonghetti, et La lettre oubliée, de Nina George, traduit par Cristina Proto.

Les livres ont été déposés en collaboration avec la librairie indépendante de Rome L’Altracittà. Plus d’information en italien ici (http://www NULL.traduttoristrade NULL.it/2020/appello-fondo-strutturale-cs/).

Vient de sortir : Contrepoint n°4, avec un dossier spécial traduction automatique et littérature

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/12/FR-frontpage-1 NULL.jpg)Un nouveau Contrepoint vient de sortir ! Ce quatrième numéro de la revue en ligne du CEATL, dédié aux traducteurs littéraires, se consacre à un sujet brûlant : traduction automatique et littérature.

S’agissant de traduction de textes littéraires, la question de l’utilité des machines n’a longtemps rencontré que cynisme et inquiétude. Mais de récents développements montrent que la traduction automatique dans ses nombreuses formes pourrait très bien faire partie de la vie des traducteurs littéraires dans un avenir pas si lointain.

De quelles façons, et avec quelles conséquences ? « Fin de partie » pour les traducteurs littéraires ? deviendront-ils des réviseurs haut de gamme, corrigeant les erreurs des machines ? Les traducteurs pourront-ils toujours dialoguer avec la voix de l’auteur dans un texte, tout en prenant aussi en compte la voix de la machine ? Qu’en sera-t-il des droits d’auteur des traducteurs quand une machine fera une partie du travail ? Ces questions et d’autres tout aussi intrigantes feront l’objet de notre numéro spécial.

Vous trouverez également d’autres contributions intéressantes dans ce numéro, concernant l’actualité du CEATL, et le monde des traducteurs au sens large – depuis les avantages d’un dictionnaire des variantes en allemand, jusqu’à la toile de fond politique de la carrière d’une traductrice polonaise.

Pour télécharger le dernier Contrepoint et les numéros précédents, cliquez ici.

Contrepoint est gratuit. Pour vous abonner aux numéros suivants, cliquez ici (https://ceatl NULL.us19 NULL.list-manage NULL.com/subscribe?u=7973d1c81339f55606334c6bb&id=fb1f37b23d).

#freewordsbelarus 36 présidents et membres des conseils d’administration de 33 organisations d’auteurs et de traducteurs de 22 pays, représentant 120 000 auteurs, unissent leurs voix en soutien au mouvement pour la démocratie au Bélarus

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/11/FlaggeFreeWordsBelarus-900x425-1 NULL.jpg)Le 26 novembre, jour du 90ème anniversaire de l’écrivain bélarusse Uladzimir Karatkievich, la campagne de lecture en ligne #freewordsbelarus (https://europeanwriterscouncil NULL.com/freewordsbelarus/) a été lancée sur la chaîne EWC Daily-Motion. L’action conjointe du Conseil des écrivains européens (https://europeanwriterscouncil NULL.com/) (EWC) et du Conseil européen des associations de traducteurs littéraires (https://www NULL.ceatl NULL.eu/) (CEATL) est un signe fort de solidarité avec le peuple bélarusse et les artistes et auteurs bélarusses emprisonnés.

« C’est avec un sentiment d’horreur que nous, les auteurs et traducteurs d’Europe, suivons la situation actuelle au Bélarus », dit Nina George, présidente du Conseil des écrivains européens (EWC). Les dictateurs ont toujours menacé les auteurs et les artistes en premier parce que c’est d’eux que vient la résistance la plus intrépide. Nos collègues se tiennent en première ligne pour défendre les valeurs de la démocratie. » « Mais ils ne sont pas seuls, ajoute Morten Visby, président du CEATL. L’Europe regarde et ne détournera pas les yeux : nous voyons la violence et la répression de ce régime, nous voyons les attaques contre la liberté d’expression, mais nous entendons aussi les voix courageuses des Bélarusses refusant d’être réduits au silence. Nous sommes avec vous – et nous soutenons haut et fort le mouvement bélarusse pour la démocratie. »

La campagne de solidarité #freewordsbelarus présente The Border, du livre Frescoes de Barys Pjatrovitj, le président de l’Union des écrivains bélarusses, traduit en anglais par un traducteur préférant rester anonyme – pour des raisons de sécurité. The Border, lu sous forme de 35 phrases séparées, est recomposé, phrase après phrase et lecteur après lecteur, par les voix, visages et sentiments d’auteurs et traducteurs européens. La liste complète des présidents et membres des conseils d’administration parle d’elle-même.

