Literature Ireland offre une bourse de résidence à un traducteur bulgare

Literature Ireland permet aux lecteurs du monde entier d’apprécier la fine fleur de la littérature irlandaise dans les meilleures traductions possibles, en attribuant des bourses de traduction aux éditeurs, en recevant des traducteurs littéraires en Irlande, et en représentant les auteurs irlandais lors d’événements internationaux, foires aux livres et festivals.

Literature Ireland appelle des candidatures de traducteurs littéraires de Bulgarie pour une bourse de résidence en Irlande pendant trois semaines en septembre 2020. Cette bourse sera attribuée à un.e traducteur.trice littéraire en activité, travaillant sur une traduction en bulgare d’une œuvre contemporaine de littérature irlandaise. Les frais de voyage, de séjour et de logement seront couverts par Literature Ireland et l’ambassade d’Irlande en Bulgarie. Le lauréat ou la lauréate devra travailler sur sa traduction en cours, s’immerger dans la riche vie culturelle irlandaise et se familiariser avec les nouveaux courants de la littérature contemporaine irlandaise.

Pour plus d’information, contactez info@literatureireland.com (info null@null literatureireland NULL.com)

Les candidatures devront être envoyées à cette adresse mail avant le vendredi 20 mars à 17 heures.

Pour de plus amples renseignements, cliquez ici (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/03/Literature-Ireland-Irish-Embassy-Bulgarian-2020 NULL.pdf).

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/02/literature_ireland_logo_strapline NULL.jpg)

Déclaration conjointe sur les coupures budgétaires pour la culture en Flandres.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/02/Bildschirmfoto-2020-01-07-um-16 NULL.21 NULL.33-e1578411807494-1 NULL.png)

Le secteur du livre européen, représenté par le Conseil des écrivains européens (http://europeanwriterscouncil NULL.eu), la Fédération des éditeurs européens (http://fep-fee NULL.eu), la Fédération européenne et internationale des libraires (http://europeanbooksellers NULL.eu), et le Conseil européen des associations de traducteurs littéraires (http://ceatl NULL.eu/fr), a appris avec consternation les économies sur la culture proposées par le ministre flamand de la Culture. En plus d’une suppression linéaire de 6%, la réduction de 60% des subventions de projets lèse les artistes débutants ou non qui veulent construire leur récit sur les Flandres, l’Europe, et le monde. Les bénéfices sociaux et les effets d’émancipation individuelle de la lecture ont besoin d’un programme de promotion actif avec le soutien de tous les acteurs du secteur du livre.

Avec nos collègues et membres flamands, le Conseil des écrivains européens, la Fédération des éditeurs européens, la Fédération européenne et internationale des libraires, et le CEATL ont toujours soutenu un paysage littérature riche et varié, présentant un éventail large et inclusif. La coopération avec tout le secteur culturel est primordiale, pour regarder au-delà de la politique et des frontières, et pour soutenir les artistes, en particulier les écrivains, afin de leur permettre de construire leur œuvre et de vivre décemment.

Ces réductions affectent aussi les auteurs dont les revenus proviennent souvent sources variées. Cela fait des années que les organisateurs de manifestations littéraires pointent l’absence d’indexation des allocations, avec un impact direct sur les revenus et les opportunités de rencontres avec les lecteurs.

La non-indexation – perte de 3% – et la baisse de 6% du budget de Literatuur Vlaanderen semble être compensée par de l’argent en plus. En fait, cet argent est destiné à des missions nouvelles qui servent plus les objectifs idéologiques et promotionnels du gouvernement que les nécessités réelles des partenaires dans le domaine de la littérature pour qui les 3%+6% de moins nuisent au développement dynamique de la littérature et aux auteurs, traducteurs et illustrateurs flamands.

Pour pouvoir soutenir les opportunités de croissance existantes et la dynamique nécessaire, un financement adéquat du secteur artistique et culturel dans sa totalité est nécessaire. Nous appelons le gouvernement flamand à aborder ce problème de façon positive et à accorder à la culture le financement correspondant à son rôle vital dans la société.

Conseil des écrivains européens – Présidente Nina George

Fédération des éditeurs européens – Président Rudy

Vanschoonbeek

Fédération européenne et internationale des libraires – Co-

Président Fabian Paagman et Co-Président Jean Luc

Treutenaere

CEATL – Président Morten Visby

 

Vous pouvez aussi lire la lettre ici (http://europeanwriterscouncil NULL.eu/joint-statement-flemish-minister-of-culture).

Literature Ireland et le Centre Tyrone Guthrie offrent une bourse de résidence à un traducteur espagnol

Literature Ireland permet aux lecteurs du monde entier d’apprécier la fine fleur de la littérature irlandaise dans les meilleures traductions possibles, en attribuant des bourses de traduction aux éditeurs, en recevant des traducteurs littéraires en Irlande, et en représentant les auteurs irlandais lors d’événements internationaux, foires aux livres et festivals.

Literature Ireland appelle des candidatures de traducteurs littéraires d’Espagne pour une bourse de résidence en Irlande du 20 mai au 8 juin 2020. Cette bourse sera attribuée à un.e traducteur.trice littéraire en activité, travaillant sur une traduction en espagnol d’une œuvre contemporaine de littérature irlandaise. Le lauréat devra travailler sur sa traduction en cours, s’immerger dans la riche vie culturelle irlandaise, et se familiariser avec les nouveaux courants de la littérature contemporaine irlandaise.

Pour plus d’information, contactez info@literatureireland.com (info null@null literatureireland NULL.com)

Les candidatures devront être envoyées à cette adresse mail avant le vendredi 20 mars à 17 heures.

Pour de plus amples renseignements, cliquez ici (http://literatureireland NULL.com).

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/02/literature_ireland_logo_strapline NULL.jpg)

Sur les traces de l’histoire grâce à la traduction : atelier international d’histoire de la traduction à Oslo, Norvège

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/02/Norway_01_20_toyen-hovedgaard NULL.jpg)
© Université d’Oslo

L’histoire de la traduction est le sujet principal de cet atelier de deux jours, organisé par Traveling Texts (https://www NULL.hf NULL.uio NULL.no/english/research/theme/traveling-texts/) (Université d’Oslo) et l’Encyclopédie norvégienne des traducteurs (https://www NULL.oversetterleksikon NULL.no/) (Association norvégienne des traducteurs littéraires). Le but principal de cet atelier est de comprendre une partie de l’histoire souvent ignorée, l’histoire traduite. Comment les traducteurs ont-ils façonné l’histoire en général et l’histoire littéraire en particulier ? Comment la littérature traduite a-t-elle été lue et étudiée à travers l’histoire ? Qu’est-ce qui caractérise la traduction selon les périodes ? Quel rôle joue la position idéologique du traducteur ? Comment se manifeste l’intertextualité dans les traductions ? Comment écrivons-nous l’histoire des traductions et des traducteurs ? Telles sont quelques-unes des questions que nous explorerons lors de cet atelier.

