Deux événements sur Sebald et la traduction à Norwich (10-11 mai 2019)

Le Centre britannique pour la traduction littéraire (BCLT) accueille deux manifestations gratuites célébrant ce qui aurait dû être le 75ème anniversaire de son fondateur, W.G. Sebald, qui coïncideront avec l’exposition « W.G. Sebald : Far Away – But From Where ? », qui débute au Centre des arts visuels de Salisbury le 11 mai.

Le premier événement, « Traduire W.G Sebald » est une table ronde entre des traducteurs européens de Sebald, présidée par Daniel Hahn. Cette manifestation se tiendra également sous l’égide du CEATL, dont l’Assemblée générale aura lieu à Norwich du 8 au 12 mai.

Rendez-vous pour cette table ronde le vendredi 10 mai 2019, de 17 à 18 h 30, au Julian Study Centre Lecture Theater, Université d’East Anglia, Norwich.

Pour plus d’information, cliquez ici (http://www NULL.bclt NULL.org NULL.uk/events/-/asset_publisher/S826CbCIhRfg/content/translating-w-g-sebald-friday-10th-may-2019?inheritRedirect=false&redirect=http%3A%2F%2Fwww NULL.bclt NULL.org NULL.uk%2Fevents%3Fp_p_id%3D101_INSTANCE_S826CbCIhRfg%26p_p_lifecycle%3D0%26p_p_state%3Dnormal%26p_p_mode%3Dview%26p_p_col_id%3Dcolumn-4%26p_p_col_count%3D1).

Le deuxième événement, un symposium intitulé « Sebald – Image – Traduction », explorera les rapports entre le mot, l’image et la traduction dans l’œuvre de Sebald, avec des communications de Richard Hibbits (Leeds), Stephen Watts (Londres) et Lynn Wolff (Michigan), entre autres. Il aura lieu le samedi 11 mai 2019, de 11 à 14 heures, au Julian Study Centre 1.03, Université d’East Anglia, Norwich.

Pour plus d’information, cliquez ici (http://www NULL.bclt NULL.org NULL.uk/events/-/asset_publisher/S826CbCIhRfg/content/sebald-image-translation-saturday-11th-may-2019?inheritRedirect=false&redirect=http%3A%2F%2Fwww NULL.bclt NULL.org NULL.uk%2Fevents%3Fp_p_id%3D101_INSTANCE_S826CbCIhRfg%26p_p_lifecycle%3D0%26p_p_state%3Dnormal%26p_p_mode%3Dview%26p_p_col_id%3Dcolumn-4%26p_p_col_count%3D1).

Dans la tête des traducteurs – peut-être la première BD sur le travail des traducteurs

Assis pendant des heures devant leur ordinateur ? le nez dans les bouquins et les dictionnaires ? Aha, en apparence seulement ! La vie des traducteurs est pleine d’aventures et d’expériences extraordinaires, mais seulement dans leur tête pour la plupart.

W głowie tłumaczy (Dans la tête des traducteurs) est à notre connaissance la première BD (peut-être même au monde) qui a pour thème les traducteurs et leur travail : l’histoire de la traduction en remontant aussi loin que l’époque biblique et même préhistorique, la chaîne dont le traducteur n’est qu’un simple maillon, les différents types de traduction, mais surtout, ce qui se passe dans la tête de quelqu’un qui traduit d’une langue à l’autre.

Cette histoire pleine d’esprit, illustrée par cinq jeunes artistes talentueux, est une invitation à découvrir un monde inconnu de certains d’entre nous.

La sortie de la bande dessinée coïncide avec la 4ème édition de « Found in Translation », les Rencontres littéraires de Gdansk.

 L’auteur de W głowie tłumaczy est Tomasz Pindel. Les illustrations sont de Daniel Chmielewski, Berenica Kołomycka, Robert Sienicki, Jacek Świdziński et Fanny Vaucher.

Cet ouvrage est publié par Kultura Gniewu et l’Institut culturel de la ville de Gdansk.