« Prendre parti immédiatement pour le peuple bélarusse et crucial et décisif. Non seulement par solidarité, mais plus largement pour l’inviolabilité de la démocratie et de la liberté d’expression dans toute l’Europe, souligne Grethe Rottböll, présidente de l’Union des écrivains suédois, à l’initiative de cette action de soutien avec Viveka Sjögren Bangoura, la présidente du Conseil international. « Avec cette action, 36 présidents et membres du conseil d’administration de 33 organisations d’écrivains et de traducteurs élèvent leurs voix en soutien au mouvement bélarusse pour la démocratie, représentant 120 000 auteurs solidaires. »

Extrait de The Border, de Barys Pjatrovitj :

… et il n’est nul besoin de mentionner le cycle, début-lever-lumière-coucher, la frontière entre la clarté et l’obscurité qu’on appelle « soir » le soir et « matin » le matin, et qui – dans un certain pays – s’appelle totalitarisme, autoritarisme, et l’incursion de la tyrannie.

#freewordsbelarus #Свабодныясловыбеларусь a été créé en collaboration avec le Conseil européen des écrivains (EWC) et le CEATL, à l’initiative de l’Union des écrivains suédois et de l’Union des écrivains bélarusses. Les 36 lecteurs montrent leur soutien en portant des vêtements rouges et blancs, les couleurs du mouvement pour la démocratie au Bélarus.

Pour plus d’info : europeanwriterscouncil.com/freewordsbelarus/ (http://europeanwriterscouncil NULL.com/freewordsbelarus/)

EWC sur Daily Motion : dailymotion.com/europeanwriterscouncil/ (http://dailymotion NULL.com/europeanwriterscouncil/)

Un florilège d’incipit online par des traducteurs du monde entier

Des associations de traducteurs du monde entier organisent une lecture plurilingue d’incipit dans le cadre de l’édition en ligne des 37e Assises de la traduction littéraire. Rendez-vous samedi 28 nov. 21 h, en direct sur la chaîne YouTube TV ATLAS (https://www NULL.youtube NULL.com/channel/UCPuKno78LQ58lDzxjKMI5nw/videos) et Facebook (https://www NULL.facebook NULL.com/atlas NULL.citl/). (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/11/5 NULL.DI_cartons_live_stream_Assises_2020 NULL.png)

Il s’agit de ATLAS (https://www NULL.atlas-citl NULL.org/) – Association pour la promotion de la traduction littéraire, Strade (http://www NULL.traduttoristrade NULL.it), membre italien du CEATL, AATI (https://www NULL.aati NULL.org NULL.ar/) – Asociación Argentina de Traductores e Intérpretes, ACTTI (https://www NULL.actti NULL.org) – Asociación colombiana de traductores, terminólogos e intérpretes, AMETLI (https://www NULL.ametli NULL.org) – Asociación Mexicana de Traductores Literarios, TraduQtiv  (https://traduqtiv NULL.com/)e le Centre de traduction littéraire de Lausanne (https://www NULL.unil NULL.ch/ctl/fr/home NULL.html).

Traducteurs et traductrices littéraires imaginent une scène littéraire par temps de pandémie. Chacun doit rester chez soi, confinement oblige. Et si un écran pouvait être franchi ? Et si de l’autre côté on voyait un collègue qui se trouve là, tout près, ou peut-être à l’autre bout du monde ?