 

Cecilia Alvstad professeure, Université de Stockholm

Alf B. Glad traducteur et écrivain de non fiction

Aina Nøding bibliothécaire, Bibliothèque nationale de Norvège

Outi Paloposki professeure, Université de Turku

Janneken Øverland critique littéraire et ancienne directrice de la littérature traduite aux éditions Gyldendal

Seront les principaux intervenants.

Date: 4-5 Mai 2020

Lieu: Tøyen hovedgård, Jardin botanique, Oslo

L’atelier est gratuit. Déjeuner, café et rafraîchissements seront servis, mais le voyage et l’hébergement sera à la charge des participants.

Appel à candidature pour le traditionnel prix Susanna Roth destiné aux traducteurs du tchèque débutants

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/02/Czech_feb_20_sroth-informal-meeting NULL.jpg)Le prix Susanna Roth est un concours annuel destiné aux traducteurs débutants âgés au maximum de 40 ans, qui doivent traduire un texte de prose tchèque contemporaine. Les candidats doivent être citoyens d’un des pays participants ou y résider, être âgés de moins de 40 ans et ne pas avoir publié de traduction d’un livre dans la langue en question. Le prix consiste en une résidence en République Tchèque et comprend la participation au colloque annuel d’Etudes tchèques et un atelier de traduction. Ce prix, organisé par la Section littéraire de l’Institut d’art et théâtre (http://www NULL.idu NULL.cz/en/) et les Centres tchèques (http://www NULL.czechcentres NULL.cz/en/), est nommé en l’honneur de Susanna Roth, traductrice et bohémiste suisse renommée (1950-1997), qui a contribué de façon significative à la promotion de la littérature tchèque contemporaine à l’étranger.

Plus d’info sur cet appel (date limite 31 mars 2020) ici (http://www NULL.czechcentres NULL.cz/prilezitosti/vyzvy-pro-umelce/vyzva-k-ucasti-na-6-rocniku-ceny-susanny-roth/?fbclid=IwAR0r9CjRmNDRkwbdqJFoBQVQrkszlThCyxQlGKSNv6FYGTw8ITxXXfaULpc).

75 ans de traduction célébrés au Danemark

L’Association des traducteurs danois (DOF), fondée en 1944, a célébré ses 75 années d’existence en 2019. Pour fêter cela, mais surtout pour rendre hommage à ses membres et à leur contribution au paysage littéraire danois, DOF a décidé de lancer un site web « VerdenOversat (http://www NULL.verdenoversat NULL.dk) » (le mot traduit), mettant en valeur la littérature mondiale traduite chaque année depuis 1944 jusqu’à 2019. Ce projet s’est fortement inspiré d’un autre, similaire, « 60 ans de traduction (https://60yearsoftranslation NULL.wordpress NULL.com) » créé par l’Association de traducteurs du Royaume Uni (https://www NULL.societyofauthors NULL.org/groups/translators) en 2018. A l’instar du projet du Royaume Uni, chaque année d’existence de DOF est marquée par un texte court sur une œuvre importante traduite en danois cette année-là. Les textes sont rédigés par des traducteurs, des critiques et des chercheurs en traduction.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/01/denmark-75-anniversary NULL.png)L’idée était de mettre en valeur, de façon très concrète, ce que les lecteurs et écrivains danois manqueraient, si les traducteurs littéraires qui forment DOF n’existaient pas. Le danois est une langue parlée par seulement environ 6 millions de personnes. Sans la littérature traduite, le paysage littéraire serait bien limité. Le but de ce projet n’est pas seulement de mettre en valeur les traducteurs individuellement, mais de présenter un petit échantillon de l’immensité et la diversité de la littérature traduite, aujourd’hui partie intégrante de la conscience littéraire collective du Danemark – depuis Fifi Brindacier et l’Étranger de Camus jusqu’au Seigneur des Anneaux et bien d’autres.

VerdenOversat est un échantillon de l’histoire littéraire mondiale vue du Danemark. Espérons que ce projet renforcera la visibilité des traducteurs et donnera au public l’envie de lire ou relire les magnifiques œuvres littéraires citées.

 

« Nouveaux traducteurs » : EIZIE en Pologne

Trois animations différentes organisées par EIZIE à l’occasion de la manifestation « Nouveaux traducteurs ».

Cette année, plusieurs rencontres sur la traduction eurent lieu lors de « Nouveaux traducteurs  (https://eizie NULL.eus/en/events/itzultzaile_berriak)». Sous la devise « Traduction, pont entre les cultures », trois événements furent organisés par EIZIE, conjointement avec l’Institut basque Etxepare (https://www NULL.etxepare NULL.eus/), dans le but spécifique de parler de l’importance de la traduction dans la littérature (et la culture) basque.

Danele Sarriugarte, traductrice et autrice, Katarzyna Sosnowska, traductrice, Arantzazu Royo, déléguée de EIZIE, et Aitor Arruza, professeur et chercheur, ont assisté à la rencontre à la fin du mois de novembre 2019.

Le premier jour, le 28 novembre, les représentants du Pays basque ont visité l’Institut des études ibériennes et ibéro-américaines (https://www NULL.iberystyka NULL.uw NULL.edu NULL.pl/) à l’Université de Varsovie, guidés par Aitor Arruza. Après une brève intervention, ils ont rejoint un atelier de traduction avec des étudiants de la langue basque.

Le lendemain, 29 novembre, à l’Institut Cervantes (https://varsovia NULL.cervantes NULL.es/pl/default NULL.shtm), s’est tenue une table ronde sur la traduction entre langue dominante et langue minoritaire. L’écrivain et traducteur catalan Abel A. Murcia, Daniele Sarriugarte et Katarzyna Sosnowska ont pris part à un débat intéressant et animé sur la traduction l

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2020/01/eizie_polonia NULL.jpeg)
Photo : table ronde à l’Institut Cervantes.

ittéraire, modéré par Aitor Arruza. A cette occasion, la nouvelle de la récente publication de la traduction en polonais par Katarzyna Sosnowska de L’homme seul d’Atxaga a été annoncée.

A midi le samedi 30 novembre, les délégués du Pays basque et les traducteurs professionnels polonais se sont retrouvés à l’Association des traducteurs littéraires polonais (http://stl NULL.org NULL.pl/english/) pour partager un repas et continuer à échanger au cours d’une séance modérée par Katarzyna Sosnowska.