La traduction littéraire à la Foire internationale du Livre de Turin (9-12 mai 2019)

Pour la 19ème année consécutive, la Foire internationale du Livre de Turin organise un certain nombre d’activités spécialement dédiées aux traducteurs, sous le titre AutoreInvisibile.

Du jeudi 9 mai au dimanche 12 mai 2019, des traducteurs, éditeurs, et auteurs participeront à des séminaires et des discussions sur les problèmes actuels de la traduction littéraires. Notamment « L’écrivain et son double », avec Fernando Savater (Espagne), Jhumpa Lahiri (USA), Alan Pauls (Argentine) et Juan Villora (Mexique), qui dialogueront avec leurs traducteurs italiens.

D’autres sujets de discussion incluront la traduction comme modèle d’hospitalité dans les sociétés contemporaines et l’avenir de la profession, notamment par rapport à l’édition indépendante, les nouvelles traductions des classiques (dont Le journal d’Anne Frank et Cent ans de solitude) et la révision de traduction.

Pour le programme détaillé, cliquez ici (https://www NULL.salonelibro NULL.it/) et ici (https://www NULL.facebook NULL.com/AutoreInvisibile/).

Appels à projets de l’EACEA : Soutien aux projets de traduction littéraire (date limite : 4 juin 2019)

L’EACEA ouvre son appel pour le soutien aux projets de traduction littéraire avec pour objectifs principaux :

  • Soutenir la diversité culturelle et linguistique au sein de l’Union européenne et dans les autres pays participant au sous-programme Culture du programme Europe créative ;
  • Renforcer la circulation transnationale et la diversité des œuvres littéraires de grande qualité dans le long terme ;
  • Améliorer l’accès à ces œuvres littéraires dans l’Union européenne et au-delà ;
  • Toucher de nouveaux publics pour des œuvres littéraires traduites de qualité.

Au sein de ces objectifs, l’aide aux projets de traduction littéraires sera attribué en priorité à :

  • La promotion de la littérature européenne traduite ;
  • L’encouragement de la traduction des langues peu traduites en anglais, allemand, français et espagnol (castillan), dans le but de contribuer à une meilleure circulation de ces œuvres ;
  • L’encouragement de la traduction des genres moins représentés tels que la littérature jeunesse (enfants, adolescents, jeunes adultes), les bandes dessinées et romans graphiques, les nouvelles ou la poésie.
  • L’encouragement d’un usage approprié des technologies numériques dans la distribution et la promotion des œuvres.
  • L’encouragement de la traduction et la promotion des livres ayant reçu le Prix de littérature de l’Union européenne (cliquez ici pour plus d’information) ;
  • L’augmentation de la visibilité du traducteur. Pour cela, on demandera aux éditeurs de publier une biographie du traducteur dans chaque ouvrage traduit.

Date limite : 4 juin 2019.

Pour plus d’information, cliquez ici (https://eacea NULL.ec NULL.europa NULL.eu/creative-europe/funding/support-to-literary-translation-projects-2019_en).

Appel à candidatures : Programme international des traducteurs de Francfort (date limite 30 avril 2019)

Foire aux livres de Francfort (© Marc Jacquemin / Frankfurter Buchmesse)

Le Programme international des traducteurs de Francfort concerne les traducteurs littéraires de l’allemand (fiction et non fiction). Trente traducteurs venant du monde entier seront sélectionnés par la Foire aux livres de Francfort pour participer à un programme exclusif d’échange et de réseautage.

Ce programme, organisé par la Foire aux livres de Francfort avec le soutien financier du ministère fédéral des Affaires étrangères se tiendra du 14 au 17 octobre 2019 à Francfort.

Date limite d’inscription : 30 avril 2019.

Pour plus d’information, cliquez ici (https://www NULL.buchmesse NULL.de/en/international-business/networking/funding-programmes/frankfurt-international-translators?utm_campaign=pressrelease&utm_medium=email&utm_source=foerderprogramme).