Alice traverse le miroir et arrive en pays des merveilles. Au cours de cette lecture plurilingue, par écrans interposés, on débarque chez des traducteurs du monde entier pour entendre des incipit célèbres de Jorge Luis Borges, Vladimir Nabokov, Romain Gary, Carlo Collodi et aussi d’Antoine de Saint-Exupéry, de Robert Walser, et de Samuel Beckett. Du zapotèque au chinois, de l’espagnol à l’italien, en passant par l’allemand, le russe, le quechua et le français, parviendra-t-on à reconnaître ces phrases célèbres à travers des musiques de nous inconnues ?

La revendication aboutit à une aide d’urgence et à la reconnaissance officielle des traducteurs italiens

Une pétition présentée au gouvernement italien (https://www NULL.openpetition NULL.eu/petition/online/cura-italia-relief-cant-forget-culture) et lancée en avril par Strade (http://www NULL.traduttoristrade NULL.it/), membre du CEATL, (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/10/Logo_Strade_2_oct_20-e1604570149753 NULL.jpg)ainsi que par les associations de traducteurs AITI (https://aiti NULL.org/) et ANITI (https://www NULL.aniti NULL.it/) et l’association d’illustrateurs AI – Autori di Immagini (http://www NULL.autoridimmagini NULL.it/) a obtenu des résultats historiques.

Le 16 octobre, le ministère italien de la Culture a annoncé que 5 millions d’euros du fonds d’urgence du Covid-19 seront versés spécifiquement aux traducteurs littéraires (https://www NULL.beniculturali NULL.it/comunicato/editoria-franceschini-5-milioni-di-euro-per-i-traduttori) qui présentent des critères d’éligibilité, avec des aides individuelles pouvant atteindre 3000 euros.

Celle pétition, qui a été signée par des auteurs du monde entier, a exhorté le gouvernement à ne pas négliger les professions créatives initialement écartées du plan d’urgence. Cet appel et d’autres efforts de lobbying ont commencé à porter leurs fruits en juin, lorsque les traducteurs littéraires ont été inclus aux bénéficiaires d’aide ponctuelle pour les professionnels de la culture dont les revenus viennent des droits d’auteur. Mais ce nouveau décret est destiné spécifiquement aux traducteurs de l’édition, et marque la première reconnaissance de leur profession par le gouvernement italien.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/10/Logo-Aniti_new_oct-20 NULL.png) (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/10/aiti-logo-2-_oct-20 NULL.jpe)

Prix Bastian 2020 de littérature traduite en norvégien

Le Prix Bastian 2020 de littérature traduite en norvégien a été annoncé le 1er octobre à l’occasion de la Journée internationale de la traduction. Il s’agit du prix annuel de traduction décerné par l’Association norvégienne de traducteurs littéraires (Norsk Oversetterforening (http://oversetterforeningen NULL.no/)).

Le Prix Bastian 2020 a été attribué à Gøril Eldøen pour sa traduction de Vernon Subutex, de Virginie Despentes. Quatre autres traducteurs étaient en lice : Egil Halmóy pour sa traduction de L’art de perdre de Alice Zenitser, Ove Lund pour sa traduction de Seiobo est descendue sur terre de László Krasznahorkai, Ute Neumann pour sa traduction de A ce point de folie de Franzobelet Magne Tørring pour sa traduction de Silence de Shûsaku Endôs.

Dans la catégorie littérature pour enfants et jeunes adultes, c’est Kari Bolstad qui a reçu le Prix Bastian pour sa traduction de Slaget om Salajak de Johan Theorin.

Chaque lauréat reçoit la somme de 50 000 couronnes norvégiennes (environ 5 000 euros) et une statuette de l’artiste norvégien Ørnulf Bast.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/10/Eldoen-Goril-Bastianprisen-2020_foto-Olav-Urdahl NULL.jpg)
Gøril Eldøen
(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/10/Bolstad-Kari-Bastianprisen-for-barne-og-ungdomslitteratur-2020_-foto-Olav-Urdahl NULL.jpg)
Kari Bolstad

 

 

 

Photos courtesy of Olav Urdal

Le CEATL condamne les arrestations illégales de traducteurs biélorusses

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/09/Capture-d’écran-2020-09-17-à-10 NULL.51 NULL.34 NULL.png)

Le CEATL s’associe au PEN International pour condamner fermement les arrestations illégales et totalement injustifiées des traducteurs biélorusses Hanna Komar, Uladzimir Liankievic et Siarzh Miadzvedzeu.