Pour lire le compte-rendu de cette manifestation par Danele Sarriugate, cliquez ici (https://eizie NULL.eus/en/events/translation-meetings-in-poland-2019).

Lettre ouverte des secteurs culturels et créatifs européens aux dirigeants de l’UE concernant le Programme de l’Europe créative 2021-2027

Le CEATL s’est joint aux autres organisations culturelles européennes exhortant les dirigeants politiques de l’UE à soutenir la proposition du parlement d’augmenter le budget de l’Europe créative. Vous pouvez lire notre lettre ouverte ci-dessous. Nous remercions l’Alliance européenne des compositeurs et auteurs de chansons (ECSA) pour cette initiative.

Programme de l’Europe créative 2021-2027 (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/12/eu-directive-open-letter NULL.png)
Investir dans notre culture c’est investir dans notre futur.

Monsieur le Président du Conseil européen,
Chers représentants des États membres,

Nous vous écrivons en tant que collectif de 90 organisations issues de tous les secteurs de la culture et de la création en Europe, en prévision des discussions du Conseil européen sur le futur budget de l’UE.

En ce moment clé des négociations sur un futur cadre multi-financier de l’UE (2021-2027), nous vous appelons à soutenir le budget proposé par le Parlement européen pour le programme « Creative Europe » 2021-2027 (https://ec NULL.europa NULL.eu/digital-single-market/en/news/proposal-regulation-establishing-creative-europe-programme), le seul programme-cadre de l’UE consacré aux domaines culturel et créatif.

Aujourd’hui, Creative Europe ne représente que 0,15 % du budg (https://www NULL.europarl NULL.europa NULL.eu/doceo/document/A-8-2016-0357_EN NULL.html?redirect)et total de l’UE (https://www NULL.europarl NULL.europa NULL.eu/doceo/document/A-8-2016-0357_EN NULL.html?redirect). C’est loin d’être proportionné à la contribution de nos secteurs à l’économie de l’UE, qui représente 509 milliards d’euros de valeur ajoutée au PIB et plus de 12 millions d’emplois à temps plein (7,5 % de la main-d’œuvre de l’UE).

Notre culture et nos talents soutiennent la liberté artistique et le pluralisme des médias, qui sont essentiels au maintien de sociétés ouvertes, inclusives et créatives. Cependant, la culture n’est pas à l’ordre du jour politique de l’UE et ces secteurs restent structurellement sous-financés. Le déficit de financement des PME européennes de la culture et de la création est estimé entre 8 et 13 milliards d’euros.

C’est pourquoi nous nous félicitons de la proposition du Parlement européen d’augmenter le budget de Creative Europe à 2,8 milliards d’euros. Nous appelons le Conseil à soutenir cette impulsion indispensable à l’avenir des arts, de la culture et du patrimoine de l’Europe, ainsi qu’aux valeurs qu’ils promeuvent.

La contribution des secteurs de la culture et de la création en Europe au développement social, économique et artistique de l’Europe justifie pleinement la valeur ajoutée des investissements de l’UE dans la culture.

Nos valeurs communes et notre diversité culturelle unique sont au centre de notre projet européen commun et sont les meilleurs ambassadeurs du rayonnement mondial de l’UE dans le monde.

Investir dans notre culture, c’est investir dans notre avenir. Soyons ambitieux et construisons un avenir meilleur pour l’Europe.

 

Pour lire la lettre en espagnol, cliquez ici (https://vasoscomunicantes NULL.ace-traductores NULL.org/2019/12/17/carta-abierta-a-los-dirigentes-de-la-union-europea-ceatl/).

Le deuxième numéro de Contrepoint

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/12/Cover-FR NULL.jpg)Voici que nous publions le no 2 de Contrepoint, la revue en ligne gratuite du CEATL pour les traducteurs littéraires et pour tous ceux qui s’intéressent à la traduction, à la littérature et aux questions de politique culturelle et de droit d’auteur en Europe.

La rédaction est fière de présenter à nouveau des articles sur divers sujets en provenance de toute l’Europe – qu’il s’agisse de la promotion des littératures irlandaise et allemande ou de la manière dont une traduction du Jamaïcain Marlon James a provoqué l’ire des traducteurs norvégiens, du cheminement des traducteurs italiens vers une organisation au sein d’un syndicat ou de la manière de fredonner en grec ancien. Shaun Whiteside, notre trésorier et délégué de longue date, nous y explique aussi pourquoi le CEATL est plus nécessaire que jamais. Nous vous souhaitons une bonne lecture ! (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/12/Contrepoint_2019_02 NULL.pdf)

Italie : en free-lance dans le secteur de l’édition, ils travaillent beaucoup mais gagnent peu

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/11/Pat_vignetta_acta-editoria NULL.jpg)

Selon les statistiques officielles, de plus en plus de livres sont publiés en Italie chaque année. Mais les personnes qui travaillent dans ce secteur n’en tirent pas plus d’avantages pour autant : les rémunérations n’ont jamais été aussi basses ni les conditions de travail aussi dures. Ces derniers mois, Acta (https://www NULL.actainrete NULL.it/), l’association italienne des travailleurs free-lance, laquelle est membre de EFIP (https://freelancersweek NULL.org/about/european-forum-of-independent-professionals-efip/) (Forum européen des professionnels indépendants), a entrepris des recherches sur ce sujet, impliquant des éditeurs, traducteurs, graphistes et illustrateurs, free-lance ou salariés. L’enquête a été menée sous forme de groupes de discussion à Milan et Rome, de douzaines d’entretiens individuels et deux enquêtes en ligne, transmises grâce à la collaboration de l’union des traducteurs littéraires SLC-Strade (http://www NULL.traduttoristrade NULL.it/), et l’association des illustrateurs AI – Autori di Immagini (http://www NULL.autoridimmagini NULL.it/).

Il ressort que les effectifs dans l’industrie italienne de l’édition sont largement composés de femmes ayant un haut niveau universitaire, qui travaillent beaucoup (40 heures par semaine en moyenne) et gagnent très peu : plus de la moitié des personnes ayant répondu gagnent moins de 15000 euros brut par an. Ils sont nombreux à être en free-lance, et donc ne bénéficient que partiellement des prestations sociales italiennes ; de plus, ils doivent faire face au problème additionnel des paiements tardifs (plus de 60 jours après établissement de la facture). (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/11/works-in-progress_rid NULL.jpg)

Afin d’améliorer cette situation, Acta a préparé quatre propositions qui seront communiquées aux employés, aux éditeurs et aux forces politiques dans les mois à venir, à l’occasion de festivals tels que Bookcity à Milan et Più Libri Più Liberi à Rome. Acta demande aux éditeurs de payer correctement tout travail éditorial ; de reconnaitre le rôle des professionnels dans l’édition en imprimant leur nom sur chaque ouvrage publié ; de respecter le paiement et les termes du contrat déjà établis dans la loi italienne ; et de restreindre l’emploi de stagiaires, surtout s’ils ne sont pas payés.