Appel à candidatures : Ecole européenne de traduction littéraire (date limite : 15 avril 2019)

Le troisième stage d’été de l’ESLT (http://traduzione-editoria NULL.fusp NULL.it/summer-school-eslt-2019_5 NULL.html) se tiendra cette année du 10 au 13 septembre à Rome, et rassemblera une vingtaine de traducteurs et enseignants venant de toute l’Europe, passionnés par l’enseignement de la traduction littéraire.

Fondée en 2017, l’Ecole européenne de traduction littéraire est organisée conjointement par le Centre britannique pour la traduction littéraire, le Centre d’expertise pour la traduction littéraire (Flandres/Pays Bas), le Link Campus de l’Université de Rome et la Fondation San Pellegrino d’Italie. L’ESLT applique le Cadre PETRA-E (https://petra-education NULL.eu/) pour l’Education et la Formation des traducteurs littéraires.

Le programme de trois jours comportera des séminaires, des ateliers et des tables rondes. Les sujets abordés seront l’enseignement universitaire et non universitaire de la traduction littéraire, l’enseignement de la traduction de la poésie et de la non fiction.

Clarissa Botsford (Rome), Roberta Fabbri (Misano), Onno Kosters (Utrecht), Duncan Large (Norwich), Franco Nasi (Modène et région de l’Emilie), Clíona Ní Riordain (Paris), Daniele Petruccioli (Rome) et Giuliana Schiavi (Vicenza) feront partie de l’équipe des enseignants.

Les candidatures doivent être soumises par mail au plus tard le 15 avril 2019 à l’adresse suivante eslt@fusp.it (eslt null@null fusp NULL.it)

Vous trouverez plus de détails sur le site web de l’ESLT (http://traduzione-editoria NULL.fusp NULL.it/summer-school-eslt-2019_5 NULL.html).

Les traducteurs tchèques des langues scandinaves créent une association professionnelle indépendante

Les traducteurs tchèques des langues scandinaves ont fondé une association indépendante : Překladatelé Severu (Traducteurs tchèques du Nord), avec pour objectifs l’amélioration de la rémunération et des conditions de travail des traducteurs, la diffusion d’informations sur les contrats avec les auteurs et le soutien à la publication de traductions de qualité, grâce, entre autres, à la formation de nouveaux traducteurs et éditeurs.

Pour plus d’informations sur cette association et ses contacts, cliquez ici (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/03/PR-CzechTranslatorsOfTheNorth_ENG NULL.pdf).

Prix de traduction Susanna Roth 2019 – Appel à candidatures

Les Centres tchèques et la Section littéraire de l’Institut des Arts et du Théâtre (ATI) de Prague annoncent la 5ème édition du Concours international des jeunes traducteurs, le prix Susanna Roth, nommé en l’honneur de la célèbre traductrice suisse Susanna Roth (1950-1997) qui a œuvré de façon importante à la promotion de la littérature tchèque à l’étranger.

Le concours est ouvert aux jeunes traducteurs âgés de 40 ans maximum. Ils doivent traduire un extrait significatif (environ 10 pages) d’un texte en prose de littérature contemporaine tchèque encore non traduit, publié en République tchèque entre novembre 2017 et novembre 2018. Cette année, l’extrait est tiré du roman Probudím se na Šibuji de Anna Cima.

Des extraits déjà publiés ne seront pas acceptés. Un jury de chaque pays participant sélectionnera un gagnant. Le prix sera un voyage en République tchèque incluant des séminaires spécialisés, auquel le lauréat devra assister.

Date limite : 31 mars 2019.

Pour obtenir plus de détails et l’extrait à traduire, cliquez ici (http://london NULL.czechcentres NULL.cz/programme/travel-events/cena-susanny-roth-vyzva-na-rok-2019/).

Appel à candidatures : JUNIVERS – Rencontre internationale des traducteurs de poésie allemande (date limite : 31 mars 2019)

Literarisches Colloquium Berlin (Photo: Tobias Bohm / LCB)

Le programme TOLEDO et le Literarisches Colloquium Berlin (LCB (https://www NULL.lcb NULL.de/home/)) invitent les traducteurs de poésie contemporaine allemande à une rencontre de six jours, JUNIVERS, qui se tiendra du 11 au 17 juin 2019, à Berlin-Wannsee.