Komar, Liankievic et Miadzvedzeu ont été arrêtés et sont en détention administrative pour avoir participé à des manifestations pacifiques à Minsk. S’engager pacifiquement dans le type de manifestations de masse que nous voyons se dérouler en Biélorussie en ce moment est bien sûr un droit de l’homme et, accessoirement, tout à fait légal selon la constitution actuelle du pays. Et pourtant, Komar, Miadzvedzeu et Liankievic sont en prison. On sait pourquoi : ils sont en prison parce que le régime du président Alexandre Loukachenko réprime les voix de la société civile indépendante en Biélorussie. Il réprime les voix des traducteurs, des écrivains et des journalistes.

Ce harcèlement ciblé de nos collègues traducteurs s’inscrit dans le cadre d’un assaut complet et dramatique contre la liberté d’expression et la société civile en Europe. Le CEATL se joint à la condamnation internationale des arrestations et de la répression, et demande instamment à ses organisations nationales membres dans toute l’Europe de faire leur possible pour attirer l’attention du public sur les violations flagrantes des droits de l’homme en Biélorussie.

Voir davantage de contexte ici (https://pen-international NULL.org/news/pen-international-centres-condemn-arrest-of-belarus-pen-members-and-employees)

Le quatrième stage d’été de l’ESLT se tiendra en ligne

Le quatrième stage d’été de l’ESLT (École européenne de traduction littéraire) aura lieu en ligne, du 8 au 11 septembre 2020. Il rassemblera une vingtaine de traducteurs et de formateurs de toute l’Europe, passionnés par l’enseignement de la traduction littéraire. Ce programme de quatre jours comprendra un mélange de séminaires et d’ateliers. Ces sessions seront animées, entre autres, par Alexandra Borisenko (Moscou), Gandolfo Cascio (Utrecht), Franca Cavagnoli (Milan) et Louisa Desilla (Thessalonique).
Pour en savoir plus sur les conditions d’admission, le tarif et les candidatures, cliquez ici (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/07/ESLT-2020-advert NULL.pdf).

Un appel commun : investir dans la prochaine génération européenne en investissant dans la culture

Alors que l’UE entame les discussions à propos d’une proposition de plan de relance, 99 organisations européennes appartenant aux secteurs de la culture et de la création unissent leurs voix pour alerter les dirigeants de l’EU.

Pour lire la déclaration, cliquer ici (https://www NULL.osdel NULL.gr/uploads/images/joint_sector_call_-_investing_in_europe_s_next_generation_by_investing_in_culture NULL.pdf).

 

Succès d’une campagne destinée à inspirer les lecteurs néerlandais pendant le confinement

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/07/Capture-d’écran-2020-07-01-à-12 NULL.17 NULL.04 NULL.png)images utilisées pour la campagne #ikleesthuis : « heureusement on peut faire plein de choses chez soi» (gauche) et « puisqu’on ne peut pas sortir, faisons entrer le monde chez nous ».

 

 

La campagne #ikleesthuis (#jelischezmoi) initiée pendant la crise du Covid-19 par un collectif de partenaires de l’industrie du livre s’est révélée fructueuse. Le public a déclaré avoir été poussé par la campagne à lire plus que d’habitude. Cet intérêt accru pour la lecture se retrouve dans une hausse des ventes et des prêts de livres.

L’initiateur de cette campagne est la CPNB (Fondation pour la promotion collective de livres en néerlandais), qui a désiré « remonter le moral des Néerlandais pendant le confinement » et promouvoir la lecture. En s’exprimant dans les réseaux sociaux, des publications imprimées, en ligne, dans l’espace public et à la radio et la télévision, la campagne a pu atteindre des millions de personnes dans une période de trois mois. Des librairies indépendantes, des éditeurs et des bibliothèques ont participé à sa diffusion. Différents partenaires de l’industrie du livre, dont la Fondation néerlandaise pour la littérature, ont apporté leur soutien financier, ainsi que d’autres partenaires aussi variés que des agences de voyage, les chemins de fer néerlandais, et des émissions de radio.