La dernière étape est Milan, lors du festival Bookcity, le samedi 16 novembre à 16 heures, avec le flash mob intitulé « Libri, che Passione ! La via crucis del lavoro editoriale » (« Les livres, quelle passion ! Le chemin des croix du travail éditorial », devant la Fondazione Feltrinelli, viale Pasubio. Le rassemblement continue avec une promenade dans la ville pour expliquer aux festivaliers les nombreuses difficultés que rencontrent les professionnels de l’édition, notamment dans cette ville phare qu’est Milan. Même si l’argument de la passion est souvent utilisé dans le but d’exploiter les travailleurs de ce secteur, ceux-ci doivent rester passionnés pour s’écouter les uns les autres et unir leurs forces pour combattre en vue de l’amélioration de leur situation.

L’hommage de Francfort incite les traducteurs tchèques à unir leurs forces dans une lettre ouverte aux éditeurs

Lors de la Foire internationale du livre de Francfort, l’auteure norvégienne Erika Fatland a rendu hommage aux traducteurs, disant : « Les traducteurs, souvent ignorés, sont les héros de la littérature que je côtoie tous les jours. » (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/11/czech-republic_nov-19 NULL.jpg)Ils ont été aussi loués par la ministre norvégienne de la Culture, estimant que « les traducteurs devraient recevoir le prix Nobel de la Paix pour leur travail exceptionnel qui nous permet de lire les histoires des autres et donc de nous comprendre mutuellement. » Ces deux déclarations ont incité les traducteurs tchèques à unir leurs forces et à écrire une lettre ouverte aux éditeurs (https://www NULL.facebook NULL.com/obecprekladatelu/photos/pb NULL.183416178503538 NULL.-2207520000 NULL.0 NULL./1346843902160754/?type=3&theater). Cette lettre est signée par les Traducteurs tchèques du nord, le groupe Facebook « Visages de la traduction », et la Guilde des traducteurs littératures tchèques. Ils y exhortent les éditeurs à nommer les traducteurs et pas seulement sur les couvertures, mais à chaque fois que l’ouvrage traduit est mentionné, que ce soit sur les sites web, le matériel de relations publiques, ou dans toute sorte de media, certes pour respecter la loi sur le copyright, mais aussi afin d’exprimer le respect dû aux traducteurs, partenaires essentiels dont le travail permet l’existence même de la littérature étrangère sur le marché local du livre.

Matchmaking in Translation (PREVODADŽISANJE) in UKPS/ALTS

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/10/serbia-matchmaking-oct-19_1 NULL.jpg)
Banner designed by Dragana Nikolić

BEPS, le Rassemblement international des traducteurs littéraires de Belgrade, s’est tenu pour la 44ème fois du 17 au 19 octobre. Ces dernières années, cet événement a surtout été orienté vers les traducteurs littéraires de langues régionales (serbe, croate, bosniaque, monténégrin).

Afin de promouvoir à la fois la traduction et notre culture, les membres organisateurs du rassemblement ont voulu créer un autre événement dans celui-ci, intitulé

(jeu de mots signifiant « Matchmaking in Translation »). L’idée était de sélectionner 5 à 6 auteurs de Serbie, talentueux et publiés, dont les œuvres n’ont jamais été traduites dans une autre langue, et de les présenter aux traducteurs invités.  Afin de donner à tous la même opportunité, et d’éviter la forme classique de la présentation de livre, nous avons décider d’organiser ces rencontres sous forme de speed dating. Chaque auteur aurait 5 minutes pour présenter son livre à un des traducteurs, puis, au son de la cloche, les traducteurs se déplaceraient vers une autre table dans le sens des aiguilles d’une montre.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/10/serbia-matchmaking-oct-19_2 NULL.jpg)
© Ksenija Vlatković

Pendant l’été, les organisateurs ont contacté de nombreuses maisons d’édition en leur demandant de recommander des auteurs correspondant aux critères et pouvant être intéressés.

Le 19 octobre, six auteurs de six maisons d’éditions différentes ont présenté leurs ouvrages (deux recueils de poèmes, trois romans, et un recueil de nouvelles) à dix traducteurs littéraires susceptibles de les traduire en huit langues différentes (slovène, français, portugais, arménien, albanais, catalan, italien et russe). Les auteurs et les traducteurs ont trouvé cette expérience très inspirante et réussie, ce qui a incité les organisateurs à la transformer en événement annuel, et à envisager de l’élargir à la région entière, de façon à encourager la traduction littéraire d’autres langues régionales similaires.

 

Subventions AC/E pour des projets de traduction de l’espagnol

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/10/AC-E-Grants-Spanish NULL.jpe)Par des subventions pour des projets de traduction de l’espagnol, la Sociedad Mercantil Estatal Acción Cultural Española, ou AC/E) encourage les éditeurs étrangers à traduire des œuvres littéraires espagnoles originales, à l’occasion de la participation de l’Espagne en tant qu’invité d’honneur à la Foire du livre de Francfort 2020.

La position de l’Espagne comme pays invité permettra de faire connaitre les auteurs espagnols dans tous les pays et de promouvoir la traduction de la littérature espagnole. Le rôle d’Invité d’Honneur a un impact incontestable en Allemagne et dans l’industrie de l’édition allemande, et permet d’attirer une plus grande attention de la part d’autres marchés stratégiques, puisque le programme encourage la vente des droits à des éditeurs étrangers. Des traductions en allemand, anglais, français, néerlandais et italien pourront être financées.

Pour plus d’information, cliquez ici (https://www NULL.accioncultural NULL.es/en/translationGrants) (français et espagnol) et ici (https://www NULL.accioncultural NULL.es/media/2019/docs/ayudasTraduccion NULL.pdf) (espagnol, allemand et anglais).

Remise du Prix Bastian 2019 pour la littérature traduite en norvégien

Le Prix Bastian 2019 pour une traduction littéraire remarquable a été remis à Oslo lors des célébrations de la Journée internationale de la traduction le 26 septembre 2019. Le Bastian est le prix de traduction annuel décerné par l’Association norvégienne des traducteurs littéraires (Norsk Oversetterforening).