JUNIVERS est un nouveau forum international consacré aux questions spécifiques de la traduction de poésie.

Quinze traducteurs de poésie venus du monde entier pourront échanger sur leurs univers poétiques et explorer les possibilités  d’un futur travail en réseau. Les discussions auront pour cadre les nouveaux textes et tendances en poésie de langue allemande, les différentes traditions poétiques ainsi que les problèmes liés à l’édition de poésie.

Les candidatures devront être envoyées au plus tard le 31 mars 2019.

Pour plus d’information, cliquez ici (http://www NULL.toledo-programm NULL.de/werkstaetten/476/junivers/?367b2335519283ca771d94e6aa662d7a=a4e35a81a8184c39e2b72e7a5d19402a).

Résidences pour traducteurs littéraires de littérature allemande (date limite d’inscription 28 février 2019)

Dresden-Hellerau

Le programme de résidences de traducteurs européens, organisé par l’Institut Goethe en coopération avec la Fondation Alfred Toepfer F.V.S et la Fondation culturelle de l’Etat libre de Saxe, offre une bourse de travail en Allemagne aux traducteurs littéraires de l’étranger.

L’objectif de ce séjour est de se consacrer à un projet en cours dans le domaine de la fiction en langue allemande, dans une ambiance calme propice à la concentration.

Pour cela, la Fondation Alfred Toepfer F.V.S met à disposition un appartement sur le site de son centre de séminaires Gut Siggen sur la mer baltique (Schleswig-Holstein).

Gut Siggen

Les titulaires d’une bourse d’études de la Fondation culturelle de l’Etat libre de Saxe peuvent également se loger et travailler dans la cité jardin de Dresden-Hellerau.

Date limite d’inscription : 28 février 2019.

Pour plus d’information, cliquez ici (https://www NULL.goethe NULL.de/en/uun/auf/lit/uss/bew NULL.html).

L’EACEA publie les résultats du soutien aux projets de traduction littéraire en 2018

Le soutien aux projets de traduction littéraire, accordé par l’Agence exécutive « éducation, audiovisuel et culture » (EACEA) de l’Union européenne, a pour objectifs de soutenir la diversité culturelle et linguistique ; de renforcer sur le long terme la circulation transnationale et la diversité d’œuvres littéraires de qualité ; d’améliorer l’accès à ces œuvres littéraires au sein de l’UE et au-delà puisque tous les pays voisins ont été inclus ; enfin, de toucher un nouveau public pour la littérature européenne traduite. L’appel à des projets de traduction a reconnu le besoin de soutenir la promotion de la littérature européenne traduite et d’encourager les traductions en anglais, allemand, français et espagnol de langues moins utilisées afin de contribuer à une meilleure circulation des œuvres.  L’EACEA s’est particulièrement efforcée d’encourager la traduction d’ouvrages destinés à la jeunesse (enfants, adolescents et jeunes adultes), de bandes dessinées et romans graphiques, de nouvelles et de poésie, si nécessaire en utilisant de façon appropriée les technologies numériques pour la distribution et la promotion des œuvres.

Le CEATL apprécie particulièrement les efforts faits pour améliorer la visibilité des traducteurs grâce à l’inclusion de leur biographie dans chaque livre soutenu. L’encouragement à la traduction des livres qui ont reçu le prix de l’UE pour la littérature est également bienvenu, même si on pourrait envisager d’inclure leur traduction dans les quatre (ou au moins une) langues principales dans la récompense elle-même.

Sur 130 candidatures provenant de 32 pays, 372 traductions parmi les 46 projets sur deux ans proposés par 18 pays ont bénéficié d’une aide totale de 2 421 506,26 euros.