Une enquête menée auprès de consommateurs montre qu’un quart des personnes interrogées ont eu connaissance de la campagne. Un tiers des personnes au courant de la campagne et ayant acheté ou emprunté un livre ont été motivés principalement par la campagne.

Pour de nombreux Néerlandais, la crise du Covid-19 s’est avérée être le moment parfait pour lire : comparé à la même période en 2019, le nombre de prêt de livres électroniques par les bibliothèques publiques a augmenté de 70%, et le nombre d’audio-livres de près de 130%. Le chiffre d’affaires des ventes de livres a augmenté de 1% (livres néerlandais seulement), comparé à la même période de 3 mois en 2019. Malheureusement, les librairies physiques n’ont pas bénéficié de cette augmentation des ventes. Bien au contraire, pendant cette période elles ont subi une baisse de leur chiffre d’affaires de 24%, tandis que le chiffre d’affaires des ventes de livres en ligne a augmenté de 33%.

50% des consommateurs néerlandais ont lu un livre imprimé, un livre électronique ou ont écouté un audio-livre pendant le confinement. Lire des livres papier figure dans le top 10 des loisirs les plus populaires. La fréquence de lecture des livres papier semble aussi avoir augmenté. 36% des consommateurs qui ont lu un livre et avaient connaissance de #ikleesthuis ont indiqué que la campagne a été leur principale motivation pour lire un livre, imprimé ou sur écran, ou pour écouter un audio-livre.

Au vu de ce succès, la campagne sera poursuivie pendant l’été avec le slogan « Votre été commence avec des livres » et le hashtag #zomerlesen (#lireenété).

Pour plus d’information sur la campagne (en néerlandais), cliquez ici (https://www NULL.cpnb NULL.nl/nieuws/leeslust-tijdens-coronacrisis-aangewakkerd-door-ikleesthuis).

 

 

Une enquête du CEATL sur les conditions de travail des traducteurs en Europe

Le CEATL lance une enquête sur les conditions de travail des traducteurs en Europe. Le questionnaire, disponible dans plus d’une vingtaine de langues, est entièrement anonyme. Il ne faut pas plus de 10-12 minutes pour y répondre.

Pour participer à l’enquête, cliquer ici (https://ceatl NULL.eu/limesurvey/index NULL.php/337552?fbclid=IwAR3d3Uc_zPX29Y29q4qXZbV9gdSEWrntYQDmTaozzsysYfdZg15PsSCF8iU)

Les données recueillies nous seront utiles pour poursuivre nos actions auprès des institutions nationales et européennes en faveur de meilleurs conditions de travail, de l’obtention d’aides et de subventions pour les traducteurs littéraires, de la défense du droit d’auteur et du droit de prêt, d’une plus grande reconnaissance culturelle et de plus de visibilité.

Les résultats seront utilisés, entre autres, par l’EACEA (Agence exécutive “Éducation, audiovisuel et culture”) pour évaluer le taux des aides à la traduction que le Programme culturel de l’UE accorde aux éditeurs européens.

Nous comptons aussi mettre ces données recueillies à la disposition des organismes qui subventionnent les littératures nationales et Europe et, à cette fin, financent des traductions dans d’autres pays. Ces données seront les bienvenues dans leur Réseau européen pour la traduction (ENLIT).

Enfin, toutes les associations membres du CEATL pourront s’appuyer sur ces résultats pour mener leurs propres actions.

Le questionnaire est ouvert jusqu’au 10 juillet.

Les secteurs culturels et créatifs de l’Europe appellent l’UE à prendre des mesures budgétaires ambitieuses pour surmonter la crise du COVID-19

Il est temps de passer des paroles aux actes !