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/10/Sverre-Dahl-brukt-på-Bjørnsonfestivalen NULL.jpeg)

Le lauréat 2019 est Sverre Dahl (http://oversetterforeningen NULL.no/bastianprisen-2019-tildelt-sverre-dahl/) pour sa traduction de Tyll, de Daniel Kehlmann. Quatre autres titres étaient en lice : la traduction de The God of Nightmares de Paula Fox, par Tove Bakke, celle de De polyglotta älskarna, de Lina Wolff, par Bodil Engen, de Oliver Twist de Charles Dickens par Torstien Bugge Høverstad, et de The Intuitionist de Colson Whitehead par Knut Johansen.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/10/Vogt-Kirsti-3 NULL.jpg)
© Bunderbluss

Dans la catégorie traduction de littéraire jeunesse et jeunes adultes, le prix Bastian a été décerné à Kirsti Vogt (http://oversetterforeningen NULL.no/bastianprisen-for-barne-og-ungdomslitteratur-2019-tildelt-kirsti-vogt/) pour sa traduction de Nevermoor : The Trials de Morrigan Crow, de Jessica Townsend.

Les lauréats reçoivent chacun 50 000 couronnes norvégiennes (environ 5000 euros) et une statuette de l’artiste norvégien Ørnulf Bast.

6ème Conférence sur la traduction et l’interprétation espagnol-allemand/allemand-espagnol

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/10/CEATL-News_Spain_10_19 NULL.png)La section Allemand du Département de traduction et interprétariat de l’Université de Salamanque (Espagne) a le plaisir d’annoncer le 6ème STIAL (Simposio de traducción e interpretación del y al alemán), une conférence sur la traduction et l’interprétation de l’espagnol en allemand et vice versa, qui se tiendra à Salamanque les 25, 26 et 27 mars 2020.

Comme dans les éditions précédentes, l’objectif principal est non seulement d’offrir à des professionnels, professeurs et étudiants en traduction et interprétariat un forum où ils peuvent échanger des idées et des pratiques, mais aussi de réunir un panel spécialement dédié aux jeunes chercheurs (étudiants en licence, master ou doctorat). De plus, les professionnels de la traduction et de l’interprétariat pourront partager leur expérience ou mener des ateliers pratiques. Les différents panels de discussion peuvent être consultés ici (http://stial NULL.usal NULL.es/secciones-tematicas/) et les formats de participation, ici, en allemand ou en espagnol (date limite : 30 novembre 2019)

Nous espérons que Salamanque sera une fois encore un lieu de rencontre pour des discussions sur les dernières tendances de la recherche et les meilleures pratiques professionnelles concernant la traduction et l’interprétation de et en allemand.

Tous les renseignements se trouvent sur le site officiel http://stial.usal.es/ (http://stial NULL.usal NULL.es/)

L’Europe célèbre la Journée mondiale de la traduction

Comme chaque année, le CEATL a le plaisir de vous inviter aux événements suivants qui se déroulent dans toute l’Europe. Célébrez avec nous la Journée mondiale de la traduction ! (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2016/09/translation_day_card_2016_horizontal NULL.jpg)

Bulgarie (BTU)

Selon une tradition établie, l’Union des traducteurs bulgares (http://www NULL.bgtranslators NULL.org/) célèbre la Journée mondiale de la traduction en décernant des récompenses annuelles dans diverses catégories : traduction littéraire, traduction scientifique et technique, traduction légale, interprétation, et dans le domaine de la théorie, histoire et critique de la traduction. La remise des prix a lieu lundi 30 septembre à l’université de Sofia.

Catalogne, îles Baléares, Valence (AELC (http://www NULL.escriptors NULL.cat/))

Majorque, 30 septembre : Des traducteurs discutant de leurs traductions dans une émission de radio des îles Baléares (IB3) tout au long de la journée.

Eivissa, 30 septembre : l’Associació d’escriptors en llengua catalana organise un hommage à Marià Villangómez et ses traductions du français en catalan avec des auteurs d’Eivissa et Formentera.

Alicante, 3 octobre : conférence par la traductrice et spécialiste de littérature catalane Marina Abràmova sur Tirant Lo Blanc à l’université d’Alicante le soir.

Barcelone, 4 octobre : (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/09/Catalonia-ITD-2019 NULL.png) en coopération avec l’Institut pour la littérature catalane et l’Institut pour les études catalanes, l’Associació d’escriptors en llengua catalana organise un hommage à la traductrice et spécialiste de littérature catalane Marina Abràmova. Avec une introduction de Miquel Cabal (membre du conseil d’administration de l’AELC et du CEATL), et une contribution de Marina Abràmova sur le passé, le présent et le futur de la catalanistique en Russie.

D’autres actions globales :

Campagne sur Twitter, Facebook, Instagram et Mailchimp avec du matériel de l’AELC pour mettre en avant les traducteurs et leur travail.

« Traductor a la vista » slogan utilisé lorsque le nom du traducteur n’apparait pas sur les livres, articles, infos, etc…

Des photos des 27 derniers séminaires de traduction organisés par l’AELC en Catalogne. (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/09/Poster-Int NULL.-Tr NULL.-day-Denmark NULL.jpg)

Danemark (DOF)

La Journée internationale de la Traduction 2019 est célébrée à Copenhague le 30 septembre, sous le titre « Femmes en traduction » avec tables rondes, ateliers, nourriture et boissons. La conférence de l’après-midi (https://hieronymusdagen NULL.ku NULL.dk/) est une collaboration entre l’Association danoise des traducteurs (https://danskforfatterforening NULL.dk/dof/om-gruppen/), les traducteurs de l’audiovisuel, l’université de Copenhague, et l’Union des professionnels de la communication et du langage. Cet événement est gratuit et ouvert à tous, et attire habituellement environ 130 personnes : traducteurs littéraires, sous-titreurs, interprètes, étudiants et chercheurs dans le domaine de la traduction. Au programme, des tables rondes sur la nécessité d’une prise de conscience spécifique du langage genré lorsqu’on traduit de la littérature, des particularités des différentes langues par rapport au genre, et une session sur la traduction des classiques et les choix que doivent faire les traducteurs face à des textes vieux de mille ans tels que l’Odyssée, la Bible ou les sagas islandaises – avec cette année un conférencier venu de Norvège. Et enfin, le rôle historique du genre dans les différents domaines de la traduction.

Espagne (ACE Traductores)

Comme les années précédentes, ACE Traductores (http://www NULL.ace-traductores NULL.org/) organise diverses activités dans toute l’Espagne pour célébrer la Journée mondiale de la Traduction le 30 septembre.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/09/Spain-DIT2019 NULL.png)A Barcelone, les traductrices Ana Alcaina et Patricia Antón de Vez, modérées par Helena Aguilà Ruzola, expliquent ce qu’il se passe quand un livre se retrouve à l’écran avec « Du roman à la série télé : la perspective du traducteur littéraire sur la fiction télé. » (https://ace-traductores NULL.org/actividad/dia-internacional-de-la-traduccion-2019-barcelona/)

A Gijón, Jaime Sulaika, Mónica Rubio et Ricardo Pochtar, modérés par Coralia Pose, vous éclairent avec « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la traduction et que personne ne vous a jamais dit » (https://ace-traductores NULL.org/actividad/dia-internacional-de-la-traduccion-2019-gijon/).