Sur 21 candidatures provenant de 10 pays (Bulgarie, Croatie, France, Hongrie, Irlande, Italie, Pays-Bas, Slovénie, Espagne et Royaume-Uni), 147 traductions parmi les 15 propositions des Contrats cadres de partenariat des pays cités ont bénéficié d’une aide totale de 1 147 236,76 euros.

Le CEATL se réjouit de l’encouragement de ce moyen vital de compréhension européenne. Dans le même temps notre organisme souhaiterait mettre l’accent sur la nécessité de soutenir les traducteurs, et espère que la mauvaise pratique des doubles contrats ne sera plus qu’un mauvais souvenir.

Les résultats peuvent être étudiés ici (https://eacea NULL.ec NULL.europa NULL.eu/creative-europe/actions/selection-results/support-literary-translation-projects-2018_en).

Appel à candidatures : Résidences à Prague et Brno (date limite : 21 mars 2019)

Le Centre littéraire tchèque a lancé un appel à candidatures à l’attention des traducteurs du tchèque. Les traducteurs littéraires du tchèque ayant publié au moins un livre peuvent poser leur candidature pour une résidence à Prague (juillet-novembre 2019) ou Brno (septembre-octobre 2019).

La durée des résidences sera de deux, trois, ou quatre semaines. Une bourse de 250 euros par semaine sera attribuée aux résidents.

Pendant leur résidence les traducteurs travailleront sur leur traduction. Ils pourront contacteur leur auteur et seront invités à participer à des activités locales culturelles.

Date limite d’inscription : 21 mars 2019

Pour plus d’information, cliquez ici (https://www NULL.czechlit NULL.cz/cz/rezidencni-pobyty-ceskeho-literarniho-centra-leto-a-podzim-2019/).

Candidatures pour « Warwick Translates » (6-10 juillet 2019)

L’Université de Warwick (Royaume Uni) accueillera pour la première fois « Warwick Translates », université d’été dédiée à la traduction littéraire. Les participants auront la possibilité de traduire en anglais des textes de tous genres littéraires, sous la houlette de traducteurs professionnels de renom. Les groupes seront limités à un maximum de 20 étudiants afin de favoriser un encadrement individuel, et les places seront attribuées dans l’ordre strict de réception des candidatures.

Les cours auront lieu toute la journée dans le cadre d’ateliers utilisant des textes variés aussi bien de non-fiction (essais, journalisme, universitaire) que de fiction (poésie, fantaisie, jeunesse, policier etc…). Un atelier de traduction théâtrale sans langue spécifique sera également proposé.

Le programme permettra aux participants de travailler en réseau avec des éditeurs, des agents, le personnel de l’université et entre eux. Pendant l’heure de déjeuner, des tables rondes se tiendront avec des éditeurs et directeurs de collections. Le soir, les activités comprendront entre autres une joute de traduction et une conférence de Preti Taneja (https://warwick NULL.ac NULL.uk/fac/arts/wtss/speakerbios/) intitulée Traduire Shakespeare dans les zones de conflit et post-conflit : un défi aux droits humains « universels »

Le prix de £ 495 comprend tous les frais d’enseignement, deux collations par jour, et un déjeuner pique-nique. Les frais de séjour ne sont pas pris en charge.

5 bourses de £ 495 chacune sont offertes à des candidats extérieurs.

5 bourses de £ 495 chacune sont offertes à des étudiants de Warwick.

Pour plus d’information, cliquez ici (https://warwick NULL.ac NULL.uk/fac/arts/wtss/).

Nouveau programme de résidences pour les auteurs et les traducteurs d’Allemagne, de France et de Pologne (date limite d’inscription : 15 mars 2019)

Un nouveau programme de résidences germano-franco-polonais «Tandem Residenz» invite les auteurs et les traducteurs d’Allemagne, France et Pologne à s’inscrire à une résidence commune au château de Genshagen, près de Berlin.

Ces « tandems » venus du triangle de Weimar, composés chacun d’un auteur et d’un traducteur, seront invités au château pour un séjour de 10 jours (du 1er au 10 août 2019) et travailleront sur un projet de traduction.

Les frais de transport seront pris en charge par l’organisation. Chaque résident recevra une subvention de 750 euros.