Les secteurs culturels et créatifs de l’Europe ont été parmi les premiers et les plus durement touchés par cette crise du COVID-19 sans précédent. Ils seront aussi parmi les derniers. Dans toute l’Europe, presque toutes les activités culturelles ont été annulées ou reportées sine die, tandis que les salles et les magasins ont fermé, entrainant des conséquences désastreuses pour les moyens de subsistance de tous les créateurs et les professionnels de la culture et de la création, ainsi que pour l’écosystème dans son entier. Des millions d’emplois sont en jeu.

Dans sa Résolution sur une action coordonnée pour combattre la pandémie de COVID-19 (https://www NULL.europarl NULL.europa NULL.eu/doceo/document/TA-9-2020-0054_FR NULL.html) et ses conséquences (https://www NULL.europarl NULL.europa NULL.eu/doceo/document/TA-9-2020-0054_FR NULL.html), le Parlement européen souligne à juste titre que les secteurs créatifs et culturels « ont été très durement touchés par les retombées du COVID-19 » et appelle « l’UE et les Etats membres à soutenir les secteurs créatifs et culturels qui jouent un rôle important dans notre économie et notre vie sociale et sont sévèrement affectés par la crise actuelle ». Les membres des commissions, les ministres et les parlementaires mettent régulièrement l’accent sur l’importance vitale de protéger et de soutenir l’écosystème culturel et les créateurs à travers toute l’Europe, afin qu’ils puissent continuer à créer et investir – pour le plaisir de tous les Européens, pendant et après la crise.

Pour l’instant, l’UE a fourni aux Etats membres une aide financière essentielle pour protéger les emplois, les travailleurs et les entreprises affectées par la pandémie du coronavirus, mais n’a pas répondu de façon adéquate aux besoins spécifiques de nos secteurs. Les Secteurs culturels et créatifs, qui représentent 509 milliards d’euros en valeur ajoutée au PIB et plus de 12 millions d’emplois à temps complet (7,5% de la main d’œuvre de l’UE), doivent être considérés comme des secteurs prioritaires et bénéficier de mesures budgétaires ambitieuses. Seuls très peu de pays ont mis en œuvre des plans de congés de récupération tandis que la majorité des professionnels des secteurs culturels et créatifs étaient mis en congé sans salaire, puisqu’un très petit nombre d’employeurs ont les moyens de continuer à payer des salaires ou des indemnités sans aide de l’état. De plus, nos secteurs ont un pourcentage plus élevé que la moyenne de travailleurs indépendants n’ayant pas ou peu d’accès aux prestations sociales et qui se retrouvent donc sans ressources, dans des situations extrêmement précaires.

La Commission européenne devant proposer un nouveau budget et plan de relance à long terme, il est temps de passer des paroles aux actes. Les organisations soussignées, venant des secteurs créatifs et culturels de toute l’Europe, demandent à l’UE :

  • De proposer un budget ambitieux pour le futur Programme Europe créative 2021-2027 – le seul programme cadre de l’EU spécifiquement dédié aux secteurs culturels et créatifs – qui représente aujourd’hui seulement 0.15% du budget total de l’UE. La proposition du Parlement européen pour un budget de 2,8 milliards d’euros devrait être le minimum absolu si on considère la contribution du secteur au bien-être et à l’économie de l’UE, et ses besoins et ses enjeux en ces temps de crise.
  • De faire en sorte que les secteurs créatifs et culturels soient inclus en tant que secteurs prioritaires dans les prévisions du fonds de redressement de l’UE, avec des fonds spécifiques par secteur. Nos secteurs sont parmi les plus durement touchés, et nos chaînes de valeur interconnectées sont fragiles – si elles se sortent de cette crise, surtout les PME, un soutien urgent est nécessaire, comprenant des mesures relatives aux liquidités jusqu’en 2021.
  • D’augmenter les facilités de garantie d’emprunt de l’UE pour les secteurs culturels et créatifs dans le cadre du futur Plan d’investissement pour l’Europe, avec une augmentation du budget, des garanties et de la flexibilité. Les instruments de garantie de prêts provoquent des réactions en chaîne sur l’investissement, dont on a un besoin urgent dans cette période de difficultés économiques.
  • De garantir un budget fort pour le nouveau cluster d’Horizon Europe « culture, créativité et société inclusive ». Au vu de leur nature innovative et audacieuse, les secteurs culturels et créatifs de l’Europe devraient bénéficier d’un budget important au sein d’Horizon Europe.
  • D’assurer que les fonds de l’UE, notamment les fonds structurels, touchent les secteurs culturels et créatifs rapidement et efficacement.
  • D’assurer qu’une part significative des fonds de l’UE est déployée également pour soutenir la subsistance des créateurs, des salariés et indépendants du secteur créatif tout au long de cette crise sans précédent.