Le troisième round de traduction en direct a lieu à Madrid. Sara Cana Fernández et José Luis Ajá Sánchez nous prouvent que « La traduction n’est pas un jeu d’enfan (https://ace-traductores NULL.org/actividad/dia-internacional-de-la-traduccion-2019-madrid/)t. »

A Malaga, lecteurs et traducteurs peuvent écouter Dolors Udina, présentée par Vincente Fernández González, nous présenter quelques-unes de ses auteures préférées : « Traduire pour lire et lire pour traduire, une promenade dans les œuvres de cinq écrivaines. » (https://ace-traductores NULL.org/actividad/dia-internacional-de-la-traduccion-2019-salamanca/)

Lire des traductions est une façon d’approcher des cultures moins connues. C’est pourquoi Elena Borrás, présentée par Claudia Toda, s’attelle à un sujet passionnant : « La traduction des langues rares : les traducteurs et leur rôle de découvreurs et promoteurs culturels. » (https://ace-traductores NULL.org/actividad/dia-internacional-de-la-traduccion-2019-malaga/)

Et enfin, dans le cadre de cette célébration, le 50ème numéro du magazine ACEtt, Vasos Comunicantes, est publié pour la première fois dans un tout nouveau format électronique.

Finlande (SKTL)

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/09/Finland-yliopistonmaki-kesa-opiskelijat-1-e1556196017116 NULL.jpg)
© Hanna Oksanen / Turun yliopiston viestintä

L’Association finlandaise des traducteurs et interprètes (http://www NULL.sktl NULL.fi/) (SKTL) organise tous les ans une célébration de la Journée mondiale de la traduction avec son organisation partenaire Experts du langage le vendredi 27 septembre. Cette journée est l’un des principaux événements de l’année pour les deux organisations, et donc elles consacrent toute leur attention à son superbe programme !

Cette année cette journée se tient à l’université de Turku, et reçoit presque 200 traducteurs, interprètes et linguistes, leur offrant une journée entière de conférences intéressantes et inspirantes. En accord avec l’Année internationale des langues autochtones de l’ONU, une attention spéciale est accordée aux langues autochtones et rares dans le programme de cette année. Par exemple, deux conférences sur le fait que la traduction maintient et soutient la vitalité des langues des minorités, notamment les langues des Samis en Finlande. Une conférence intitulée « La langue finnoise – de la minorité à la majorité » et une autre, moitié signée et moitié parlée sur l’interprétation d’opéras en langues des signes finnoise complètent ce programme.

Après ce colloque tous les participants sont invités à porter un toast (malja en finnois, skål en suédois), parfaite occasion pour tous de retrouver d’anciens collègues et de faire de nouvelles connaissances.

France (ATLF) (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/09/FR-bannierejmt2019-ln NULL.jpeg)

À l’occasion des célébrations de la Journée mondiale de la traduction, l’Association des traducteurs littéraires de France (https://www NULL.atlf NULL.org/) (ATLF) s’associe cette année à la délégation Île-de-France de la Société française des traducteurs (SFT), à l’Association des traducteurs-adaptateurs de l’audiovisuel (ATAA) et à l’Institut national des langues et civilisations orientales pour proposer le samedi 28
septembre la deuxième édition des Traducto’Folies (http://www NULL.inalco NULL.fr/actualite/journee-mondiale-traduction-traducto-folies-inalco-28-septembre), une manifestation inédite sur le mode ludique et pédagogique dont l’objectif est de créer du lien et des passerelles entre les associations françaises de traducteurs et tous les métiers de la traduction. Rencontres avec des experts et des professionnels, tables rondes et conférences, ateliers découverte, séances de dédicaces et même un spectacle de clowns étaient au rendez-vous ! La soirée s’est achevée par un cocktail dinatoire sur une péniche sur la Seine.

Islande (THOT)

En Islande un symposium se tient toujours lors de la Journée mondiale de la traduction, qui se trouve être aussi l’anniversaire de l’Association islandaise des traducteurs et interprètes (http://www NULL.thot NULL.is/thot NULL.is/index NULL.html), qui a 15 ans cette année !

Vous trouverez ici l’événement Facebook (https://www NULL.facebook NULL.com/events/502912137212016/) du symposium, dédié cette année à la traduction théâtrale.

Pays basque (EIZI)

Cette année, EIZIE (https://eizie NULL.eus/en) célèbre la Journée mondiale de la traduction en organisant une conférence de presse à San Sebastian. Ils en profiteront pour annoncer la publication du 50ème numéro de leur magazine, SENEZ. Lors de cette conférence, Itziar Diez de Ultzurrun, le directeur d’EIZIE, et Karlos del Olmo, le directeur du magazine SENEZ (https://eizie NULL.eus/en/publications/senez), parleront de l’importance d’avoir un magazine académique en basque, écrit par et pour les traducteurs ; l’importance de cette publication transcende le domaine de la traduction, en tant qu’outil formidable pour la normalisation de la langue, et de plateforme utile pour la recherche en basque.

Pologne (STL) (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/09/Poland-pic_MDT2019-plakat-detal-lekki NULL.png)

Depuis 11 ans EUNIC Warszawa et l’Association polonaise des traducteurs littéraires (http://www NULL.stl NULL.org NULL.pl/) (Stowarzyszenie Tłumaczy Literatury) célèbrent la Journée mondiale de la traduction ensemble. La journée se compose toujours de deux parties : des cours pour les lycéens de Varsovie donnés par des traducteurs littéraires et un événement en soirée suivi d’un banquet. Cette année la célébration de la Journée mondiale de la traduction coïncidant avec le 10ème anniversaire de l’Association polonaise des traducteurs littéraires, le programme concocté est plus ambitieux, plus diversifié, et – espérons-le – plus intéressant. L’événement principal se tient le 28 septembre de 12 à 22 heures au Centre d’art contemporain du Château Ujazdowski, et se déroule en deux temps ; une joute de traduction : un texte, deux traducteurs expliquent leurs choix devant le public ; des tables rondes modérées par des traducteurs, des linguistes, des philosophes, des éditeurs, des poètes, des critiques littéraires, des professeurs, et des correcteurs : Grande conversation sur la traduction ; 10 courts métrages sur les traducteurs ; soirée de gala d’anniversaire : rétrospective des dix ans de l’association, prix pour les bloggeurs, vloggeur, critiques littéraires et organisations soutenant et appréciant les traducteurs ; « Grupa Studnia O. Storytellers » avec une performance sur Dragonmans : les traducteurs médiateurs entre l’Europe de l’est et de l’ouest ; un banquet ; une exposition: Le petit chaperon rouge en 30 langues. Les cours destinés aux lycéens ont lieu le lundi 30 septembre. Programme complet ici (http://stl NULL.org NULL.pl/mdt2019).