Pour plus d’information sur les conditions et les procédures d’inscription, cliquez ici (http://www NULL.stiftung-genshagen NULL.de/kunst-und-kulturvermittlung-in-europa/programm-2018/programm-details/be4dcfd4f846da4eca27b748778cfc09 NULL.html?tx_ttnews%5Btt_news%5D=1547).

Les inscriptions devront être envoyées avant le 15 mars 2019.

Genshagen

Appel à candidatures : résidences pour traducteurs littéraires de l’allemand

Le ministère de la Culture et des Sciences de Rhénanie du Nord-Westphalie dispose de douze bourses pour des résidences d’un mois dans la Maison des traducteurs européens de Straelen (Allemagne).

Sont concernés les traducteurs littéraires qui travaillent sur un texte écrit par un auteur de Rhénanie du Nord-Westphalie. Les candidats doivent avoir au moins deux traductions publiées à leur actif et un contrat d’édition pour la traduction sur laquelle ils veulent travailler en résidence.

Les résidents recevront une allocation de 1030 euros.

Pour plus d’information sur les conditions et les procédures d’inscription (en allemand), cliquez ici (https://www NULL.ceatl NULL.eu/wp-content/uploads/2019/01/FINAL_-_Aufenthaltsstipendien_des_Landes_Nordrhein NULL.2019 NULL.pdf).

Maison des traducteurs européens de Straelen

Poste de professeur en Etudes de traduction à l’Université d’Utrecht (date limite de candidature : 27 janvier 2019)

Le département des langues, littérature et communication de la Faculté de Sciences humaines de l’Université d’Utrecht recherche des candidats pour un poste de professeur titulaire dans le domaine des Etudes de traduction. Le département des langues, littérature et communication (TLC) rassemble des compétences dans des langues spécifiques (celtique et classiques, néerlandais, anglais, français, allemand, italien, espagnol) et en linguistique. Le candidat retenu aura un rôle clé dans le développement stratégique des Etudes de traduction, que ce soit dans l’enseignement ou la recherche.

Le titulaire de ce poste aura des responsabilités d’enseignement en Etudes de traduction et assurera la supervision et le développement de l’enseignement de premier et deuxième cycle dans ce domaine. Il devra également développer la capacité de recherche et de nouveaux axes de recherche dans le domaine des Etudes de traduction, et dirigera l’équipe des enseignants et des chercheurs de ce programme.

Pour plus d’information, cliquez ici (https://www NULL.uu NULL.nl/en/organisation/working-at-utrecht-university/jobs).

Date limite de dépôt des candidatures : 27 janvier 2019.

Ce qu’implique la profession de traductrice littéraire : Françoise Wuilmart interviewée par Patricia Bernstein

Françoise Wuilmart

Le 30 novembre 2018, Françoise Wuilmart, traductrice littéraire et l’une des membres fondatrices du CEATL, était interviewée à l’Université d’Australie occidentale. L’interview a eu lieu à l’initiative de la professeure Alexandra Ludewig, cheffe du département des études de traduction (https://study NULL.uwa NULL.edu NULL.au/Courses/translation-studies).

Les diplômés de ce département sont traducteurs littéraires professionnels, ou utilisent leur bilinguisme ou multilinguisme dans d’autres professions.

Qu’implique la profession de traducteur littéraire ? Dans son interview, la docteure Patricia Benstein (https://www NULL.peterlang NULL.com/view/title/63595?tab=aboutauthor&result=146&rskey=lqjZL3), chercheuse à l’Université d’Australie occidentale et maîtresse de conférences à l’Université Goethe de Francfort, questionne Françoise Wuilmart sur son expérience et sa vision de l’art de la traduction littéraire.

Cliquez ici (https://www NULL.youtube NULL.com/watch?v=vgfoyyqr6iM&feature=youtu NULL.be) pour voir l’interview.