En ces temps difficiles, alors que la contribution des secteurs culturels et créatifs au développement social, économique, et artistique de l’Europe ne pourrait être plus tangible, nos secteurs se trouvent cependant en danger d’effondrement partiel ; il est donc plus important que jamais de préserver et soutenir les arts, la culture et l’héritage de l’Europe, et les valeurs qu’ils défendent.

Investir dans notre culture c’est investir dans notre futur.

C’est maintenant qu’il faut transformer les mots en mesures concrètes.

 

SIGNATAIRES

ACT – Association of Commercial Television in Europe

AEC – Association Européenne des Conservatoires, Académies de Musique et Musikhochschulen

AEPO-ARTIS – Association of European Performers’ Organisations

ANIMATION EUROPE

CAE – Culture Action Europe

CEATL – Conseil Européen des Associations de Traducteurs Littéraires

CEPI – European Audiovisual Production

CEPIC – Centre of the Picture Industry

CICAE – International Confederation of Arthouse Cinemas

CIRCOSTRADA – European Network for Circus & Street Arts

ECA – European Choral Association – Europa Cantat

ECCD – The European Coalitions for Cultural Diversity

ECSA – European Composer and Songwriter Alliance

EDN – European Dancehouse Network

EFA – European Festivals Association

EFFORTS – European federation of fortified sites

EFJ – The European Federation of Journalists

EFNYO – On behalf of the European Federation of National Youth Orchestras

EFP – European Film Promotion

EHTTA – European Historic Thermal Towns Association

EI – Europa International

Le dernier Contrepoint est sorti !

Contrepoint est la revue en ligne du CEATL qui parle de traduction littéraire en Europe et au-delà en évoquant les aspects économiques, politiques, culturels et artistiques de la profession.

Que trouve-t-on dans ce troisième numéro ?


La déléguée au CEATL Eva Valvo a écrit un article poignant sur la dureté de la vie de traducteur en Italie en ce temps de confinement.

Une interview de Valeria Pulignano sur ses recherches sur la précarité dans notre profession montre les réalités, et les difficultés, du statut de traducteur indépendant. Ses premières conclusions nous confirment à quel point le combat perpétuel du CEATL pour des conditions de travail décentes est nécessaire, surtout à l’heure actuelle, avec les mutations du marché du travail et la perspective d’une importante crise économique.

La fascinante histoire d’amour des traducteurs avec les cultures et les langues écrites et orales mestizo se trouve au centre d’un texte de la traductrice littéraire Malika Embarek Lopez.

Pour un aperçu de notre fonctionnement interne, le groupe de travail Formation et éducation nous expose le travail poursuivi ces dernières années.

Le numéro continue avec les rubriques habituelles : Pérégrinations, cette fois-ci dans les Balkans, avec un échange entre Albanie et Bulgarie, tandis que dans Nouvelles d’Europe l’un des derniers membres arrivés au CEATL, l’association serbe UKPS, rend compte de sa lutte pour la protection des droits des traducteurs.

Enfin, dans la nouvelle série Mon dictionnaire et moi, Tuncay Birkan initie les lecteurs aux complexités politiques de la traduction en turc.

Contrepoint paraît deux fois pas an en anglais et en français. Pour télécharger la revue et/ou vous abonner (gratuitement), cliquez ici.