 

Roumanie (ARTLIT)

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/09/Romania-artlit_logo NULL.png)Cette année, ARTLIT (http://www NULL.artlit NULL.ro/) célèbre la Journée de la traduction avec une réunion informelle à Bucarest, afin que ses membres puissent se détendre, mieux se connaitre et sympathiser. A l’occasion d’un troc de livres intitulé l’Exemplaire du traducteur, les membres sont invités à apporter un exemplaire de leur travail et l’échanger avec un livre traduit par un collègue.

Le 5 octobre à Iaşi, ARTLIT participe pour la première fois (yeah !) au Festival international de littérature et de traduction FILIT. A l’occasion de la 6ème édition de ce célèbre festival roumain, l’Association présente ses activités et ses avantages. Cette présentation s’intitule Contrepoint : L’association roumaine des traducteurs littéraires – ARTLIT, et compte sur la participation de quelques-uns de ses membres : Marina Bărbulescu, Mihaela Buruiană, Bogdan Ghiu, Simina Răchiţeanu, Ioana-Miruna Voiculescu.

Royaume Uni (SoA TA)

Pour célébrer la Journée mondiale de la traduction 2019, English PEN organise un événement au Free World de Londres intitulé (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/09/Uk-ITD-2019 NULL.jpe)« Traduire aujourd’hui (https://www NULL.englishpen NULL.org/translation/international-translation-day-2019-translating-today/) » – ce que signifie être un traducteur qui travaille en ce moment, et ce que signifie tenter de le traduire. Cet événement est précédé dans la journée par la Clinique de la traduction, où les traducteurs peuvent venir avec des difficultés spécifiques, petites ou grandes, pour en discuter avec des professionnels chevronnés. Le programme du soir commence donc avec la table ronde intitulée « Traduire aujourd’hui », qui explore les questions théoriques et pratiques autour de la traduction contemporaine, avec l’accent sur la politique de la traduction. Ensuite, « Pitching Today », où trois traducteurs présentent des idées présélectionnées par des éditeurs. Et enfin, une soirée au cours de laquelle les traducteurs pourront réseauter et rencontrer des collègues et des éditeurs.

A Edimbourg se tient un événement intitulé « Célébrer la traduction – les nombreuses casquettes des traducteurs » (https://www NULL.eventbrite NULL.co NULL.uk/e/celebrating-translation-in-scotland-international-translation-day-tickets-71361775993). Nous, traducteurs, portons de nombreuses casquettes, dans ou en dehors de la traduction, ou lorsque nous naviguons entre les différents genres de traduction (technique, médicale, commerciale, littéraire, scientifique, légale), sans parler de la multiplicité des combinaisons de langues. Un panel d’orateurs s’exprime sur le sujet, avant un moment consacré aux questions de l’auditoire. L’événement se conclut par des rencontres accompagnées de rafraichissements généreusement offerts par la Saltire Society.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/09/Sweden NULL.png)Suède

L’Institut d’études d’interprétariat et de traduction à l’Université de Stockhom invite le public à un événement en l’honneur de St Jérôme (https://www NULL.tolk NULL.su NULL.se/om-oss/evenemang/v%C3%A4lkommen-att-fira-hieronymusdagen-med-oss-1 NULL.452296#program) lundi 30 septembre. Cette célébration inclut une présentation du livre récemment paru Svensk språkflora (Flore de la langue suédoise), un manuel pour une société multilingue écrit par Morena Azbel Schmidt et Sofia Malmgård, et une conférence donnée par la très célèbre Kajsa Öberg Lindsten, docteure honoraire et traductrice du russe, souvent récompensée pour sa traduction des ouvrages de Andrej Platonov.

Turquie (ÇEVBIR) (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/09/cevbir NULL.cevirigunu NULL.2019_turkish-image NULL.jpg)

Le 29 septembre l’Association turque des Traducteurs (https://cevbir NULL.org NULL.tr/) ÇEVBIR organise une après-midi avec des interviews publiques de traducteurs de fantasy, de textes philosophiques et de littérature pour jeunes adultes. Cet événement a lieu au Centre culturel Nâzim Hikmet à Istamboul et débute à 13 heures 30.

Le même jour les membres de ÇEVBIR organisent une rencontre au Centre culturel Nâzim Hikmet d’Ankara, à 17 heures.

Pour plus d’information, https://twitter.com/Cevbir (https://twitter NULL.com/Cevbir)

 

 

 

Programme de résidence pour écrivains et traducteurs dans la forêt de Bialowieza, Pologne orientale

Le Manoir de Rousseau et Tropinka – Association pour le dialogue offrent quatre résidences gratuites pour des membres de l’Association polonaise des traducteurs littéraires, de l’Union littéraire et à des collègues traducteurs de Biélorussie, Lituanie et Ukraine. Nous invitons quatre personnes à Świnoroje (près de Narewka) entre le 14 et le 28 mars 2020.

Les participants résideront dans les combles d’une maison forestière d’avant-guerre construite dans le style d’un manoir. Ils disposeront de quatre (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/09/picture-news-poland-2019 NULL.jpg)chambres, chacune avec salle de bains et table de travail, et d’un salon/cuisine communs. Détails à http://dworysko.info/loft-u-jana-jakuba/ (http://dworysko NULL.info/loft-u-jana-jakuba/)

Les frais de transport et de nourriture ne sont pas couverts. Le transfert depuis Bialystok ou Hajnówka sera arrangé pour les personnes arrivant par les transports.

Les résidents devront participer à une lecture publique organisée par l’association Tropinka dans le Chata Kulturalna du Manoir de Rousseau. La résidence se tiendra sous les auspices de la commune de Narewka, qui co-organise la lecture publique.

Les inscriptions envoyées à rezydencjetworcze@gmail.com (rezydencjetworcze null@null gmail NULL.com) comporteront des détails personnels, un court CV et la description du travail prévu. La date limite d’inscription est le 27 octobre 2019.