Poste de professeur de traduction littéraire en titularisation conditionnelle (tenure-track) à pourvoir à l’Université de Vienne (date limite de candidature : 7 janvier 2019)

Bibliothèque à l’Université de Vienne (Source: Hubertl / Wikimedia Commons / CC BY-SA 4.0)

Au Centre d’études de traduction de l’Université de Vienne, un poste de professeur de traduction littéraire en titularisation conditionnelle est à pourvoir (temps complet).

Extrait de l’annonce :

« A travers l’histoire, la traduction littéraire a joué un rôle central dans les processus d’interaction transculturelle, ainsi que dans l’émergence et la consolidation des systèmes littéraires. La création d’un poste en titularisation conditionnelle dans ce domaine, qui comprend une grande diversité de genres allant de la poésie aux romans et nouvelles, de la littérature jeunesse aux bandes dessinées et au théâtre, a pour objectif de nourrir et intensifier la recherche et l’enseignement de la traduction littéraire dans ses dimensions sociales, esthétiques, cognitives et économiques à l’Université de Vienne. »

Pour plus de renseignements sur ce poste et les qualifications requises, cliquez ici (https://academicpositions NULL.at/ad/university-of-vienna/2018/tenure-track-professorship-for-the-field-of-literary-translation/120913).

Date limite de candidature le 7 janvier 2019.

Pod cast : table ronde publique du groupe de travail du CEATL sur les droits des traducteurs

Le 9 octobre 2018, le groupe de travail du CEATL sur les droits d’auteur s’est réuni à Varsovie. Dans le cadre de cette rencontre, une table ronde publique sur les droits des traducteurs a été organisée.

Un podcast de cet événement qui s’est déroulé en anglais est désormais disponible.

Cliquez ici (https://naprzeklad NULL.podbean NULL.com/e/battling-for-money-and-better-status-for-translators-across-europe-ceatl-meeting-in-warsaw/) pour écouter ce que les sept délégués du CEATL, eux-mêmes traducteurs, ont à dire sur le CEATL, les droits des traducteurs, la situation des traducteurs littéraires en Europe et les actions menées au niveau européen et national.

Avec la participation de Eva Comito (Italie), Bjørn Herrman (Norvège), Heikki Karjalainen (Finlande), Gertrud Maes (Pays-Bas), Kevin Quirk (Royaume Uni/Norvège), Morten Visby (Denmark), et Rafał Lisowski (Pologne, pays hôte).

NB : l’introduction est en polonais. A partir de 4 :18, la table ronde se déroule en anglais.

Des traducteurs basques rencontrent leurs collègues bulgares (17-19 octobre 2018)

L’an dernier, des représentants de l’EIZIE (http://www NULL.eizie NULL.eus/fr/), (Euskal Itzultzaile, Zuzentzaile eta Interpreteen Elkartea) l’Association des traducteurs, correcteurs et interprètes de langue basque) s’étaient rendus en Slovénie (http://www NULL.eizie NULL.eus/fr/Jarduerak/esloveniasolasaldiak) dans le cadre du programme des Nouveaux traducteurs (http://www NULL.eizie NULL.eus/en/Jarduerak/itzultzaile_berriak), et cette année c’est en Bulgarie que nous étions invités, du 17 au 19 octobre, pour discuter de l’importance de la traduction dans le développement de la littérature et de la culture basques, entre autres sujets.

Les trois représentants de l’EIZIE, Garazi Arrula (http://nordanor NULL.eus/nor?id=382&tmp=1538561398172), Elizabete Manterola (http://nordanor NULL.eus/nor?id=343&tmp=1538561377893) et Arantzazu Royo (http://nordanor NULL.eus/nor?id=305&tmp=1538561429876), ont passé trois jours en Bulgarie, deux à Sofia et un à Plovdiv. Le premier jour, le 17 octobre, nous avons donné une interview de 20 minutes à Radio Alma Mater (https://www NULL.uni-sofia NULL.bg/index NULL.php/eng/the_university/other_structures/the_su_mass_media/alma_mater_radio) à la Faculté de journalisme de l’Université de Sofia. Cette radio a une émission par jour, puis rejoint une station de musique classique le reste du temps. Selon notre intervieweur, nos prédécesseurs dans ce programme incluaient des écrivains basques qui devaient promouvoir des livres traduits en bulgare – jusqu’à présent six livres en tout de littérature basque ont été publiés en bulgare. Après le déjeuner, nous nous sommes rendus à la radio nationale (http://bnr NULL.bg/en) pour une autre brève discussion, dans le cadre de Art Eifir, émission quotidienne sur la culture, l’art et la littérature. Lors de ces deux émissions, nous avons parlé de la situation de la langue basque, de l’évolution de la traduction, et de la circulation de la littérature par-delà les frontières, faisant souvent un parallèle avec la situation en Bulgarie.

Les représentants basques interviewés à la radio bulgare.

La même après-midi ce jour-là, nous avons été reçus à la Maison de la littérature et de la traduction de Sofia (http://www NULL.npage NULL.org/activities/rubrique93 NULL.html) par sa directrice Yana Genova. Les traducteurs peuvent y travailler en résidence (il y a un appartement à l’étage) et des ateliers et conférences y ont lieu. Pendant notre visite, une table ronde sur la traduction de et en basque a été organisée de 18 h 30 à 20 heures, menée par la professeure de philologie espagnole de l’Université de Sofia (https://www NULL.uni-sofia NULL.bg/eng), Ludmila Ilieva. Le public, environ 25 personnes, constitué pour la plupart de traducteurs professionnels, s’est montré très intéressé et nous a posé de nombreuses questions sur nos conditions de travail, les réseaux de bibliothèques et leurs modalités d’accès. Pour conclure, nous avons montré une vidéo de Harkaitz Carno lisant son œuvre, Azken aurreko manifuesta (https://www NULL.youtube NULL.com/watch?v=DxAMsPk7Aik) (‘L’après-dernier manifeste’), afin que le public puisse entendre du basque, et parce que ce choix nous a semblé approprié.

Lors de ces trois manifestations du premier jour, c’est Maria Pachkova (http://nordanor NULL.eus/nor?id=1617&tmp=1540893261048) qui a traduit de l’espagnol en bulgare. Il y a deux ans, elle faisait partie du programme Nouveaux traducteurs. Elle a traduit trois ouvrages de littérature basque et travaille sur un quatrième.

Réunion de travail avec les étudiants et les professeurs de l’université.

Le lendemain, jeudi, nous étions à l’université de Sofia. A midi nous avons passé une heure et demie avec des étudiants espagnols, et nous avons aussi rencontré des étudiants espagnols à l’université de Plovdiv (https://uni-plovdiv NULL.bg/en/pages/index/17/) le lendemain également. A chaque fois, nous avons parlé devant une vingtaine d’étudiants de la situation sociolinguistique du Pays basque, de l’évolution de la traduction en basque, de l’importance de la traduction dans le développement de la littérature, de la traduction du basque, et des particularités de la traduction basque. Maria s’est jointe à nous pour ces rencontres universitaires, mais son interprétation n’était pas nécessaire.

Les représentants basques pendant leur voyage en Bulgarie.

Lors de toutes ces rencontres, nous avons parlé de travail de l’EIZIE et d’Etxpare et distribué des brochures d’information sur ces deux organisations. Pendant ces trois jours, nous avons pu rencontrer des professionnels, non seulement les professeurs qui nous ont accueillis à l’université, mais aussi des écrivains et des traducteurs venus assister à nos interventions. Grâce à cet échange, nous avons appris beaucoup sur la littérature et la traduction bulgares, et leur politique de promotion, sujets qui ne nous étaient pas familiers, puisqu’aucun livre n’a été traduit du bulgare en basque. Ces rencontres, initiées par l’EIZIE et Etxepare (http://www NULL.etxepare NULL.eus/en), ont fourni un point de départ fructueux pour permettre la rencontre de nos deux peuples et établir les bases de notre future coopération. Nous avons bien compris également qu’il est indispensable de promouvoir la formation si nous voulons exporter la littérature basque.