 

Les traducteurs espagnols unissent leurs forces contre un éditeur mauvais payeur : avalanche de solidarité sur Twitter

Une campagne spontanée a démarré sur Twitter le mardi 4 juin avec le hashtag #MalpasoPagaYa (https://twitter NULL.com/search?q=%23malpasopagaya&src=typd) (Malpaso, paye maintenant), en soutien aux traducteurs touchés par le non-paiement de la maison d’édition espagnole Malpaso Ediciones. C’est une série de tweets du président de Malpaso dans lesquels il insultait et discréditait une de ces traductrices qui a mis le feu aux poudres. Cette traductrice s’était tournée vers ce réseau social pour faire connaitre sa situation. Une avalanche de soutiens sans précédent a suivi, de la part d’autres traducteurs et d’un certain nombre d’éditeurs, exigeant de Malpaso qu’il présente des excuses et paye ce qu’il doit. L’affaire a été reprise par plusieurs organes de presse importants.

Tout a commencé il y a environ trois ans lorsque les Editions Malpaso ont décidé de ne pas payer certains de leurs traducteurs et d’ignorer purement et simplement leurs revendications. Un grand nombre de ces traducteurs ont décidé alors de poursuivre cette maison d’édition afin d’obtenir satisfaction, en vain. En décembre 2016 l’association de traducteurs espagnols ACE Traductores a publié une déclaration condamnant ces mauvaises pratiques et mettant en garde les autres traducteurs. Malpaso fut aussi exclu de leur liste de « bons » éditeurs (ceux utilisant leur modèle de contrat). Malheureusement la situation ne s’est pas améliorée.

A la suite des événements décrits ci-dessus, ACE Traductores a publié une nouvelle déclaration (https://ace-traductores NULL.org/2019/06/05/comunicado-de-ace-traductores-05-06-2019/) condamnant la position de Malpaso et les insultes de son président, et les exhortant à payer ce qu’ils devaient à tous les traducteurs concernés. ACE Traductores incite aussi tous les acteurs du secteur de l’édition à condamner l’existence de telles pratiques afin d’éviter à l’avenir des situations semblables.

ACE Tratuctores se réjouit des nombreuses déclarations de solidarité émanant de tout le secteur de la traduction et du secteur du livre en général, ainsi que des autres associations espagnoles de traducteurs et du CEATL. Cela montre à quel point, quand on travaille ensemble, on peut obtenir des améliorations si nécessaires dans notre profession.

Pour d’autres informations sur ce sujet, en espagnol, cliquez ici : [1] (https://www NULL.infolibre NULL.es/noticias/cultura/2019/06/06/grupo_malpaso_dedudas_colaboradores_95703_1026 NULL.html), [2] (https://www NULL.eldiario NULL.es/cultura/libros/Radiografia-editorial-ridicula-campana-MalpasoPagaYa_0_906759601 NULL.html) et [3] (https://www NULL.elmundo NULL.es/cultura/literatura/2019/06/05/5cf7de8efc6c83b8128b4637 NULL.html).

Appel à candidatures : résidences subventionnées pour des traducteurs de littérature italienne (date limite : 30 juin 2019)

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/06/casa-delle-traduzioni NULL.png)La Casa delle Traduzioni (http://www NULL.comune NULL.roma NULL.it/pcr/it/bib_casa_trad_en NULL.page) à Rome, bibliothèque publique et centre culturel consacré à la traduction, attribue des subventions pour des résidences de traducteurs travaillant depuis l’italien dans leur langue maternelle : six bourses couvrant les frais de voyage et un séjour de quatre semaines pour des traducteurs européens, et deux bourses couvrant les frais de voyage et un séjour de quatre semaines pour des traducteurs non européens. Ce programme de résidence est financé par CEPELL (https://www NULL.cepell NULL.it/) (Centre pour le livre et la lecture) sous la houlette de Ministère italien de la culture.

Les candidats devront avoir un contrat de traduction en cours pendant la période de leur séjour, ou travailler sur un projet de recherche dans le domaine de la traduction. Les dossiers d’inscription (en italien) devront être envoyés au plus tard le 30 juin.

Pour plus d’information (en italien uniquement) cliquez ici (https://tinyurl NULL.com/y6md5rdj).

L’Assemblée Générale annuelle du CEATL a eu lieu à Norwich et a élu un nouveau Conseil d’Administration

Le CEATL vient de tenir son Assemblée générale annuelle à Norwich (du 9 au 11 mai 2019). Quarante délégués de vingt-six pays y ont assisté, et ont élu un nouveau Conseil d’administration, composé de quatre anciens et deux nouveaux membres.

(https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/05/board-picture-norwich-2019_recortada-2 NULL.jpg)
Nouveau Conseil du CEATL Board. De gauche à droite : arrière, Miquel Cabal Guarro, Morten Visby, Bjørn Herrman, Shaun Whiteside; avant, Valérie Le Plouhinec, Lara Hölbling Matković. Photo: Eva Valvo

Morten Visby – Président du conseil d’administration (Association des traducteurs danois)
Lara Hölbling Matković – Secrétaire générale (Association des traducteurs littéraires de Croatie (DHKP))
Shaun Whiteside – Trésorier (Translators Association, Royaume Uni)
Bjørn Herrman – Vice-président (Norsk Oversetterforening, Norvège)
Miquel Cabal Guarro – Vice-président (Associació d’Escriptors en Llengua Catalana (AELC), Espagne)
Valérie Le Plouhinec – Secrétaire du conseil d’administration (Association des traducteurs littéraires de France (ATLF), France)

Les différents groupes de travail se sont réunis séparément avant de présenter leurs rapports et leurs projets en session plénière. Un temps d’échange a été réservé pour que les délégués puissent exposer les réussites de leurs associations respectives.

Plusieurs mini ateliers ont été organisés afin que les délégués partagent leurs expériences en ce qui concerne le recrutement, l’amélioration de la visibilité dans les media, la recherche de subventions, la formation continue, le mentorat, et les façons d’entamer un dialogue avec les éditeurs.

Nos hôtes (l’Association des traducteurs du Royaume Uni) ont organisé un séminaire sur les bonnes pratiques avec la participation du National Centre for Writing (https://nationalcentreforwriting NULL.org NULL.uk/) (Chris Gribble, Sarah Bower, Kate Griffin), du British Centre for Literary Translation (http://www NULL.bclt NULL.org NULL.uk/) (Duncan Large), de la Society of Authors (https://www NULL.societyofauthors NULL.org/) (Catherine Fuller), de la Translators Association (https://www NULL.societyofauthors NULL.org/groups/translators) (Charlotte Collins, Ruth Martin) et Daniel Hahn. Les délégués ont également assisté à une table ronde publique entre des traducteurs européens de W.G. Sebald.

Le CEATL souhaite remercier les organisateurs (l’Association des traducteurs du Royaume Uni/ Société des Auteurs) et ses partenaires : National Centre for Writing, British Centre for Literary Translation, British Council, Authors’Licensing and Collecting Society, Amazon Crossing. L’organisation fut sans faille, et nous n’aurions pu souhaiter un autre lieu pour nous accueillir que l’historique Dragon Hall.